Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Après s’être entendus avec Getzlaf, les Ducks se tournent vers Perry

samedi 2013-03-09 / 1:12 / LNH.com - Nouvelles

Par Curtis Zupke - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Après s’être entendus avec Getzlaf, les Ducks se tournent vers Perry

ANAHEIM – Une entente de conclue, une autre à réaliser pour le directeur général des Ducks d’Anaheim, Bob Murray.

Soulagé après avoir fait signer un contrat à son capitaine Ryan Getzlaf jusqu’à la fin de la saison 2020-21, Murray tentera maintenant d’en venir à une entente avec une autre pierre angulaire, Corey Perry.

Murray s’est fait discret quand il a rencontré les journalistes après la première période du match entre les Ducks et les Flames de Calgary vendredi soir au Honda Center quand est venu le temps de parler des négociations avec son joueur qui pourrait devenir autonome à la fin de la saison.

« On va tenter d’en venir à une entente avec lui », a simplement dit Murray.

« Je n’ai jamais parlé des négociations et je ne le ferai jamais. Tant du côté de Corey, que du côté de Getzy, personne ne veut discuter des négociations que nous avons. Je n’ai rien à vous dire concernant nos négociations. Il n’y a rien de nouveau. »

Les Ducks ont annoncé vendredi qu’ils avaient prolongé le contrat de Getzlaf de huit ans pour une valeur de 66 millions $, une entente qui mettra fin à la moitié des spéculations concernant l’avenir des deux coéquipiers et amis qui sont arrivés en même temps à Anaheim.

Tout comme Getzlaf, Perry peut en venir à une nouvelle entente avec les Ducks pour un maximum de huit ans selon les règles de la nouvelle convention collective, alors que le contrat d’une autre équipe ne pourra excéder sept ans. Le plafond salarial baissera à 64,3 millions $, la saison prochaine.

Depuis qu’il a remplacé Brian Burke, Murray a toujours joui d’un coussin évalué entre deux et trois millions $ sous le plafond salarial. Anaheim a amplement d’espace sous le plafond salarial pour faire signer un nouveau contrat à Perry. La question est de savoir à combien Murray est-il prêt à s’approcher du plafond salarial pour conserver les droits sur le gagnant du trophée Hart de 2011.

Perry, qui a empoché entre 4 millions $ et 5,3 millions $ à ses deux dernières années de son présent contrat, exigera certainement autant d’argent que Getzlaf sur le marché des joueurs autonomes. Perry a déclaré vendredi matin que la décision de Getzlaf n’influencera ultimement pas son choix, avant d’ajouter : « Évidemment, ça aide de savoir qu’il jouera avec les Ducks pour de nombreuses saisons. Ça pourrait définitivement jouer un rôle dans ma décision. »

Tout comme pour Getzlaf, Murray considère que la seule manière de conserver les droits sur des joueurs de ce calibre est de leur faire signer des contrats à long terme, même s’il n’est pas nécessairement friand de cette stratégie.

Murray a indiqué que le physique et les habiletés font de Getzlaf un joueur inestimable, qui a rebondi après avoir connu une mauvaise saison en 2011-12, lui qui a dû s’adapter à son titre de capitaine et à la paternité la saison passée. Getzlaf a récolté les 500e et 501e points de sa carrière, vendredi, lui qui en totalise 29 en 23 matchs cette saison.

« Où allez-vous trouver un joueur de centre comme lui?, a questionné Murray. Toutes les équipes dans la ligue recherchent un joueur de centre comme lui, tous les téléphones qu’un directeur général peut recevoir sont à propos de joueurs de centre comme lui. Où pouvez-vous en trouver un avec son physique et ses habiletés? »

Murray l’a comparé à Steve Yzerman, qui est devenu capitaine à un jeune âge avec les Red Wings de Detroit. Il a indiqué que Getzlaf évoluera de manière similaire.

« Ce n’est pas arrivé du jour au lendemain pour Steve, a dit Murray. Je suis un grand partisan de Stevie et vous pouvez lui en parler, car ça lui a pris un certain temps pour s’adapter à son rôle. Je pense que Getzlaf va s’améliorer à titre de capitaine. Ce titre lui a nui la saison dernière, car il se souciait de certaines choses au lieu de simplement jouer, ces expériences font partie d’un apprentissage pour un leader. »

 

La LNH sur Facebook