Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Le diabète n’a pas ralenti l’ascension de Max Domi en vue du repêchage de 2013

    mercredi 2013-03-06 / 11:00 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Mike G. Morreale - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Le diabète n’a pas ralenti l’ascension de Max Domi en vue du repêchage de 2013

    Suivre les traces d’un père qui a été considéré comme l’un des joueurs les plus robustes de tous les temps de la LNH n’a jamais été un gros problème aux yeux de l’attaquant Max Domi, des Knights de London.

    Quel a été le plus grand défi de Domi, un joueur de 5 pieds 9,25 pouces pesant 193 livres? Faire face à un diabète de type 1 dans le but de pratiquer le sport qu’il aime tant.

    « Ce n’est pas la chose la plus facile à faire face, mais plus je vieillis et plus j’acquiers de l’expérience, plus ça devient facile à composer avec cette maladie, a déclaré Domi à LNH.com. Je me dois de vivre avec cela. Je ne dois pas voir cette maladie comme un adversaire. Je n’y peux rien et je dois juste m’en servir pour devenir une meilleure personne. »

    Domi, le fils du retraité Tie Domi, ex-dur-à-cuire de la LNH, a été diagnostiqué souffrant de diabète juvénile il y a plusieurs années. Il porte une pompe d’insuline attachée à sa hanche pendant les matchs et le thérapeute athlétique Andy Scott et le directeur général Mark Hunter lui permettent de surveiller son taux de glycémie sur le banc des joueurs.

    « Le plus difficile, c’est de tester son niveau de sang, mais pendant les matchs et les entraînements, il doit me dire comment il se sent », a expliqué Scott.

    Pendant les intermissions, Domi avale généralement des sandwiches ou boit du Gatorade afin de maintenir son taux de glucose.

    « Sur la glace, je me dois d’être plus responsable et prendre soin de mon corps, a admis Domi. C’est la meilleure chose que je peux faire et ça m’aide. »

    Domi porte le no 16 en hommage à l’ex-capitaine des Flyers de Philadelphie, Bobby Clarke, qui a joué pendant 15 saisons dans la LNH souffrant lui aussi d’un diabète de type 1.

    La saison dernière, à titre de recrue dans la Ligue de hockey de l’Ontario (LHO), Domi a reçu de très bons conseils de son co-chambreur Jared Knight, qui souffre lui aussi de diabète. Knight a été un choix de deuxième ronde en 2010 (32e) des Bruins de Boston.

    « Il est l’un des joueurs les plus acharnés que je connaisse, a déclaré Domi au sujet de Knight. À titre de recrue, ne sachant pas exactement quoi faire et comment vivre avec la maladie, le fait d’avoir eu Knight comme coéquipier m’a beaucoup aidé. Il est probablement l’une des personnes les plus influentes que j’aie jamais rencontré au point de vue hockey. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans lui la saison dernière. »

    Domi, qui a fêté son 18e anniversaire le 2 mars, s’est rapidement acclimaté à sa première saison dans la LHO en 2011-12, totalisant 21 buts et 49 points, en plus de présenter un différentiel de plus-13 avec les Knights.

    Cette année, il est classé au 23e rang sur la liste intermédiaire du Bureau central de dépistage de la LNH. Deux experts du repêchage de LNH.com classent Domi au 17e rang et un autre le place en 19e place.

    Plusieurs recruteurs considèrent que le jeune Domi est complètement différent de son père, qui a joué 16 saisons dans la ligue avec les Maple Leafs de Toronto, les Rangers de New York et les Jets de Winnipeg. Le paternel vient au troisième rang de l’histoire de la LNH au chapitre des minutes de pénalités avec 3515 minutes, incluant une marque d’équipe de 2265 minutes en 11 saisons avec les Maple Leafs.

    « Il a joué pendant 16 saisons dans la LNH, il doit donc avoir fait quelque chose de bien. Il est probablement le travailleur le plus acharné que je n’ai jamais rencontré, a déclaré Max. J’ai pris quelques éléments de son jeu et je les ai adaptés à mon jeu, en espérant pour le mieux. »

    Les résultats sont encourageants, surtout cette saison, puisque Domi est l’un des joueurs importants des Knights qui ont remporté 25 victoires consécutives du 1er novembre au 31 décembre. Durant cette séquence record de l’équipe, Domi a marqué 14 buts et totalisé 28 points et il a présenté un différentiel de plus-11.

    « Tout comme son père, il joue avec ardeur et il n’a peur de rien », a analysé le recruteur du Bureau central de la LNH, David Gregory, à LNH.com. « Je crois que Max va continuer à se développer. Il a le pedigree pour devenir un athlète professionnel et selon moi, il sera un choix de première ronde. »

    Domi a été sélectionné par les Frontenacs de Kingston au huitième rang du repêchage de la LHO en 2011, mais le 30 août de la même année, il a été échangé par le directeur général Doug Gilmour – un ex-coéquipier de son père Tie – à London en retour de trois choix de deuxième ronde.

    À son premier match contre le Spirit de Saginaw le 23 septembre 2011, Domi a réussi un tour du chapeau en plus d’amasser une aide dans une victoire de 8-0 des Knights.

    « Il a de bonnes qualités offensives et son coup de patin – je déteste dire cela – ressemble à celui de Sidney Crosby », a indiqué l’entraîneur en chef de London, Dale Hunter. « On ne veut jamais comparer un joueur à un autre, mais il est très fort du bas du corps et son centre de gravité est fantastique. »

    Les comparaisons avec Crosby en ce qui concerne son éthique de travail s’expliquent peut-être par le fait que Domi s’entraîne occasionnellement avec le capitaine des Penguins de Pittsburgh.

    « Il est le meilleur joueur du monde. C’est donc incroyable de me retrouver dans le même vestiaire que lui, regardez ce qu’il fait et voir comment il gère la situation, a indiqué Domi. Après seulement quelques heures passées avec lui, tu comprends pourquoi il est le meilleur joueur du monde. Il travaille extrêmement fort. »

    En 59 matchs avec London cette saison, Domi domine l’équipe avec 39 buts et il est à égalité au premier rang des pointeurs avec 82 points. Il a aussi marqué 14 buts en avantage numérique, un en désavantage numérique et il présente un différentiel de plus-32. Il a écopé de 59 minutes de pénalité.

    « Il continue d’accumuler des points même s’il est de plus en plus surveillé étroitement et il donne toujours le meilleur de lui-même, a déclaré Gregory. Des gens peuvent remettre en question sa taille, mais Max est le genre de joueurs qui répondra à ces critiques par son jeu. »

    Chris Edwards du Bureau central de la LNH est complètement d’accord.

    « Il est constant depuis le début de la saison, a dit Edwards. Il s’améliore sur le premier trio de l’équipe, même s’il reçoit plus d’attention de ses adversaires. Il travaille fort à chaque match et il n’a pas peur de se mettre le nez dans le trafic. Son style robuste est apprécié par tous les recruteurs. »

    Suivez Mike Morreale sur Twitter à: @mikemorrealeNHL