Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Ruff remercie ses joueurs et l’organisation des Sabres

vendredi 2013-02-22 / 15:20 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Ruff remercie ses joueurs et l’organisation des Sabres

À sa première sortie publique depuis son congédiement par les Sabres de Buffalo, l’ex-entraîneur Lindy Ruff a dit tout ce que représentait cette organisation dans laquelle il est entré en 1979, soit lorsqu’il a été choisi en deuxième ronde du repêchage.

« J’ai conservé l’invitation au camp d’entraînement », a-t-il confié.

En 10 ans comme joueur des Sabres puis 15 comme entraîneur, Ruff a fait partie des meubles à Buffalo, mais l’équipe en arrachait et l’entraîneur qui avait le plus de longévité dans la LNH a été congédié mercredi.

Ruff a néanmoins assuré qu’il n’entretenait aucun ressentiment à l’endroit de qui que ce soit et, lors d’une conférence de presse au First Niagara Center, il a pris le temps de remercier les trois groupes de propriétaires pour lesquels il a travaillé, de même que le directeur général Darcy Regier, tous les joueurs qu’il a dirigés ainsi que les amateurs de hockey de la région de Buffalo.

« Les partisans de l’ouest de l’État de New York sont numéro un, a-t-il dit. Ils étaient en première ligne quand j’ai été éprouvé par les problèmes de santé de ma fille, une période vraiment difficile dans nos vies. Et je sais qu’il y a des signes de remerciement de la part des partisans à l’extérieur. Je veux les remercier moi aussi, parce que c’est un groupe spécial. C’est un endroit que j’appelle mon chez-moi et ce le sera toujours. »

Ruff a indiqué ne pas savoir s’il allait demeurer dans l’organisation des Sabres, mais il a affirmé qu’il voulait retrouver un poste d’entraîneur.

« Ca me manqué déjà, a-t-il dit. La plupart ne l’auraient pas fait, mais j’ai regardé du hockey le premier soir. C’est difficile. C’est une sensation pénible. C’était étrange aussi. Je dois aller de l’avant, j’adore le sport. »

Il a aussi aimé ses joueurs, passés et présents, et a pris la peine de les remercier également.

« Un entraîneur a du succès parce que ses joueurs veulent jouer pour lui, a-t-il dit, et je dois de gros remerciements à tous ces joueurs, du premier jour jusqu’à aujourd’hui, aux (Richard) Smehlik et (Alexei) Zhitnik de ce monde, aux (Michael) Peca, à tous nos joueurs de l’édition actuelle, aux (Daniel) Brière, (Chris) Drury, tous ces joueurs qui sont venus et sont partis. Vous ne durez pas longtemps sans de bons joueurs, qui font du bon travail pour vous, qui marquent des buts spéciaux. »

Ruff était aussi attaché à ses derniers joueurs et quand Regier l’a informé de son congédiement, il lui a demandé la permission de leur annoncer lui-même la nouvelle.

« Je me suis rendu à l’autobus et personne n’était au courant, ni les adjoints, absolument personne, a raconté Ruff. Je suis monté à bord et je les ai remerciés. Pour tout le travail qu’ils ont fait. Nous avions eu une dure journée (mercredi). C’était une grande journée d’entraînement, nous avions eu une fort bonne réunion d’équipe, j’avais rencontré quelques-uns des leaders le matin. C’était absolument silencieux dans l’autobus. Je suis sorti et tous les joueurs ont suivi pour me saluer. »

Ruff a vu dans cette permission accordée par Regier un dernier geste de classe de sa part.

« J’ai une dette envers lui parce que je sais qu’en 16 ans, probablement 99 pour cent des directeurs généraux auraient fini par congédier l’entraîneur. Nous avons vécu des moments difficiles mais tu as cru en moi, a rappelé Ruff. C’est un bon ami, un grand home de hockey. Nous sommes passés à travers beaucoup de choses ensemble. J’ai une dette envers lui parce qu’il m’a témoigné sa confiance dans plusieurs situations difficiles. »

Mais Ruff n’a pu se sortir de la dernière.

« J’ai passé en revue chaque match, a-t-il dit. J’ai fait le ménage de mon bureau, j’ai ramassé toutes mes notes, j’ai regardé tous les matchs, j’ai regardé nos chances, j’ai regardé les façons dont nous avons perdu. Je suis en train de me rendre fou. J’ai dit qu’il nous manquait trois victoires. Nous aurions pu être à 9-7 et en bonne position plutôt qu’à 6-10, Mais nous n’avons pas été assez bons pour remporter quelques-uns de ces matchs. »

Ruff persiste à prédire un bel avenir au groupe de joueurs actuels à Buffalo. Même s’il n’a pu regarder qu’une seule période du match perdu à Toronto jeudi (3-1), disant avoir "trouvé ça incroyablement bizarre et dû fermer la télé."

« C’est un groupe uni, a dit Ruff de ses anciens joueurs. Vous (les médias) pensez parfois que c’est un groupe divisé, mais il est très uni. Ils essaient de se supporter et de se motiver l’un et l’autre. Ils travaillent fort dans ce but. C’a été difficile. Douloureux. Je connais le leadership de Jason Pominville, Ryan Miller, Thomas Vanek, je sais ce qu’ils ressentent et je ressens leur douleur. C’est difficile, vraiment difficile à l’heure actuelle. Mais je pense que des jours meilleurs s’en viennent. »

Contactez Adam Kimelman à akimelman@nhl.com. Suivez le sur Twitter: @NHLAdamK

 

La LNH sur Facebook