Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le début de saison historique des Blackhawks fait jaser autour la LNH

jeudi 2013-02-28 / 13:49 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

NDLR: Cet article a été écrit avant la victoire des Blackhawks de jeudi soir contre les Blues.

16-0-3. Etes-vous sérieux?

À une époque qui se targue de parité atteinte grâce à un plafond salarial qui a aidé à couronner sept champions de la Coupe Stanley différents et permis à 29 équipes sur 30 de participer aux séries éliminatoires depuis 2006, le fait que les Blackhawks de Chicago n’aient pas encore subi une seule défaite en temps réglementaire défie toute logique.

Mais qu’est-ce qui se passe? Pourquoi les Blackhawks ont-ils pu réaliser ce qu’aucune équipe n’était parvenue à faire avant eux? Pourquoi auront-ils une chance de porter à 20 leur record de matchs consécutifs avec au moins un point en début de saison jeudi soir contre les Blues de St.Louis?

Nous avons demandé à travers la ligue et obtenu toutes sortes de réponses à la question suivante:

« Que voyez-vous quand vous regardez un match des Blackhawks? »

Ken Hitchcock, entraîneur des Blues de St. Louis: « Ils ne concèdent pas d’espace facilement. On n’a pas d’attaques en surnombre contre eux. On ne passe pas beaucoup de temps en territoire offensif. Il n’y a pas d’espace facile à gagner, ils vous contestent le moindre espace.

« La saison dernière, ils pratiquaient un style un peu hybride avec beaucoup plus d’emphase sur l’attaque, mais cela permettait des contre-attaques en surnombre. Cette saison, ils ont diminué les risquent et augmenter les victoires. Je crois qu’il y a là une bonne partie de la réponse. Ils jouent de façon très intelligente pour contrôler l’espace sur la glace.

« Si vous les surveillez, vous allez toujours voir cinq joueurs dans le portrait, et quand c’est le cas, cela produit des victoires. »

Jeremy Roenick, analyste à NBC et ancien joueur des Blackhawks: « Il y a tellement à dire. Je pense que c’est l’effort fourni par toute l’équipe, leur façon de travailler en groupe, trio après trio. Ils fonctionnent à quatre trios et les quatre exercent une pression constante pendant presque toutes les 60 minutes. L’entraîneur (Joel) Quenneville dit même: 'Notre quatrième trio, si vous voulez l’appelez ainsi.'

« Ils jouent comme s’ils avaient un premier trio et trois deuxièmes trios. C’est la mentalité de cette équipe actuellement. Chaque trio contribue. Vous devenez démoralisés quand vous vous trouvez face à un style de jeu et un effort constants et systématiques trio après trio. C’est ce qui m’impressionne des Blackhawks.

« Leurs joueurs étoiles ont été leurs meilleurs joueurs chaque soir. C’est ce qu’il faut pour gagner. Et dans combien d’équipes de la LNH devez-vous choisir quel est le meilleur joueur? Chez les Blackhawks, vous pouvez en désigner trois ou quatre, c’est fou.

« Mais je pense que la plus grosse différence cette saison est que leurs gardiens sont concentrés et font les arrêts. Cela n’a pas de prix. »

Kevin Weekes, analyste à NHL Network et à CBC: « La question à demander est quelle faiblesse voyez-vous? Je vois du talent et de la profondeur à chaque position. Ce que je vois est une équipe équilibrée, qui joue bien dans les trois zones, des joueurs très habiles avec un fort sens du hockey, un gros quotient intellectuel de hockey. Je vois une équipe qui travaille fort. Evidemment ils sont très bien dirigés sur la glace comme à l’extérieur. Je ne vois aucune faiblesse.

« Ils attaquent et ils se défendent à cinq joueurs quand ils le peuvent. Et ils ont un duo de gardiens incroyable. Mettez tout ça ensemble et je repose ma question: ont-ils une faiblesse?

« Ils travaillent avec ardeur et ce n’est pas au détriment de leurs habiletés. Ils permettent à leurs joueurs d’être créatifs tout en étant responsables. »

Doug Wilson, directeur général des Sharks de San José et ancien défenseur des Blackhawks: « Ils sont tout simplement sur une lancée et tout le monde contribue. Contre nous, ils ont obtenu un but de (Viktor) Stalberg et un autre de (Brandon) Saad, marqué en désavantage numérique. Leurs deux gardiens, tous leurs défenseurs, leurs quatre trios, tous contribuent. C’est comme ça qu’on gagne dans cette ligue. Il faut que ce soit des joueurs différents chaque soir, pas seulement vos joueurs de pointe. On garde le même plan de match mais différents joueurs doivent contribuer, c’est ainsi qu’ils ont accompli leur exploit et ils méritent tout le crédit. »

Pierre McGuire, analyste à NBC: « (Je vois) une équipe qui est très bien dirigée. Les unités spéciales sont tellement améliorées par rapport à la saison dernière, aussi bien en avantage qu’en désavantage numérique. Des joueurs se sont améliorés aussi, Marcus Kruger et Nick Leddy sont peut-être deux des plus améliorés dans toute la ligue. De l’excellent dépistage pro, mettre la main sur Johnny Oduya pour deux choix au repêchage est un véritable vol. (Je vois) une équipe qui a de la profondeur dans ses quatre trios, chacun peut marquer des buts. Une équipe qui joue avec une énergie incroyable. Une équipe qui est bien dans sa peau. Il n’y a pas la moindre faiblesse fondamentale dans cette équipe présentement, pas une seule.

« En résumé on peut dire que c’est une organisation bien menée avec des entraîneurs professionnels, des joueurs améliorés, une profondeur incroyable. Ils ont tout. Ils sont vraiment bons. »

Aaron Ward, analyste à TSN: « Le premier mot qui me vient à l’esprit est standard. Ces joueurs sont le standard auquel tous les autres doivent être mesurés.

« Lorsque vous assistez à un match des Blackhawks, vous vous attendez presque automatiquement à du jeu à l’emporte-pièce et vous êtes rarement déçus. Ils jouent avec passion. On doutait de leur gardien en début de saison, on les voyait comme une équipe forte, mais pas les gardiens. Or (Ray) Emery et (Corey) Crawford brillent de tous leurs feux

« C’est aussi intéressant de noter l’aspect mental et comment ils savent, comme toute équipe championne, que dans chaque building où ils vont se présenter, l’adversaire va toujours fournir son meilleur effort. C’est un défi mental d’être prêt à affronter l’opposition. Ce n’est pas un match comme les autres quand Chicago arrive en ville. Et ils contrôlent cette situation. C’est franchement remarquable. »

Craig Button, analyste à NHL Network et TSN: « Le mot qui me vient à l’esprit est complet. Je crois qu’ils sont une équipe complète.

« Tout comme lorsqu’ils ont gagné la Coupe Stanley en 2010, leur groupe d’attaquants est rapide et compétitif. Ils appliquent de la pression de toutes sortes de façons. Ça peut être (Marian) Hossa, (Patrick) Kane, (Jonathan) Toews et (Patrick) Sharp qui foncent vers vous ou Viktor Stalberg avec sa vitesse, Andrew Shaw avec sa ténacité, Danny Carcillo, juste de retour dans la formation, le genre de joueur qui ajoute à votre équipe. Tout comme Brandon Saad.

« Quand je les regarde, je vois une équipe vraiment rapide. Pas juste sur leurs patins mais dans leur tête également. Ils comprennent le jeu, ils pensent vite. Ils ont cette habileté de comprendre ce qui se passe. C’est une équipe intelligente avec des joueurs intelligents. Et ils ont la vitesse sur patin pour en tirer avantage.

« Le but d’Andrew Shaw, qui a procuré la victoire l’autre soir contre Columbus, est l’exemple parfait. Il gagne sa bataille contre Nick Foligno le long de la clôture, voilà pour l’aspect compétitif. La rondelle va à Bryan Bickel derrière la ligne des buts. C’est un gros homme fort et il va protéger la rondelle. Andrew Shaw voit que le défenseur tourne d’un côté et il choisit sa ligne au filet. Il reconnaît l’occasion et il a la vitesse pour se rendre où il veut. Il marque le seul but de la rencontre et ils gagnent 1-0. »

Keith Jones, analyste à NBC Sports: « Les gardiens constituent la plus grosse surprise, j’imagine, de la façon où ils ont tous deux contribué avec régularité. C’est une raison qui fait que leur séquence dure aussi longtemps et cela ressort vraiment pour moi. Je pense que c’était leur gros point d’interrogation et je ne croyais pas qu’ils s’en sortiraient aussi bien.

« Les joueurs de troisième et quatrième trios qui ont remplacé ceux qui les ont aidés à gagner leur Coupe Stanley ont fait un travail remarquable. Des gars comme Bickel, Shaw et Stalberg, ils ont marqué des buts opportuns. Je me demande comment ils ont pu combler ces postes aussi rapidement. Ils ont conservé leur noyau de joueurs étoiles et ils ont accompli tout un travail pour trouver des joueurs de soutien. »

Ron Hextall, adjoint au directeur général des Kings de Los Angeles: « C’est vraiment extraordinaire.

Il y a 25 ans avec les Oilers d’Edmonton, c’était une chose. Mais de nos jours, avec la dilution de talents et une si fine ligne entre la victoire et la défaite, leur fiche (de 16-0-3) est absolument phénoménale. C’est un merveilleux accomplissement de leur part et ils ont évidemment obtenu le genre de début de saison souhaité. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série est à égalité 1-1
vs.
Montréal mène la série 3-0
vs.
La série est à égalité 1-1
vs.
La série est à égalité 1-1
vs.
Le Colorado mène la série 2-0
vs.
St. Louis mène la série 2-0
vs.
Anaheim mène la série 2-0
vs.
San Jose mène la série 2-0
 

La LNH sur Facebook