Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Un coup d’œil à 24 surprises de la première moitié de saison

mercredi 2013-03-13 / 11:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Un coup d’œil à 24 surprises de la première moitié de saison

Quelle est l’expression que l’on utilise: s’attendre à l’inattendu?

Voilà, c’est cela. C’est bien ce qui définit la Ligue nationale de hockey pratiquement à tous les matchs. Et cette saison n’est pas différente.

Il est normal qu’à la mi-saison qu’on évalue les chances des candidats pour les différents trophées, qu’on attende avec impatience la date limite des échanges (3 avril) et qu’on analyse le sprint que constitue une saison écourtée. Mais, il est également bien de revenir sur les grandes surprises que l’on a connues jusqu’à ce jour.

Voici 24 événements que vous n’aviez fort probablement pas prévus:

1. La marque des Blackhawks

Si vous trouvez quelqu’un qui avait prédit que les Blackhawks de Chicago entreprendraient la saison avec une série de 24 matchs sans défaite en temps réglementaire, vous avez alors déniché un sacré bon menteur. Il était normal de prévoir que les Blackhawks seraient des prétendants cette saison, mais de là à dire qu’ils présenteraient un dossier de 21-0-3, incluant une séquence de 11 victoires, à leurs 24 premiers matchs n’était rien d’autre que de la fabulation.

Les Blackhawks ont fracassé la marque pour le plus grand nombre de matchs consécutifs avec au moins un point au début d’une saison (détenue depuis 2006-07 par les Ducks d’Anaheim avec 16). Pendant cette période, ils se sont forgé une priorité de 10 points en tête de l’Association de l’Ouest et de 17 points au premier rang de la section Centrale avant que l’Avalanche du Colorado ne leur fasse subir leur première défaite en temps réglementaire le vendredi 8 mars.

2. Roberto Luongo demeure un joueur des Canucks

Roberto Luongo
Gardien - VAN
Fiche: 5-2-3
MOY: 2,19 | % d'arrêts: 0,912

Il n’était plus supposé de l’être en ce moment.

Vous rappelez-vous quand Luongo était virtuellement assuré de passer aux Panthers de la Floride? Ou encore, quand il était évident que les Maple Leafs de Toronto allaient conclure un échange pour l’obtenir? Vous souvenez-vous quand la rumeur a impliqué les Blackhawks? Et comment on discourait sur la façon dont il renoncerait à sa clause de non-échange?

Bien sûr, tout cela n’était que des spéculations et rien de cela n’est devenu réalité. Le nom de Luongo a été le plus cité sur le marché des échanges de la LNH depuis la fin de la dernière saison, mais il est toujours un membre des Canucks de Vancouver, partageant le filet avec Cory Schneider, et sans aucune surprise, il présente de bonnes statistiques.

Le directeur général des Canucks, Mike Gillis, n’a pas laissé voir s’il va échanger Luongo dans un avenir rapproché. Il n’y a également eu aucune indication de la part des 29 autres équipes à savoir si elles désiraient acquérir Luongo et son imposant contrat.

3. Les superbes performances des gardiens des Blackhawks

Afin de remporter 11 victoires d’affilée et de disputer 24 matchs sans subir la défaite en temps réglementaire ou en prolongation, les Blackhawks ont dû obtenir de grandes performances de leurs gardiens. Au début de la saison, la défense du filet représentait le point faible des Hawks, mais Corey Crawford et Ray Emery ont excellé et ils ont permis à l’équipe d’établir cette marque.

Crawford et Emery ont partagé le travail au cours des 24 premiers matchs et ils ont présenté une moyenne combinée de buts accordés de 1,8 par match. Crawford présente une fiche de 11-0-3 avec deux jeux blancs, une moyenne de buts accordés de 1,53 et un pourcentage d’efficacité de ,940; Emery a un dossier de 10-0-0 et une moyenne de 2,02 et un taux d’efficacité de ,925.

4. La bonne première moitié de saison du Tricolore

Andrei Markov
Défenseur - MTL
Buts: 5 | Aides: 12 | Pts: 17
Tirs au but: 42 | Différentiel: 0

Les Canadiens de Montréal, qui ont terminé au 15e et dernier rang de l’Association de l’Est la saison dernière, présentent une fiche de 17-5-4 (38 points), eux qui n’ont pas encore perdu deux matchs de suite en temps réglementaire. Ils ont remporté leurs trois dernières rencontres et ils présentent un dossier de 11-1-3 depuis leur cinglante défaite de 6-0 contre les Maple Leafs le 9 février.

L’entraîneur en chef Michel Therrien a apporté un souffle nouveau et les recrues Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk ont ajouté un élément de jeunesse dont cette équipe avait désespérément besoin. De plus, le défenseur Andrei Markov est en santé, son coéquipier à la ligne bleue P.K. Subban a signé son contrat et il joue le meilleur hockey de sa jeune carrière, l’attaquant Tomas Plekanec marque à un rythme qu’il n’avait jamais connu et l’attaquant Max Pacioretty obtient régulièrement sa part de points.

5. Les cinq meilleures formations sont épargnées par les blessures

Les blessures ont affecté la plupart des formations lors de la première moitié de la saison, mais les Blackhawks, les Canadiens, les Ducks d’Anaheim, les Penguins de Pittsburgh et les Bruins de Boston ont été relativement épargnées par les blessures. Ce n’est pas une coïncidence s’ils occupent les cinq premiers rangs du classement général de la LNH.

Ironiquement, ce sont les Blackhawks qui ont été les plus touchés parmi les cinq premières équipes. Ils ont perdu 55 joueurs/matchs en raison de blessures avant que leur série ne prenne fin. L’attaquant Patrick Sharp a subi une blessure à une épaule et il sera absent du jeu pendant trois à quatre semaines. Le défenseur Steve Montador, qui n’a pas encore disputé un match en raison d’une commotion cérébrale, représente près de la moitié des joueurs/matchs perdus.

Les Canadiens totalisent 45 joueurs/matchs perdus en raison de blessures après 24 rencontres, mais plus de la moitié sont inscrits au dossier de Petteri Nokelainen qui n’a pas encore revêtu l’uniforme une seule fois en raison d’une blessure. Brandon Prust souffre présentement d’une légère dislocation à l’épaule gauche et Rene Bourque et Raphael Diaz sont tous les deux à l’écart en raison des commotions cérébrales.

Les trois autres formations, soit les Penguins, les Ducks et les Bruins, totalisaient seulement 43 joueurs/matchs perdus en raison de blessures après les matchs de la fin de semaine, incluant seulement sept pour les Bruins.

6. Les gardiens de Maple Leafs tiennent le coup

Luongo est demeuré à Vancouver et les Maple Leafs de Toronto ne s’en plaignent pas.

Sans tambour ni trompette, Ben Scrivens et James Reimer ont formé match après match un solide duo devant les filets des Maple Leafs. Ni Scrivens ou Reimer ne sera candidat au trophée Vézina, mais ils sont l’une des principales raisons pour lesquelles les Maple Leafs occupent le cinquième rang de l’Association de l’Est. Leurs gardiens de but ont été assez efficaces pour aider l’attaque relativement explosive.

7. Hausse du nombre de buts

L’enthousiasme de bloquer des tirs n’a pas empêché les attaques d’être productrices. Le nombre de buts a augmenté (deux pour cent après les matchs de la fin de semaine) comparativement à la saison dernière.

Avant les rencontres de lundi, les équipes de la LNH avaient totalisé 5,6 buts par rencontre au cours des 373 premiers matchs; comparativement aux 5,5 buts qu’elles avaient marqués après 373 matchs la saison dernière. Dix-sept équipes ont inscrit plus de buts par match cette saison qu’elles ne l’avaient fait l’an dernier. Les Ducks et les Kings de Los Angeles ont pratiquement inscrit un but de plus par match qu’ils ne l’avaient fait la saison dernière.

8. L’émergence de Kadri

Le 7e choix du repêchage 2009, Nazem Kadri brille de tous ses feux avec les Maple Leafs, remplissant enfin ses promesses à l’offensive. (Photo: Getty Images)

Pour les amateurs de Toronto, les performances de Nazem Kadri cette saison sont probablement moins une surprise et plus un soulagement. Le septième choix du repêchage 2009 brille de tous ses feux avec les Maple Leafs, remplissant enfin ses promesses à l’offensive. Il a souvent été critiqué pour sa pauvre forme physique et ses mauvaises habitudes alimentaires, mais cette saison il domine les Leafs au chapitre des points et il est l’une des raisons qui explique la position de l’équipe au classement.

9. Les Ducks obtiennent des buts de leurs joueurs de soutien

Un des gros problèmes des Ducks la saison dernière était la contribution pratiquement inexistante de leurs joueurs de soutien. Cette année, des joueurs comme Andrew Cogliano, Daniel Winnik, Kyle Palmieri, Sheldon Souray et même François Beauchemin ont été les principales menaces lors de la plupart des matchs, aidant les Ducks à renaître après une désastreuse campagne.

Ryan Getzlaf, Corey Perry, Bobby Ryan et Teemu Selanne continuent d’accumuler des points, mais Saku Koivu, Cogliano et Souray connaissent une bonne saison à l’attaque; Winnik procure une offensive inattendue aux Ducks; Palmieri a démontré qu’il pouvait être l’un des six premiers attaquants de l’équipe quand il est en santé; et Beauchemin pourrait être parmi les candidats à la mi-saison pour le trophée Norris avec les statistiques qu’il présente.

10. L’ascension de Viktor Fasth

Le gardien suédois de 30 ans est sorti de nulle part pour joindre un groupe exclusif plus tôt cette saison. Fasth a entrepris la campagne avec un dossier de 8-0, devenant seulement le troisième gardien dans l’histoire de la LNH à remporter les huit premiers matchs de sa carrière (après Ray Emery et Bob Froese).

Fasth, qui avait signé un contrat d’un an à titre de substitut, a commencé plusieurs matchs au détriment de Jonas Hiller et a fourni aux Ducks l’un des meilleurs duos de gardien de la ligue. Il a déjà signé une prolongation de contrat d’une valeur de 5,4 millions $ avec les Ducks.

11. L’incohérence des Rangers en début de saison

Après 18 matchs, les Rangers présentaient un dossier de 8-8-2 et ils occupaient une piètre 11e place dans l’Association de l’Est. Rick Nash était blessé, Henrik Lundqvist était moyen devant ses buts, Brad Richards n’avait pas marqué dans ce qui semblait être une éternité, Marian Gaborik jouait au sein du troisième trio et leur unité en supériorité numérique obtenait au mieux un D -.

Cependant, avec l’émergence de Nash depuis son retour au jeu, les Rangers ont retrouvé leurs moyens et ils affronteront les Sabres de Buffalo, mardi soir, après avoir remporté cinq de leurs six derniers matchs, ce qui leur a permis de grimper en huitième place, un seul point derrière les Devils du New Jersey.

12. La saga Ryan O’Reilly

L’Avalanche du Colorado et Ryan O’Reilly, qui était joueur autonome avec compensation, n’ont pu en venir à une entente, ce qui a empêché le centre de deuxième trio de disputer les 19 premiers matchs de la saison. La mésentente a pris fin quand O’Reilly a signé une offre hostile de deux ans d’une valeur de 10 millions $ avec les Flames de Calgary, le jeudi 28 février, une offre que l’Avalanche s’est empressé d’égaler.

En agissant ainsi, l’Avalanche rejetait l’opportunité d’obtenir les premier et troisième choix des Flames au repêchage 2013 en compensation de la perte d’O’Reilly.

Cependant, Chris Johnston de Sportsnet.ca a rapporté que si l’Avalanche n’avait pas égalé l’offre, O’Reilly ne serait pas devenu immédiatement un membre des Flames, car il aurait fallu que son nom soit soumis au ballottage, puisqu’il avait disputé deux matchs avec une équipe russe dans la KHL après le début de la saison de la LNH.

Tout est devenu sans objet parce que l’Avalanche a égalé l’offre hostile des Flames, mais ces derniers sont venus bien près de perdre leurs deux choix de repêchage et potentiellement voir O’Reilly être réclamé par une autre équipe.

13. La fin de Ruff à Buffalo

Lindy Ruff, lui qui semblait intouchable derrière la banc des Sabres, a été congédié le 20 février. (Photo: Getty Images)

Lindy Ruff aura conservé son poste d’entraîneur en chef pendant 14 saisons et 17 matchs. Celui qui semblait intouchable à Buffalo a été congédié le 20 février alors que les Sabres présentaient une fiche de 6-10-1. Il était l’entraîneur en chef de la LNH comptant le plus d’ancienneté avec une équipe, lui qui a remporté 571 victoires à Buffalo.

Ron Rolston a été promu de Rochester de la Ligue américaine de hockey pour remplacer Ruff par intérim. Avant le match de mardi soir contre les Rangers, les Sabres présentaient une fiche de 3-4-2 sous les ordres de Rolston.

14. Le terrible début de saison des Capitals

Aucune autre équipe n’avait plus besoin d’un camp d’entraînement complet que les Capitals de Washington qui en sont à leur troisième entraîneur en chef en 12 mois. Ils ont systématiquement changé leur système de jeu avec l’arrivée d’Adam Oates derrière le banc, comparativement à celui de Dale Hunter, qui a démissionné après avoir mené les Caps au deuxième tour des séries éliminatoires au printemps 2012. Il était néanmoins décevant de voir les Capitals, qui n’étaient qu’à une seule victoire de participer à la finale de l’Association de l’Est la saison dernière, remporter seulement deux victoires à leurs 11 premiers matchs (2-8-1).

Alex Ovechkin ne totalisait que trois buts après 11 rencontres alors que Nicklas Backstrom avait été limité à un but et sept assistances.

15. Les Blues connaissent des difficultés devant les buts

Jaroslav Halak et Brian Elliott ont remporté le trophée Jennings la saison dernière et ils auraient tout aussi bien pu partager le trophée Vézina en raison de leurs performances qui avaient permis aux Blues de totaliser 109 points. Cette saison, les Blues luttent pour participer aux séries éliminatoires parce que leurs gardiens sont tout simplement inefficaces.

Avant leur match de mardi soir, la recrue Jake Allen, qui a été rappelé de la LAH, avait autant de victoires que Halak (cinq), en seulement sept matchs. Elliott présentait le pire taux d’efficacité (,851) et la deuxième pire moyenne de buts accordés (3,65) parmi les gardiens comptant 10 présences ou plus. Les Blues ont accordé une moyenne de plus de trois buts par match depuis le début de la campagne, alors qu’ils avaient terminé avec une moyenne de 1,89 la saison dernière.

Avant les matchs de lundi, les Blues étaient au 30e rang au chapitre du taux d’efficacité (,869) après avoir terminé en première position à ce chapitre la saison dernière (,929).

16. Le redressement de Semin en Caroline

Alexander Semin est demeuré joueur autonome sans compensation jusqu’à ce qu’il signe une entente d’un an d’une valeur de 7 millions $ le 26 juillet avec les Hurricanes de la Caroline, qui n’hésitaient pas à admettre qu’ils prenaient un pari sur l’énigmatique attaquant russe. Semin, dont la production a diminué à chacune des deux dernières saisons à Washington, s’est trouvé une place à l’aile droite d’Eric Staal et il produit comme un joueur étoile.

17. Les Red Wings sont toujours dans la lutte

Il est possible que la série de 21 participations consécutives des Red Wings dans les séries éliminatoires prennent fin cette saison, mais pour le moment, ils sont toujours dans la lutte malgré la perte de Nicklas Lidstrom, qui a pris sa retraite, et les nombreuses blessures qui touchent l’équipe.

Cinq joueurs des Red Wings sont présentement blessés, dont le centre Darren Helm, qui n’a joué qu’un seul match en raison d’un malaise au dos. Ils ont perdu 158 joueurs/matchs en raison de blessures, dont 47 par des défenseurs. Ils occupaient néanmoins le cinquième rang de l’Association de l’Ouest avant les matchs de lundi.

18. L’émergence de Brunner à Detroit

Carl Klingberg
Damien Brunner
Centre - DET
Buts: 10 | Aides: 9 | Pts: 19
Tirs au but: 78 | Différentiel: -2

Damien Brunner est arrivé à Detroit sans tambour ni trompette, mais avec le potentiel de figurer parmi les six premiers attaquants de l’équipe. À la mi-saison de sa première campagne dans la LNH, l’ex-joueur étoile en Suisse obtient une certaine notoriété en étant l’un des meilleurs joueurs offensifs des Red Wings. Brunner, âgé de 26 ans, est trop vieux pour être candidat au trophée Calder, mais il est le complément parfait pour Henrik Zetterberg.

19. Le lendemain de veille a encore une fois fait son œuvre pour les Champions

Malgré une saison-morte de six mois en raison du lock-out, les Kings de Los Angeles n’ont pu éviter le redoutable coup de gueule des champions de la Coupe Stanley. Plusieurs experts ont prétendu que les Kings ne seraient pas touchés en raison du repos supplémentaire qu’ils ont joui, mais ils ont néanmoins commencé la saison avec seulement trois victoires dans leurs 10 premiers matchs (3-5-2), eux qui maintenaient une moyenne de seulement 2,1 buts par match.

20. Les Sénateurs demeurent dans la course

Les blessures qui ont potentiellement mis fin à la saison du centre étoile Jason Spezza et du gagnant du trophée Norris, Erik Karlsson, auraient dû faire en sorte que les chances des Sénateurs d’Ottawa de participer aux séries éliminatoires auraient été complètement anéanties. Ces blessures auront peut-être des conséquences désastreuses, mais les Sénateurs demeurent toujours dans la course dans l’Association de l’Est malgré les blessures à leurs deux meilleurs joueurs.

Ce qui a manqué aux Sénateurs à l’attaque a été compensé par la meilleure défense de la ligue, malgré le fait que leur gardien Craig Anderson n’a pas joué depuis le 21 février en raison d’une blessure à une cheville. Robin Lehner et Ben Bishop ont été formidables devant les buts et l’unité en désavantage numérique des Sénateurs est l’une des meilleures de la LNH.

21. Les recrues se sont démarquées

Normalement à la mi-saison, on retrouve cinq ou six candidats pour l’obtention du trophée Calder, parmi lesquels trois ou quatre ressortent. Cette saison, on dénombre pas moins d’une douzaine de candidats sérieux pour le titre de meilleure recrue.

Cory Conacher est sorti de nulle part pour devenir l’un des joueurs les plus productifs du Lightning de Tampa Bay. Jonathan Huberdeau et Drew Shore sont à peu près les seuls éléments positifs des Panthers de la Floride. Justin Schultz joue comme un vétéran en étant utilisé près de 23 minutes par match par les Oilers d’Edmonton. Son coéquipier, Nail Yakupov, a clairement démontré son flair pour le spectaculaire.

Dougie Hamilton, Brendan Gallagher, Alex Galchenyuk, Brandon Saad, Jake Muzzin, Vladimir Tarasenko, Jake Allen et Beau Bennett sont toutes des autres recrues, pour ne nommer que ceux-là, qui ont eu un impact au sein de leur équipe respective.

22. Des Sharks d’un extrême à l’autre

Au cours des sept premiers matchs, Patrick Marleau semblait imparable et les Sharks de San Jose semblaient imbattables. Ce n’est plus le cas.

Marleau a marqué neuf buts à ses cinq premières rencontres, incluant deux à ses quatre premiers matchs, et les Sharks ont entrepris la saison avec une fiche de 7-0-0 totalisant pas moins de 27 buts. Marleau est devenu le premier joueur depuis 1917-1918 à entreprendre une campagne avec quatre matchs consécutifs de plus d’un but.

Mais quand est arrivé février, Marleau et les Sharks ont perdu leur touche et 10 de leurs 12 matchs. Marleau a inscrit trois buts en février alors que les Sharks ont marqué seulement 15 buts dans le mois pour glisser au huitième rang del’Association de l’Ouest.

23. « Bob » donne le ton aux Blue Jackets

Sergei Bobrovsky
Gardien - CBJ
Fiche: 8-6-3
MOY: 2,27 | % d'arrêts: 0,919

Une des dernières décisions de Scott Howson avant d’être congédié est sans aucun doute l’une des meilleures qu’il a prise pendant son règne de cinq ans à titre de directeur général des Blue Jackets de Columbus.

Sergei Bobrovsky a été nommé la première étoile de la LNH la semaine dernière après avoir présenté une fiche de 4-0-0 avec un jeu blanc, lui qui a maintenu une moyenne de buts accordés de 0,77 et un taux d’efficacité de ,962. Il a été acquis des Flyers de Philadelphie en retour de trois choix au repêchage et il aide les Blue Jackets à grimper au classement pour une place dans les séries éliminatoires après un lent départ malgré leur faible attaque.

24. Kunitz grimpe au classement des pointeurs

On retrouve un nouveau nom parmi les meilleurs pointeurs de la LNH, un joueur qui n’a jamais été aussi près de gagner le trophée Art Ross. Chris Kunitz marque des buts et récolte des aides à un rythme qu’il n’avait jamais connu à ses neuf premières saisons dans la LNH, car il est le parfait complément au favori pour remporter le trophée Hart, Sidney Crosby.

Kunitz a connu un match de cinq points contre les Islanders de New York et avant d’affronter les Bruins, mardi soir, il totalisait 36 points (17 buts, 19 assistances). S’il maintient ce rythme, il finira la saison avec 66 points en 48 matchs. Kunitz a connu sa meilleure saison l’an dernier quand il a totalisé 61 points… en 82 matchs.

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook