Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Kane mentionne qu’il n’a pas changé, mais ses statistiques sont à la hausse

vendredi 2013-02-22 / 19:34 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Kane mentionne qu’il n’a pas changé, mais ses statistiques sont à la hausse

CHICAGO – La première réaction de Patrick Kane est de rire quand il entend les gens parler de la maturité qu’il a acquise tant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire.

« Je ne comprends pas comment ils peuvent dire cela et comment ils pourraient le savoir », a déclaré Kane à LNH.com, présent au United Center, où les Blackhawks de Chicago tenteront d’établir un record en obtenant au moins un point pour un 17e match d’affilée en début de saison quand ils accueilleront les Sharks de San Jose, vendredi.

« Il y a des endroits où je dois faire un peu plus attention, ça c’est vrai, mais quand je suis sur la patinoire, quand les gens me voient jouer, je suis le même jeune homme. Je ne comprends vraiment pas d’où ça vient. »

Certains vous diront qu’en effet, Kane est le même gars qu’il était quand il a fait son entrée dans la LNH à titre de premier choix, il y a cinq et demi à l’âge de 18 ans, soit qu’il aime bien s’amuser.

Son coéquipier Patrick Sharp en est un. Ce dernier indique que Kane n’a pas changé et l’analyste aux matchs des Blackhawks, Eddie Olczyk, a déclaré à LNH.com que Kane est encore un jeune homme qui est plaisant de côtoyer.

Adam Burish, attaquant des Sharks, qui a joué pendant près de quatre ans avec Kane à Chicago et qui est demeuré près de lui, avait peut-être le commentaire le plus sévère concernant la perception du public à l’égard.

« Tout le monde dit : 'Oh, il est un joueur différent.' Ce n’est pas vrai, a affirmé Burish à LNH.com. Il veut être le meilleur joueur de la ligue à chaque saison et il peut le devenir. Il est un joueur énergique et fier. Quand des gens écrivent des choses négatives à son sujet, ça blessent ceux qui sont ses amis. Les gens pensent que ça ne le touchent pas, ce n’est pas vrai. Ça le blessent et ça nous blessent, nous ses amis, car nous savons qui il est. Il est un joueur d’élite. »

La différence, et elle est notable, selon Olczyk et Kane lui-même, c’est comment Kane s’est occupé de ses propres affaires cette saison en sachant fort bien que les réflecteurs seraient braqués sur lui et sur les Blackhawks et que la pression serait toujours aussi élevée.

Kane domine les Hawks avec 22 points en 16 matchs et s’il maintient son rythme, il terminera la saison avec un total de 66 points, soit le même qu’il avait obtenu l’an dernier en 82 rencontres.

Olczyk, qui a deux enfants de l’âge de Kane, a déclaré au sujet du joueur étoile des Blackhawks, qu’il est simplement « devenu un homme ».

« C’est toujours plaisant de le côtoyer. Il grandit bien, a affirmé Olczyk. Il n’y a aucun doute là-dessus. »

« Les jeunes de 18 à 22 ans se retrouvent normalement dans les collèges et ils n’ont rien à s’occuper, a dit l’attaquant des Sharks Tim Kennedy, qui connaît Kane depuis son enfance à Buffalo. Comme tout le monde, il a grandi. »

Le développement de Kane rapporte d’importants dividendes autant à lui qu’aux Blackhawks. Il est l’une des principales raisons derrière les succès des Blackhawks qui présentent une fiche de 13-0-3.

Kane ne domine pas seulement l’équipe au chapitre des points, il a amassé au moins un point à chaque match, sauf deux, et il a connu sept rencontres de plus d’un point.

Olczyk a indiqué que Kane est beaucoup plus combatif et qu’il est devenu un tireur, comparativement au passeur qu’il était quand il a fait son entrée dans la ligue.

Ses tirs ne se convertissent pas tous en but, mais il présente un pourcentage de 21,4 pour cent (9 buts sur 42 tirs), alors que son meilleur pourcentage avant le début de la saison était de 12,5 pour cent.

« Il veut la rondelle. On dirait qu’il l’a toujours et quand il l’a, il est dangereux, a analysé l’entraîneur en chef des Blackhawks, Joel Quenneville. Je ne l’ai jamais vu aussi bien patiner et aussi bien tirer. »

Kane considère qu’il a accompli de belles choses la saison dernière, mais même si plusieurs joueurs de la LNH accepteraient d’amasser 66 points en 82 matchs, pour lui, c’était loin d’être satisfaisant. Il y a eu plusieurs discussions à Chicago et ailleurs dans la ligue concernant sa faible production.

Olczyk rejette du revers de la main ces discussions, car Kane a été utilisé au centre pour une grande partie de la saison et qu’il était épuisé à la fin de la saison.

« Il était épuisé physiquement, il ne lui restait plus d’énergie, a avancé Olczyk. Il n’est pas un joueur de centre. »

Peu de temps après l’élimination des Blackhawks en séries éliminatoires, l’an dernier, Kane a fait parler de lui en raison de certaines photos prises lors d’un party Cinco de Mayo à Madison au Wisconsin.

Les Blackhawks ont publiquement condamné son comportement à Madison et le directeur général, Stan Bowman, avait déclaré que l’organisation était « déçue. Il y a eu quelques rumeurs à Chicago prétendant que les Hawks pourraient l’échanger, mais l’équipe ne les a jamais confirmées.

« On vit dans une époque différente avec les médias sociaux, les téléphones intelligents munis de caméras et toutes ces choses-là, a dit Kane. C’était la première fois qu’une personne vivait une telle expérience et je n’avais personne pour me donner des conseils et me dire comment réagir. J’ai dû apprendre par moi-même et je fais de mon mieux. »

À la suite de cette expérience, Kane a réfléchi à ce qui l’avait amené dans la LNH. Il a admis que cela avait affecté sa façon de jouer et de se comporter.

« J’ai tenté de me rappeler ce que je faisais quand j’étais jeune ou quand je connaissais du succès dans le programme de développement du hockey aux États-Unis, a dit Kane. Je me suis aperçu que j’étais concentré sur le hockey et rien d’autre, même pas à l’école. J’aime tellement jouer au hockey, être sur la glace et m’entraîner. J’ai la chance de gagner ma vie en jouant au hockey, aussi bien en profiter. »

Kane admet même qu’il est un peu perdu dans ce qui se passe dans le reste du monde.

« Une journée normale pour moi, c’est de retourner à la maison, m’assurer que je mange bien, faire une sieste, sortir à l’occasion pour aller souper et passer du temps avec ma petite amie, a dit Kane. Ça semble un peu routinier, mais je me sens bien comme cela. »

Quelle est différence avec le passé?

« C’est définitivement plus tranquille et relaxant maintenant, a-t-il dit en souriant. Mais, je suis à l’aise. »

Les Blackhawks aiment cela comme ça.

« Son jeu, a déclaré Sharp à LNH.com, parle par lui-même. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook