Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

La Coupe Stanley a terminé son centenaire là où tout avait commencé

lundi 2013-03-18 / 9:00 / 92/93 - La meilleure saison?

Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


La Coupe Stanley a terminé son centenaire là où tout avait commencé

Plusieurs croient que la saison 1992-93 a été une des plus réussies de l’histoire de la LNH. De l’addition de deux nouvelles équipes à la conquête de la Coupe Stanley par le Canadien en passant par l’émergence des joueurs européens et les exploits héroïques de Mario Lemieux, cette saison a été fertile en moments mémorables. A l’occasion de son 20 e anniversaire, LNH.com va passer l’année à s’en remémorer les meilleurs moments afin de voir si ce ne fut pas en effet la plus grande saison de l’histoire.

Le plus célèbre trophée du sport a passé pratiquement toute la saison de son 100e anniversaire à voyager. En fin de compte, la Coupe Stanley a cependant terminé son centenaire exactement là où elle avait commencé son voyage, il y a 100 ans.

En 1992-93, la LNH a célébré le 100e anniversaire de la Coupe Stanley en faisant voyager le précieux trophée. La coupe a été mise à la disposition des 24 équipes, ainsi qu’à de nombreuses organisations qui n’étaient pas liées à la LNH, ce qui en faisait un trophée du « peuple ».

John Kerr, le directeur exécutif des célébrations de la LNH avait déclaré : « Nous voulons que les gens en Amérique du Nord aient l’opportunité de célébrer pendant toute la saison. »

Le centenaire de la Coupe a également été célébré sur la glace. Tous les joueurs portaient un écusson désignant le centenaire et toutes les rondelles utilisées lors de la saison 1992-93 arboraient le logo du centenaire. La ligue avait d’ailleurs nommé les membres du Temple de la renommée Henri Richard, Bernard Parent et Billy Smith à titre « d’ambassadeur spécial. »

C’était beaucoup de tapage pour un trophée qui avait coûté à l’origine moins de 50$ et qui avait été nommé en l’honneur d’une personne qui, ironiquement, n’a jamais vu le trophée. En 1993, la gravure des noms des gagnants du championnat coûtait 20 fois plus cher que le prix original de la Coupe.

La Coupe a été offerte par Lord Stanley de Preston, qui était alors gouverneur général du Canada et en 1892, elle est devenue le trophée des amateurs de hockey. Sa Seigneurie se préparait à retourner en Angleterre à la fin de son mandat quand il a senti que la Coupe aiderait à perpétuer sa mémoire.

Le trophée original était en argent et mesurait 7,28 pouces (environ 18 cm) et avait un diamètre de 11,42 pouces (environ 30 cm). De nos jours, la Coupe Stanley, surmontée de la cuvette originale, est faite d’alliage d’argent et de nickel; elle mesure 35,25 pouces (environ 90 cm) et elle pèse 34,5 livres (environ 15,6 kilos).

Curieusement, le 100e anniversaire de la Coupe Stanley a célébré le championnat remporté par le A.A.A. de Montréal, qui était affilié au club de hockey de Montréal et qui avait terminé au premier rang de l’Association du hockey amateur du Canada, une formule sans séries éliminatoires qui de nos jours accorderait la Coupe au champion de la saison régulière.

Les erreurs sur la Coupe Stanley

Graver les noms des champions sur la Coupe Stanley a été fait pour la première fois en 1906-07 par les Wanderers de Montréal, et c’est devenu une tradition annuelle depuis 1924.

Il y a plus de 2200 noms gravés sur la Coupe; Henri Richard domine tous les joueurs car son nom est gravé 11 fois, le nom de Scotty Bowman est inscrit neuf fois, un sommet par les entraîneurs, mais le nom le plus souvent gravé est celui de Jean Béliveau qui y est inscrit 17 fois, 10 à titre de joueur et sept à titre de dirigeant, tous avec les Canadiens de Montréal.

Avec tous ces noms, il y a forcément eu des erreurs et des corrections.

En voici quelques-unes:

1937-38: Blackhawks de Chicago – le nom de Pete Palangio est gravé deux fois; une fois correctement, l’autre fois incorrectement PALAGIO.

1941-42: Maple Leafs de Toronto – On fait référence au gardien Turk Broda, une fois comme TURK BRODA et l’autre fois comme WALTER BRODA (son vrai nom).

1946-47: Maple Leafs de Toronto – Le nom de l’attaquant Gaye Stewart est mal orthographié : GAVE STEWART.

1951-52 : Red Wings de Detroit – Le nom de l’entraîneur en chef Tommy Ivan est mal orthographié : TOMMY NIVAN; celui du joueur de centre Alex Delvecchio est aussi mal orthographié : ALEX BELVECCHIO.

1956 à 1960: Canadiens de Montréal – Le nom du gardien et membre du Temple de la renommée, Jacques Plante, qui a remporté la Coupe Stanley cinq années consécutives est écrit différemment les cinq fois.

1962-63: Maple Leafs de Toronto – Le nom de l’équipe est mal orthographié : TORONTO MAPLE LEAES.

1971-72: Bruins de Boston – Le nom de l’équipe est mal orthographié : BQSTQN BRUINS.

1974-75: Canadiens de Montréal – Le nom de l’attaquant Bob Gainey est mal orthographié : GAINY.

1980-81: Islanders de New York – À leur deuxième de leurs quatre titres consécutifs, le nom de l’équipe est mal orthographié : NEW YORK ILANDERS.

1983-84: Oilers d’Edmonton – Le propriétaire Peter Pocklington avait fait inclure le nom de son père Basil Pocklington qui n’était pas membre de l’organisation. Quand la LNH l’a appris, elle a ordonné de retirer son nom. Les lettres sont maintenant recouvertes par 16 X.

1995-19: Avalanche du Colorado – Le nom de l’attaquant Adam Deadmarsh a été mal écrit : ADAM DEADMARCH. La faute a par la suite été corrigée, une première pour la Coupe Stanley.

2001-20: Red Wings de Detroit – Le nom du gardien Manny Legace a été mal orthographié : MANNY LAGASE; et tout comme dans le cas de Deadmarsh, l’erreur a été corrigée.


-- LNH.com

La ligue de cinq équipes était vue à l’époque comme la meilleure du Canada par les fiduciaires de la Coupe. La saison de l’Association du hockey amateur du Canada a pris fin le 17 mars 1893 alors que le A.A.A. de Montréal avait remporté sept de ses huit matchs; l’équipe a été déclarée championne car elle « avait vaincu toutes les équipes en fin de saison, incluant les champions de l’Association de l’Ontario. »

Bien sûr, au cours de ses 100 années, la Coupe Stanley a connu certaines modifications, tant en apparence que pour ce qu’elle représente.

Lord Stanley voulait que le trophée soit remis à la meilleure équipe amateur du Canada. Mais comme l’intérêt du hockey grandissait et que les foules augmentaient, les équipes ont commencé à vouloir attirer de plus en plus de joueurs talentueux. En deux décennies, les équipes professionnelles sont devenues les seules à lutter pour l’obtention de la Coupe Stanley (la meilleure équipe amateur du Canada remporte maintenant la coupe Allan).

À partir de 1894, c’est par un défi que l’on déterminait la compétition qui allait proclamer le gagnant de la Coupe. En effet, n’importe quelle équipe pouvait défier les autres formations, et ce sont les deux administrateurs qui décidaient quelles équipes étaient dignes de s’affronter pour avoir la chance de remporter la Coupe Stanley. L’Association nationale de hockey (ANH), précurseur de la présente LNH, a pris le contrôle de la Coupe en 1910, quand le champion de l’ANH a affronté le champion de l’Association de la côte du Pacifique.

La LNH a supplanté l’ANH en 1917 et la formule Est-Ouest a été utilisée jusqu’en 1926 quand la ligue de hockey de l’Ouest (une fusion de la Ligue de la côte du Pacifique et de la ligue de hockey de l’Ouest du Canada) a mis fin à ses activités, laissant la LNH comme la seule ligue professionnelle luttant pour la Coupe, ce qui est toujours le cas de nos jours.

À la fin des années 1940, la taille de la Coupe avait augmenté, elle ressemblait à un cigare, et elle était devenue un trophée à deux pièces dont la partie supérieure, qui était une cuve, était présentée au capitaine de l’équipe gagnante, tandis que l’autre partie demeurait sur la table de présentation.

En 1947, la Coupe a été remodelée à ce qu’elle ressemble aujourd’hui. En 1958, ce fut le début du trophée à une pièce. La cuvette était devenue trop fragile et elle a finalement été remisée au Temple de la renommée en 1969; en 1994, une duplication de la Coupe a été fabriquée, ce qui fait qu’un exemplaire est toujours présent au Temple de la renommée.

La présente Coupe se compose d’un bol et d’un corps de cinq bandes qui permet de graver les noms des gagnants à chaque année. On peut graver le nom des joueurs de 13 équipes sur chaque bande et quand une bande est remplie, elle est retirée et elle est exposée au Temple de la renommée et une nouvelle bande est ajoutée au trophée. La plus récente bande a été ajoutée en 2004.

Cent ans après avoir été décernée pour la première fois, la Coupe Stanley a terminé la saison de son centenaire là même où elle avait commencé son voyage soit à Montréal, où les Canadiens ont remporté leur 23e championnat de la LNH après avoir défait les Kings de Los Angeles en cinq matchs en finale.

La Coupe complétait donc son voyage et elle était revenue là où tout avait commencé.

 

La LNH sur Facebook