Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

NHL 94 d’EA demeure un jeu vidéo marquant même après 20 ans

mercredi 2013-03-20 / 9:00 / 92/93 - La meilleure saison?

Par Tal Pinchevsky - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


NHL 94 d’EA demeure un jeu vidéo marquant même après 20 ans

Au cours de sa carrière de 20 saisons dans la LNH, Jeremy Roenick a participé à neuf Matchs des étoiles, il a compté plus de 500 buts, il a récolté plus de 1200 points, il a remporté une médaille d’argent aux Jeux olympiques et il s’est distingué comme étant l’un des joueurs les plus colorés de l’histoire du hockey. Or, pour plusieurs de ses partisans, les plus beaux exploits de JR n’ont pas eu lieu sur une véritable patinoire.

C’est tout simplement parce que celui qui a été intronisé au Temple de la renommée du hockey des États-Unis en 2010 est aussi un des personnages de jeu vidéo les plus dominants de tous les temps. Son alter ego du jeu NHL 94 d’EA Sports était doté d’un talent inouï. Ce jeu vidéo classique célèbre le 20e anniversaire de sa publication ce mois-ci et il a fait découvrir le hockey à une multitude d’amateurs des consoles Nintendo et Sega.

Il a également contribué à la renommée de Roenick.

Jeremy Roenick
JEREMY ROENICK
Centre - LNH
Buts: 513 | Aides: 703 | Pts: 1,216 | Tirs au but: 3,281 | Différentiel: 153

« C’est ce dont on me parle le plus tous les jours, que ce soit dans la rue ou sur Twitter. Peu importe les circonstances, je dirais qu’environ une personne sur trois me parle du jeu NHL 94 », a admis Roenick à LNH.com. « Ils mentionnent trois choses. Premièrement, c’était impossible de battre les Blackhawks de Chicago [dans le jeu] à cause de Jeremy Roenick. Deuxièmement, plusieurs ont passé leurs années d’étudiants à jouer à NHL 94 en tant que Jeremy Roenick. Troisièmement, la règle non écrite disait que c’était interdit de choisir les Blackhawks de Chicago dans le jeu parce qu’ils étaient invincibles. Ça m’arrive encore presque tous les jours. »

On se souvient principalement de NHL 94 en raison des exploits virtuels de Roenick et d’une scène légendaire de la comédie culte de 1996 Swingers (bien que les vedettes du film jouent plutôt à NHLPA Hockey 93, le prédécesseur de NHL 94). C’était pourtant un jeu révolutionnaire qui s’est taillé une place bien méritée dans l’histoire des jeux vidéos. La version précédente avait été approuvée par l’Association des joueurs de la LNH (AJLNH), mais pas par les équipes du circuit. Donc NHL 94 a été le premier jeu de hockey à contenir les alignements réels ainsi que les véritables noms et logos des formations de la LNH. Et il ne s’agissait pas là des seules innovations du jeu.

« Ils voulaient un jeu plus réaliste. J’avais une liste de caractéristiques qu’ils voulaient ajouter à la série », a expliqué Mark Lesser, le développeur principal du jeu. Il avait auparavant travaillé sur la mythique série de jeux Madden NFL d’EA et il a admis qu’il ne connaissait rien au hockey à l’époque. « Pouvoir contrôler le gardien de but était l’une de ces caractéristiques. Ils voulaient ajouter un mode de tirs de barrage. Ils voulaient améliorer le système de reprises vidéos. Ils voulaient des passes lobées et des tirs sur réception. Ils voulaient améliorer la trame sonore du jeu et ainsi de suite.

« J’aimais bien les batailles de [NHLPA] 93, mais nous avons dû enlever le sang. Si je me souviens bien, c’était une exigence de l’AJLNH. »

Vingt ans plus tard, la franchise de jeux NHL d’EA demeure l’une des plus populaires au monde. Chaque année, le jeu devient de plus en plus complexe et réaliste grâce en grande partie à l’équipe de développeurs et de concepteurs d’EA.

Or, tout a commencé avec un seul développeur installé dans une grange dans le Maine.

« À l’époque, il n’y avait pas de grosses équipes de production. Il n’y avait qu’un programmeur, moi, et un graphiste que j’avais embauché. Ensuite, EA a recruté un technicien du son pour numériser la musique d’orgue. En fait, presque tout le travail fait pour ce jeu a été effectué dans une grange à Brooklin, dans le Maine », a raconté Lesser, qui a consacré plusieurs heures à peaufiner la précision des tirs sur réception dans le jeu. « Vers 2 h 30 du matin, je jouais et j’ai appuyé sur le bouton du tir sur réception. Mon lancer était parfait. Je vais peut-être tout oublier de NHL 94 un jour, mais je me souviendrai toujours de cet instant. C’était un moment de pure joie. »

Dès sa publication, NHL 94 a été un franc succès. Véritable jalon dans le domaine des jeux vidéos de sports, il a permis aux joueurs de partout dans le monde de recréer leurs rivalités préférées et il a transformé la perception qu’avaient les gens du hockey et des jeux vidéos.

« NHL 94 offrait l’expérience de salon ultime où l’on pouvait se mesurer à nos amis. J’étais à l’université à l’époque, alors on se battait pour tout, que ce soit pour le ménage de la salle de bains, pour la préparation des repas ou pour faire la vaisselle. NHL 94 jouait le rôle de juge pour déterminer qui ferait ces tâches », a révélé Sean Ramjagsingh, l’actuel producteur principal de la franchise NHL d’EA. « C’est un des premiers jeux auxquels j’ai joué religieusement. J’ai toujours voulu être impliqué dans le hockey. NHL 94 est le jeu qui m’a fait découvrir les jeux vidéos et j’en ai fait une carrière. »

Bien que les vieilles consoles Nintendo et Sega paraissent plutôt primitives maintenant, plusieurs joueurs jouent toujours à NHL 94 sur des émulateurs en ligne. En novembre 2010, les Blazers de Kamloops ont même célébré leur victoire sur les Pats de Regina en imitant les mouvements robotiques des personnages de NHL 94. C’était un hommage à un jeu publié alors que la plupart des joueurs n’avaient qu’un an. En fait, presque tous ceux qui ont été associés à ce jeu sont devenus des personnages légendaires d’une façon ou d’une autre, comme Ron Barr, le vétéran commentateur sportif qui accueillait les joueurs avant les parties.

« Une fois, j’étais dans un avion et une agente de bord est venue me dire que des enfants prétendaient me connaître. Ils avaient environ 10 ans et l’un d’eux m’a dit : “Tu es le gars du jeu de hockey.” Même aujourd’hui, les jeunes me reconnaissent », a raconté Barr à LNH.com. « Je ne m’attendais pas à ce genre de reconnaissance et de visibilité, mais j’en suis très fier. Ça fait partie de notre culture populaire. Quand on demande aux gens quel a été leur premier jeu vidéo, plusieurs répondent NHL 94. »

Le jeu a même séduit les profanes comme Gal Lavid. Ce diplômé de l’Université Rutgers était tellement épris de ce jeu pendant ces études qu’il est devenu partisan des Blackhawks. Il dominait les compétitions locales de NHL 94 et il s’est même fait tatouer le logo des Blackhawks.

« C’est ce qui m’a fait découvrir la LNH. Je suivais un peu le hockey avant, mais je n’étais pas aussi passionné que maintenant, a admis Lavid. Après la sortie du jeu sur la console Sega, j’ai posé une affiche des Blackhawks dans ma chambre. »

Tout comme Lavid, maintenant âgé de 40 ans, la plupart des joueurs associaient le jeu à Roenick, qui était la vedette du jeu en compagnie de grands noms comme Gretzky, Roy, Lemieux, Yzerman et Bourque. Et pour celui qui a été nommé le quatrième plus grand athlète de jeux vidéos de l’histoire par le site spécialisé IGN.com (derrière Michael Vick, Bo Jackson et Mike Tyson), il s’agit d’un héritage dont il est fier.

« C’est un de mes exploits et j’en suis très fier. Mon nom est inscrit dans l’histoire, que ce soit pour mes accomplissements sur la glace ou dans les jeux vidéos, a déclaré Roenick. Ça me plaît. Peu importe qui m’a attribué de si bonnes habiletés dans NHL 94, cette personne m’a donné quelque chose dont je pourrai être fier jusqu’à la fin de mes jours. »

 

La LNH sur Facebook