Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Une série de défaites a préparé la séquence historique des Blackhawks

mercredi 2013-03-06 / 16:13 / LNH.com - Nouvelles

Par David Kalan - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Une série de défaites a préparé la séquence historique des Blackhawks

Dans le sport, perdre te procure souvent les éléments nécessaires pour devenir un gagnant.

Les Blackhawks de Chicago sont peut-être le plus récent exemple de ce cliché qui fait en sorte que les douloureuses expériences de la défaite sont souvent un précurseur pour apprendre à gagner régulièrement.

En effet, les Blackhawks ont amassé au moins un point à leurs 29 derniers matchs en saison régulière si l’on remonte à l’an dernier. Un exploit pratiquement inimaginable si l’on tient compte de la parité qui existe dans la Ligue nationale de hockey. Mais, la formation des Hawks de cette année n’est pas tellement différente de celle qui a connu une désastreuse série de neuf défaites lors de la saison 2011-12.

Ceci est définitivement un cliché.

« C’est certainement quelque chose à quoi nous avons pensé », a déclaré le capitaine des Blackhawks, Jonathan Toews, la semaine dernière à St. Louis. « Cette série nous est resté en tête le reste de la saison, et même cette année nous avons rapidement oublié les choses à travers lesquelles nous avons passé l’année dernière. Pas seulement la série de neuf défaites, mais aussi ce qui n’a pas fonctionné en tant qu’équipe et de la manière que nous avons perdu dans les séries éliminatoires. Nous avons compris ce que nous avions à changer, et voici ce que ça donne.

« La saison dernière, nous ne faisions pas toutes les petites choses qui nous procurent du succès cette année. Il semble que nous avons tous appris de cette expérience. »

Toews était âgé de 22 ans quand il était le capitaine des Hawks qui ont remporté la Coupe Stanley, il y a trois ans. Patrick Kane, qui a marqué le but victorieux en prolongation lors du sixième match de la finale, n’avait que 21 ans. Les deux joueurs formaient et forment toujours le noyau de l’équipe.

Des 27 joueurs qui ont joué pour les Blackhawks au cours de cette séquence de neuf défaites en 2011-12, 17 ont disputé au moins un match avec l’équipe cette saison. Il n’y a pratiquement pas de différence entre l’équipe qui n’a pu remporter une seule victoire au cours de cette cruciale période de quatre semaines la saison dernière, et celle de cette année qui n’a pas encore perdu en temps réglementaire et qui présente une fiche de 20-0-3.

Il est facile de déduire que les luttes du passé permettent de jeter les bases pour les succès d’aujourd’hui. Les probabilités disent que les Blackhawks vont connaître une série de défaites, mais étant donné ce qui est survenu la saison dernière, leur incroyable série de succès en ce début de saison n’est peut-être pas le fruit du hasard.

La présente série remet peut-être le tout en perspective.

« On ne s’en fait pas avec cette série, a admis Toews. Comme toutes les autres équipes, nous profitons de nos chances, nous travaillons fort à chaque match et on se donne des chances de gagner. Cette série prendra fin un jour. Il n’y a aucune satisfaction d’un match à l’autre. »

Ce constat est peut-être le fait de savoir comment les bonnes choses peuvent facilement dégénérer.

Le 21 janvier 2012, les Blackhawks avaient gagné cinq de leurs six derniers matchs et ils occupaient le premier rang du classement général de la ligue et n’avaient pas subi la défaite en temps réglementaire au cours des deux dernières semaines.

Mais le 15 février, ils avaient glissé au sixième rang de l’Association de l’Ouest après avoir subi une incompréhensible série de neuf défaites (0-8-1). Une série de neuf défaites n’est pas vraiment rare, mais c’est inhabituel que cela arrive à une équipe aussi puissante que celle des Blackhawks.

Selon Elias Sports Bureau, depuis la saison 2000-01, soit depuis que la ligue a atteint le nombre de 30 équipes, seulement sept des 53 équipes qui ont connu une série de neuf défaites ont participé aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley, soit un pourcentage de 13,2 pour cent. La série de défaites des Blackhawks est d’autant plus bizarre qu’ils ont accumulé 101 points, le plus haut total parmi les équipes qui ont connu des séries de neuf défaites ou plus depuis l’époque des six équipes originales en 1967.

Il est également intéressant de constater qu’aucune de ces équipes n’a remporté la Coupe Stanley.

Le membre du Temple de la renommée du baseball, le receveur Johnny Bench, a déjà mentionné qu’une disette c’était comme dormir dans un lit douillet: il est facile d’y entrer, mais difficile d’en sortir. Mais c’est encore plus embêtant quand l’équipe croit en ses chances de remporter le championnat. C’est alors qu’une disette devient particulièrement imprévisible et capricieuse.

Bien qu’il existe quelques éléments pour expliquer la parfaite tempête qui s’est abattue sur les Blackhawks au cours de cette série de neuf défaites en 2012, un coup d’œil de la série (en médaillon) nous fournit quelques réponses pour expliquer pourquoi de telles séquences peuvent arriver à de si bonnes équipes.

La mauvaise séquence, qui a duré un peu plus de trois semaines, a été la succession d’événements hors leur contrôle. Avant la première défaite, le vol de l’équipe a été retardé par une tempête de neige. Toews et Patrick Sharp ont raté des matchs en raison de blessures. La plupart des défaites sont survenues au cours d’un voyage qui les gardait loin du United Center en raison du spectacle « Disney on Ice presents Dare to Dream » qui était présenté dans leur amphithéâtre. Il y a aussi eu de la chance et du hasard qui ont favorisé leurs adversaires, dont un bizarre de but de Kevin Klein, des Predators de Nashville, survenu lors d’un dégagement dans le premier match, ainsi que l’incroyable performance de Sam Gagner, des Oilers d’Edmonton, qui a connu un match de huit points.

Aussi invraisemblable que ça puisse l’être, n’importe quelle équipe, bonne ou mauvaise, peut connaître une désastreuse série de défaites, tout comme elle peut connaître le meilleur début de saison de l’histoire de la LNH, ce qui n’est pas perdu pour les joueurs qui ont vécu ces expériences.

« Je pense que ce fut une grande révélation pour beaucoup de gens, moi le premier, a dit Sharp la semaine dernière. Le momentum est un élément important dans ces séries. Quand on gagne, la confiance règne, on pense que l’on est imbattable et que l’on va réussir à se sortir de n’importe quelle situation. Et quand on perd, on a beau détenir une priorité, on a le sentiment étrange que les choses vont jouer contre nous. »

Le 16 février, les Blackhawks ont marqué quatre buts dans les 10 premières minutes du match pour mettre fin à la série de défaites pour finalement l’emporter 4-2 contre les Rangers de New York.

Aussi libératrices furent ces 10 minutes, les Hawks avaient perdu au cours des neuf derniers matchs l’enviable position qu’ils détenaient dans l’Association de l’Ouest.

Ils ont terminé au quatrième rang de la section Centrale et en sixième place de l’association, ce qui anéantissait toutes chances de profiter de l’avantage de la patinoire au cours des séries éliminatoires. Si les Blackhawks avaient accumulé des points au cours de cette séquence de neuf matchs au même rythme qu’ils l’avaient fait dans les 73 autres rencontres, ils auraient totalisé 112 points et ils auraient devancé les Canucks de Vancouver dans la course pour le trophée des Présidents.

Au lieu de cela, la saison des Hawks a pris fin dès la première ronde, car ils ont été éliminés en six matchs par les Coyotes de Phoenix qui avaient terminé au premier rang de la section Pacifique.

Même si la moitié de la saison 2012-13 n’est pas encore complétée, il est difficile de croire que les Hawks glisseront dans la deuxième moitié du classement des équipes qui participeront aux séries éliminatoires.

Même s’il n’y a pas moyen de tout expliquer la désastreuse série de défaites survenue en février 2012, il semble que les événements donnent encore raison à ce vieux cliché qui est encore une fois en train de se réaliser.

Les Blackhawks ont connu les affres de la défaite et il est maintenant le temps pour eux de gagner. En sachant que le premier rang du classement général de la ligue peut leur glisser rapidement entre les mains, les Hawks ne tentent plus de savoir ce qui s’est passé en 2012. À la place, ils sont contents de voir que les gens se posent différentes questions.

Louie Korac correspondante de LNH.com a collaboré à cet article

 

La LNH sur Facebook