Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Selanne a fait son entrée de façon remarquée en marquant 76 buts à son année recrue

samedi 2013-03-02 / 14:24 / 92/93 - La meilleure saison?

Par Tal Pinchevsky - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Selanne a fait son entrée de façon remarquée en marquant 76 buts à son année recrue


Plusieurs croient que la saison 1992-1993 de la LNH a été l’une qui a marqué le plus l’histoire de la ligue. De l’arrivée de deux équipes d’expansion, à l’importance soudaine des joueurs européens, des exploits héroïques de Mario Lemieux jusqu’au couronnement des Canadiens de Montréal à titre de champions de la coupe Stanley, la saison a été marquée par des moments mémorables.

Vingt ans plus tard, LNH.com va passer en revue les moments importants de la saison 1992-1993 afin de déterminer si elle peut être considérée comme la meilleure de toute l’histoire de la LNH.

Lors d’un match à domicile contre les North Stars du Minnesota le 28 février 1993, la recrue Teemu Selanne, des Jets de Winnipeg, totalisait 47 buts et s’approchait du record de 53 établi par Mike Bossy, des Islanders de New York, 15 ans plus tôt.

Mais Selanne n’avait pas marqué à ses trois matchs précédents, sa plus longue « disette » depuis le premier mois de la saison.

'LA MEILLEURE SAISON?'

Mario 1, Cancer 0

Par Corey Masisak - Correspondant LNH.com
Le 2 mars 1993, Mario Lemieux est revenu au jeu après avoir vaincu le cancer. LISEZ

Tout le bavardage spéculant que Selanne avait ralenti a été rapidement interrompu quand il a marqué quatre buts contre les North Stars.

Deux soirs plus tard toujours à domicile, Selanne a éclipsé la marque en réussissant un tour du chapeau contre les Nordiques de Québec. Il a célébré son exploit avec une des célébrations les plus emblématiques de l’histoire de la ligue en lançant son gant dans les airs et, en se servant de son bâton, il a mimé un tir de carabine en direction de son gant.

Selanne a éclipsé le record à son 64e match dans la LNH, mais il avait préparé ce moment pendant près de cinq ans.

Après avoir sélectionné Selanne au 10e rang du repêchage en 1988, les Jets ont attendu avant de faire venir le rapide ailier à Winnipeg. Il a participé aux camps d’entraînement de l’équipe, mais Selanne a été appelé à développer ses habiletés avec le Jokerit de Helsinki dans la ligue finlandaise. Cette stratégie a contrarié certains amateurs et certains journalistes qui étaient impatients de le voir dans l’uniforme des Jets.

« Comme organisation, notre philosophie consiste à ne pas faire venir des joueurs européens tant qu’ils ne sont pas prêts. Nous croyons qu’il n’a aucun avantage pour les joueurs européens de venir en Amérique du Nord et de jouer dans une ligue mineure. C’est la pierre angulaire de notre philosophie », avait déclaré à l’époque Mike Smith qui avait été nommé directeur général des Jets quelques semaines après que l’équipe eut repêché Selanne.

« Teemu ne parlait pas anglais, il avait commencé son service militaire. Je me souviens d’un souper que j’avais eu avec lui à Helsinki. Je luis avais demandé : ‘Qu’est-ce que tu fais dans l’armée?’ Il m’avait répondu, je cours six milles (10km). J’avais répliqué : ‘Qu’est-ce que tu as fait comme entraînement hors glace?’ Il m’avait lancé, j’ai couru cinq milles (8km). Je lui ai lancé : ‘Tu es probablement le seul joueur de hockey du monde qui a couru 11 milles (18km) aujourd’hui.’ »

En 1991, les Jets ont poussé fort pour que Selanne se joigne à la formation de la LNH. Mais le jeune Finlandais était encore un peu réticent et il a préféré attendre. En 1992, après avoir représenté son pays aux Jeux olympiques d’Albertville, remporté le championnat de la ligue finlandaise et le trophée Aarne Honkavaara, à titre de meilleur buteur de la ligue, Selanne, qui était alors considéré comme un joueur autonome du groupe IV, était prêt à faire son entrée dans la LNH.

C’est alors que les Flames de Calgary en ont profité et ont fait une offre hostile au jeune Finlandais. Pour un moment, la carrière de Teemu Selanne à Winnipeg avait pris fin avant même qu’elle ait commencé.

« Les Jets ont égalé l’offre. L’offre hostile était d’environ 1,5 million de dollars plus élevée que ce que les Jets lui avaient d’abord offert. Il y avait donc beaucoup d’angoisse à Winnipeg à savoir si un joueur méritait ce montant d’argent, s’est rappelé Don Baizley, l’agent de Selanne. Il était vraiment déterminé à traverser l’Atlantique et à faire face à cette pression. Il voulait prouver aux amateurs qu’il était vraiment un bon joueur. Ce n’était pas l’offre hostile en tant que telle, mais la réaction à cette offre hostile. »

Carl Klingberg
TEEMU SELANNE - 1992-93
AILIER DROIT - WPG
Buts: 76 | Aides: 56 | Pts: 132
Tirs au but: 387 | Différentiel: 8

Après quatre ans de négociations et après l’avoir observé à distance, les Jets détenaient finalement leur homme.

Arrivé dans une nouvelle culture avec une langue étrangère et faire son entrée dans une nouvelle ligue aurait pu être décourageant pour Selanne. Mais le joueur de 22 ans ne devait pas affronter tout cela tout seul. Le vétéran finlandais Teppo Numminen faisait déjà partie des Jets et il a pris Selanne sous son aile.

De plus, les Jets de la saison 1992-1993 étaient l’une des équipes les plus jeunes et la formation la plus internationale de la LNH. Le cœur de la formation était composé de trois recrues, outre Selanne, on retrouvait le Russe Alexei Zhamnov et l’Américain Keith Tkachuk.

Le Finlandais Alpo Suhonen agissait même à titre d’adjoint à l’entraîneur et les Jets avaient ajouté le Russe Zinetula Bilyaletdinov à leur personnel.

« Nous avions tout un mélange de nationalités. Il y avait des Russes, il y avait Teemu et Teppo Numminen, sans oublier le vétéran suédois Thomas Steen, a déclaré à LNH.com, John Paddock, alors entraîneur des Jets. Je pense que nous avions six recrues dans l’équipe. Quand tu alignes six recrues au sein d’une équipe dans la LNH et qu’on n’y retrouve qu’un seul joueur nord-américain parmi elles, il y a une grande adaptation à faire. On a connu quelques moments de croissance difficiles. »

Les Jets présentaient une fiche de 5-12-1 après le premier mois de la saison. S’il y avait une lueur d’espoir dans ce difficile début de saison, c’était la tenue de Selanne, qui avait démontré toute ses habiletés offensives, principalement quand il avait réussi un tour du chapeau à son cinquième match.

« Tout le monde était excité. Il était difficile à suivre, s’est souvenu Steen. On pouvait envoyer la rondelle dans la zone centrale et il réussissait presque toujours à s’échapper devant le gardien. Il était toujours le premier joueur sur la rondelle. Il pouvait faire cela les yeux bandés. »

Avec 11 buts à ses 12 premiers matchs, Selanne est vite devenu un favori des partisans des Jets. Malgré tous ses buts, les victoires se faisaient rares et sa frustration grandissante a été exposée au grand jour dans une défaite de 3-2 en prolongation à domicile contre les Canadiens de Montréal, ce qui portait la fiche des Jets à 8-14-3.

À la fin de la deuxième période, Selanne a été expulsé du match pour un vicieux bâton élevé. Il aura fallu attendre presque neuf ans avant que le Finlandais aux bonnes manières n’écope d’une autre inconduite de match.

Les choses ont changé pour les Jets et Selanne le 28 décembre quand Smith a échangé Ed Olczyk aux Rangers de New York en retour de Kris King et de Tie Domi. Les Jets ont peut-être perdu un bon marqueur, mais ils ont ajouté de la robustesse, ce qui procurait un peu plus d’espace à Selanne sur la patinoire.

« On savait que l’on n’avait pas besoin de plus d’attaque. Mais nous avons donné une certaine identité à l’équipe. Si quelqu’un voulait l’intimider physiquement, il aurait à répondre non seulement à Tie et à moi, mais aussi à d’autres joueurs. Donc, Teemu n’avait qu’à se concentrer sur son jeu », a dit King.

« La première chose que j’ai remarqué de Teemu, c’est qu’il était le premier joueur sur la patinoire et le dernier à la quitter. On pouvait vraiment dire que ce jeune homme adorait le hockey. »

Après l’acquisition de King et de Domi, les Jets ont commencé à gagner et ils ont conservé une fiche de 11-1-2, le mois suivant. Sans aucune surprise, la séquence victorieuse a été menée par Selanne, qui a connu une série de huit matchs avec au moins un but, ce qui a coïncidé parfaitement avec la série de huit victoires des Jets. À la fin de janvier, les Jets présentaient une fiche de 25-22-5 et la nouvelle vedette de la ligue totalisait 40 buts.

« C’était incroyable. Je me suis rendu compte de ce que j’avais fait que l’année suivante ou l’année d’après. Ça fait longtemps. Toute l’année avait été comme un rêve. » -- Teemu Selanne

Le record de Bossy était à sa portée et toute la province du Manitoba n’avait de yeux que pour le « Finlandais volant ».

« La passion des amateurs canadiens ne peut être retrouvée nulle part ailleurs. Ils vous font sentir si important, ils vous font croire que vous êtes incroyable, a déclaré Selanne. Quand les choses ont commencé à bien aller, ce fut comme une boule de neige. Les amateurs sont devenus enthousiastes. Je suis si heureux d’avoir commencé ma carrière dans la LNH à Winnipeg. Je n’ai que de grands souvenirs. »

Mais à la deuxième semaine de février, la fréquence de buts de Selanne avait ralenti.

Trois buts en six matchs auraient été considérés comme une excellente moyenne pour la plupart des joueurs, mais pour Selanne cela représentait une disette, ce qui amenait certaines personnes à croire que la recrue avait peut-être frappé un mur.

« En Europe, on joue moins de matchs. Donc, on est plus reposé à chaque rencontre. À cette époque, on ne voyageait pas avec des vols nolisés, on passait donc beaucoup de temps à l’aéroport. Je pense que ce fut la plus grosse adaptation, a indiqué Numminen, qui a remarqué la façon naturelle que Selanne a fait face à la soudaine célébrité locale. Il était déjà célèbre en Finlande. Il était donc habitué à ce statut. Dès le début, il s’est bien comporté avec les partisans. »

Toutes les critiques concernant la « disette » de Selanne ont été réduites au silence à la fin du mois. Il a inscrit 11 buts en l’espace de cinq matchs pour pulvériser la marque de Bossy. Pas rassasié, Selanne a poursuivi son incroyable lancée, ajoutant 20 autres buts en mars, terminant le mois avec une séquence de neuf matchs avec au moins un but.

Il a terminé la saison avec un total de 76 buts, un record pour une recrue qui n’a jamais été égalé.

Les Jets ont été éliminés en six matchs par les Canucks de Vancouver dans la première ronde des séries éliminatoires. Ils ont raté les séries éliminatoires au cours des deux saisons suivantes avant d’échanger Selanne aux Mighty Ducks d’Anaheim en 1996.

Aujourd’hui, il demeure l’un des meilleurs buteurs de la ligue, à quatre mois de son 43e anniversaire de naissance.

Peu importe quand le « Finlandais volant » décidera de mettre fin à son historique carrière, il sera reconnu comme l’un des plus grands, un icône qui a fait son entrée dans la LNH et dans la ville de Winnipeg sur les chapeaux de roue avec le plus grand nombre de buts jamais encore égalé par une recrue.

Vingt ans plus tard, Selanne ne peut expliquer sa première saison magique.

« C’était incroyable. Je me suis rendu compte de ce que j’avais fait que l’année suivante ou l’année d’après, a rappelé Selanne. Ça fait longtemps. Toute l’année avait été comme un rêve. »

 

La LNH sur Facebook