Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

La défensive des Penguins n’est pas étrangère à leurs succès

mardi 2013-03-19 / 19:23 / LNH.com - Nouvelles

Par Chris Adamski - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


La défensive des Penguins n’est pas étrangère à leurs succès

PITTSBURGH – Contrairement aux croyances populaires – et aux bons commentaires de ses coéquipiers dans le vesitaire – Mark Eaton n’est pas l’unique responsable des succès des Penguins de Pittsburgh en défensive ces dernières semaines.

Le défenseur s’est amené avec les Penguins le mois dernier et a effectué ses débuts cette saison le 2 mars, dans une victoire face au Canadien de Montréal.

Pittsburgh n’a pas perdu de match depuis. Qui plus est, les Penguins semblent être une équipe complètement transformée défensivement depuis le début du mois de mars.

Ça ne peut pas être qu’une coïncidence, n’est-ce pas?

« Je ne peux pas prendre tout le mérite pour ça », a déclaré Eaton, qui était aussi amusé que terrorisé à l’idée qu’on pense qu’il soit le seul responsable du revirement de situation au sein de la défensive des Penguins.

« C’est grâce à toute l’équipe. Ce n’était qu’une question de temps avant que les choses se replacent et ça n’a rien à voir avec moi. »

Mais si ce n’est pas Eaton, qui a permis à Pittsburgh de passer d’une des pires unités défensives de la LNH statistiquement à une des meilleures au cours des deux dernières semaines?

Les Penguins présentaient une moyenne de buts alloués de plus de 3,00 lors de leurs 25 premières rencontres, mais l’ont réduite à 1,00 au cours des cinq dernières rencontres.

Encore mieux, ils ont accordé 36 filets en 22 périodes au cours d’une séquence de plus de sept matchs entre le 20 février et la deuxième période de leur affrontement contre les Flyers de Philadelphie le 7 mars.

Depuis, les Penguins ont alloué neuf buts à leurs 20 dernières périodes.

Il n’est donc pas surprenant de constater que ces statistiques, surtout lorsque jumelées à la meilleure offensive de la ligue, ont mené à une série de neuf victoires, que les Penguins tentent de prolonger mardi soir contre les Capitals de Washington.

« Je ne crois pas que ce soit quelque chose qui se soit produit du jour au lendemain », a mentionné le capitaine Sidney Crosby à propos de la défensive des siens. « C’est une chose à laquelle nous réfléchissons depuis un bout de temps. Ça nous prenait seulement quelque chose pour remarquer nos lacunes et les identifier afin de pouvoir les corriger. »

Les Penguins possèdent également le talent nécessaire pour dominer des équipes offensivement. Grâce à une formation qui peut compter sur quatre des 20 meilleurs pointeurs de la ligue lorsque tout le monde est en santé, les Penguins mènent la LNH de façon assez convaincante avec leur moyenne de buts par match de 3,53.

Pittsburgh a touché la cible au moins trois fois lors de tous ses matchs sauf un au cours d’une série de 16 rencontres, qui s’est terminée dimanche avec un gain face aux Bruins de Boston. Ce jour-là, les Penguins n’ont cependant eu à marquer que deux buts dans un match où le premier rang dans l’Est était à l’enjeu.

« Tu veux réussir à gagner de toutes les manières possibles », a dit Chris

Kunitz, qui figure au sommet de la ligue avec un différentiel de plus-24. « Que ce soit en jouant de façon plus hermétique en défense ou si nous avons besoin de marquer des buts, on espère toujours être capable de faire bouger les cordages quand il le faut.

« Mais nous voulons aussi bien faire en défensive pour aider notre gardien et ne pas le laisser faire face à des 2-contre-1 ou des 3-contre-2. […] Tout ce qu’on veut c’est bien jouer, et ça commence par avoir une bonne structure dans notre territoire. »

Kunitz a aussi fait référence à la performance des Penguins lors des séries éliminatoires du printemps passé. L’équipe avait inscrit en moyenne 4,3 filets par match, mais s’était inclinée en première ronde devant les Flyers en raison d’une défensive qui en avait accordés cinq par match.

Leurs 14 dernières rencontres de saison régulière avaient été à l’image de ces séries. Les Penguins semblaient en contrôle avec une fiche de 9-4-1 et 4,5 buts marqués par match, eux qui pouvaient compter sur le retour au jeu de Crosby à l’époque.

Mais en réalité, leur capacité à faire bouger les cordages a plutôt détourné leur attention, alors qu’ils auraient dû se concentrer sur les cinq filets et plus qu’ils ont accordés au cours de quatre des cinq derniers matchs de la saison régulière.

Les Penguins de 2012-13 ressemblaient beaucoup à ceux des séries de 2012 lors de la première période de ce match du 7 mars à Philadelphie. Les Flyers menaient 4-1 et avaient déjà effectué 18 lancers.

Plusieurs joueurs insistent sur le fait que rien de spécial n’a été dit dans le vestiaire des visiteurs au Wells Fargo Center entre le premier et le deuxième tiers qui aurait pu faire changer le momentum.

Mais les Penguins n’ont alloué que 14 tirs au cours des deux périodes suivantes et sont venus de l’arrière pour l’emporter 5-4. Ils ont également accordé seulement six buts à forces égales au cours des six rencontres qui ont suivi.

« Ce sont six joueurs, incluant le gardien, qui font leur part, a évoqué Eaton. Ce ne sont pas que les défenseurs. Nos attaquants se sont très bien positionnés en zone offensive, et ça dicte beaucoup la façon dont on va se placer pour créer de l’attaque à partir de la zone défensive. C’est un effort qui vient des six joueurs qui se trouvent sur la patinoire. »

Avec en tête leurs déboires des séries de l’an dernier, les Penguins préfèrent de loin se fier à leur défensive pour remporer des matchs, peu importe à quel point leur attaque peut sembler prolifique.

Ils reconnaissent également que l’amélioration de leur jeu défensif est un phénomène qui ne dure que depuis deux semaines. C’est ce qui se produira pendant les séries qui importera le plus.

« C’est encore trop tôt, a déclaré Eaton. Nous devrons continuer à bien faire, surtout en séries.

« En ce moment il reste 18 matchs à jouer, et le processus est toujours en cours. On veut continuer à s’améliorer, continuer à peaufiner certains détails et simplement se préparer pour quand ça comptera vraiment. »

 

La LNH sur Facebook