Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Kris Letang utilise la vidéo pour améliorer tous les aspects de son jeu

dimanche 2013-03-17 / 4:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Chris Adamski - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Kris Letang utilise la vidéo pour améliorer tous les aspects de son jeu

PITTSBURGH – Demandez à Kris Letang d’évaluer ses chances dans la course au trophée Norris et il se ferme comme une huitre.

« Vous, les membres des médias, vous pensez à ça », a déclaré récemment le défenseur des Penguins de Pittsburgh à l’issue d’une séance d’entraînement. « Mais moi, je ne pense pas à ça. »

Letang pense plutôt aux qualités à évaluer chez les meilleurs défenseurs.

Ne lui parlez donc pas de ses chances de remporter le Norris si vous voulez obtenir une réponse. Mais demandez-lui à quoi devrait ressembler le jeu d’un gagnant du Norris et il s’ouvre.

« Vous devez mesurer de quelle façon il joue en défensive, s’il joue contre des trios difficiles chaque soir, s’il est utilisé dans toutes les situations, a expliqué Letang. Il y a beaucoup de choses à considérer.

« Je ne pense pas qu’on puisse mesurer ça en se basant seulement sur des statistiques. »

Dommage pour Letang qu’on ne puisse évaluer un joueur à partir des points seulement car il connaît une saison sans pareil dans la LNH.

Même si sa séquence de matchs avec au moins une passe s’est arrêtée à six lors d’une victoire de 3-1 contre les Maple Leafs de Toronto jeudi, Letang présente une fiche de 28 points pour mener largement les défenseurs de la ligue à ce chapitre (Ryan Suter est deuxième avec 23 points). Letang totalise 25 passes, quatre de plus que Suter au deuxième rang, et il a un aussi grand nombre de passes même s’il a raté trois matchs parce qu’il était blessé.

Letang se retrouve aussi parmi les meneurs chez les défenseurs de la LNH en ce qui concerne le différentiel des plus et des moins (il est à égalité à plus-12) et le temps de glace (sixième, 26:15).

« Tout le monde regarde ses statistiques, qui sont impressionnantes », a souligné le gardien des Penguins, Marc-André Fleury. « Mais il revient toujours avec force dans notre zone, et il joue avec ardeur aux deux bouts de la patinoire. Je suis content qu’il soit de notre côté. »

Que Letang veuille ou non le reconnaître, il est en première ligne dans la course au trophée Norris à six semaines de la fin de la saison régulière. Dimanche, pour la deuxième fois en six jours, Letang sera sur le patinoire avec un autre des principaux candidats pour le Norris quand les Penguins recevront Zdeno Chara et les Bruins de Boston (12 h 30, NBC).

À première vue, leurs façons de jouer ne peuvent pas être plus différentes. Chara, un athlète de six pieds neuf pouces, semble imbattable dans sa propre zone, et son puissant tir lui permet de contribuer à l’offensive. Letang, qui mesure six pieds, produit des points en quantité (13 en huit matchs en mars) et il est reconnu pour sa rapidité et son talent pour transporter la rondelle.

Mais il y a peu de différence en ce qui a trait à ce que Chara et Letang apportent à leurs équipes. Le meilleur pointeur de la ligue, Sidney Crosby, bénéficie du jeu de Letang chaque soir – et il doit composer avec Chara pratiquement à chaque présence sur la patinoire quand il affronte les Bruins.

« Quand on regarde le temps de glace de Chara et le nombre de minutes de Letang, il est dur de s’imaginer qu’on peut être capable de faire ça chaque soir à un tel niveau, a dit Crosby. Ce n’est pas facile, et les deux transportent bien la rondelle. De toute évidence, Chara, compte tenu de sa taille, ne va pas d’un bout à l’autre de la glace comme le fait Letang, mais il peut faire des coups d’éclat avec de bonnes mains et une bonne agilité.

« Les deux font partie de l’élite des défenseurs, et je pense que la chose principale, c’est qu’ils procurent un sentiment de calme derrière. Qu’ils transportent la rondelle ou qu’ils stoppent un rival, ils stabilisent le corps de défenseurs en tant que groupe. »

Quand les gens pensent à la fiabilité des meilleurs défenseurs, à leur capacité d’être au-dessus de la mêlée et de toujours effectuer les bons jeux, Nicklas Lidstrom est un des noms qui vient immédiatement à l’esprit.

Letang étudie des vidéos avec l’entraîneur-adjoint des Penguins responsable de la défensive, Todd Reirden. Parfois, l’accent sera mis sur les plus récents jeux de Letang lors des matchs, ou même le travail d’équipe de Pittsburgh et comment Letang s’y adapte; d’autres fois, l’étude des vidéos portent davantage sur une étude de cas.

« Nous tentons d’identifier les différentes qualités des autres défenseurs », a noté Letang.

Il ne devrait pas être surprenant que fréquemment, une des vedettes des séances de vidéo est Lidstrom, l’ancien capitaine des Red Wings de Detroit qui a pris sa retraite la saison dernière après avoir remporté le trophée Norris à sept reprises.

« Il était vraiment bon sur le jeu de puissance, un très bon joueur en désavantage numérique, et à cinq contre cinq, il était vraiment calme avec la rondelle, a précisé Letang. Il passait très bien la rondelle, il attendait que lesoccasions se présentent. C’est ce que nous regardons, comment il bouge ses pieds – il n’est jamais pris hors-position. »

Même si Letang est souvent identifié comme un défenseur offensif, il d éteste cette étiquette. Il a une moyenne de 2:23 par match de temps de glace en désavantage numérique et l’entraîneur-chef Dan Bylsma l’envoie immanquablement sur la patinoire à la fin d’un match quand les Penguins protègent une avance d’un ou deux buts.

« Sa prise de décision avec la rondelle est très bonne, a dit Bylsma. J’ai noté chez lui de la maturité dans sa prise de décision avec la rondelle. »

Suter, Oliver Ekman-Larsson, des Coyotes de Phoenix, et quelques autres seront fortement considérés, mais il y a un fascinant débat entre Chara et Letang pour le trophée Norris.

Demandez seulement au meneur dans la course au trophée Hart à qui il donnerait son vote entre les deux.

« Je ne voudrais pas être celui qui aurait à décider », a dit Crosby en souriant.

« Les deux apportent des choses différentes, mais les deux sont vraiment importants. »

Chara a remporté la Coupe Stanley avec les Bruins il y a deux ans. Il a reçu le trophée Norris en 2009 lors du gala de la LNH qui s’était déroulé à Las Vegas, six jours seulement après que Letang eut soulevé la Coupe Stanley au Joe Louis Arena, à Detroit.

À écouter ce que dit Letang, si le scénario devait se reproduire cet été, il l’acceptera volontiers. Rappelez-vous. Il n’aime pas parler de sa propre candidature au trophée Norris.

« C’est vous qui l’avez évoqué, alors…, a révélé Letang cette semaine. C’est un honneur individuel, mais je pense que la meilleure chose – ce qui est le plus important – c’est de remporter la Coupe Stanley. »

 

La LNH sur Facebook