Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Chris Pronger parle de sa vision et de son avenir

mercredi 2013-03-06 / 13:51 / LNH.com - Nouvelles

LNH.com

Partagez avec vos amis


Chris Pronger parle de sa vision et de son avenir

Le défenseur Chris Pronger des Flyers de Philadelphie, qui n’a pas joué un seul match depuis près de 16 mois, a donné sa première entrevue depuis ce dernier match avec le réseau Sportsnet ; la première partie de l’entretien sera diffusée mercredi.

Pronger a subi une blessure sérieuse à un œil, le 24 novembre 2011, lorsqu’il a été atteint au visage par le bâton de Nikolai Kulemin des Maple Leafs de Toronto. Pronger est revenu au jeu après deux semaines, mais n’a joué que cinq parties avant de quitter pour de bon. Le 15 décembre 2011, les Flyers ont annoncé que Pronger raterait le reste de la saison 2011-12, des suites d’une commotion cérébrale.

Dans son entretien avec Dan Murphy de Sportsnet, Pronger a dit que la perte de la vision périphérique était un des plus gros problèmes.

« Ce qui est arrivé, c’est que j’avais les yeux d’une personne de 30 ans », a dit Pronger dans une retranscription partielle de l’entrevue publiée dans le Philadelphia Daily News. « J’ai été atteint et les docteurs m’ont dit que j’avais maintenant les yeux d’une personne de 60 ans. Je n’ai pas une très bonne vision périphérique. Ce qu’on appelle le sixième sens ? J’en avais un excellent, mais présentement, je ne ressens plus si un joueur s’amène dans un coin.

« Mes enfants me font sursauter tout le temps. »

Pronger, qui est retourné vivre dans la région de St. Louis avec sa femme et ses trois enfants, a dit qu’il se sentait mieux, mais qu’il était limité dans ses activités quotidiennes.

« Ça s’améliore un peu », a dit Pronger en entrevue. « Je peux quitter la maison et vaquer à mes occupations. Si j’en fais trop, je peux ressentir des maux de tête. Occasionnellement, si je commence à me sentir mieux, je tente d’en faire davantage et je suis pris de nausées. »

Pronger, 38 ans, en est à la troisième année d’un contrat de sept ans qui prendra fin en 2016-17. Il n’a pas utilisé le mot retraite lors de l’entretien, mais a effleuré le sujet en disant : « Tous les athlètes voudraient se retirer comme l’a fait John Elway, lui qui a remporté deux Super Bowl et s’est retiré à sa façon. Très très peu de gens ont cette opportunité. »

 

La LNH sur Facebook