Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Erik Karlsson discute de Matt Cooke, de sa blessure et de sa réhabilitation

vendredi 2013-02-22 / 14:30 / LNH.com - Nouvelles

Par Erin Nicks - Correspondante LNH.com

Partagez avec vos amis


Erik Karlsson discute de Matt Cooke, de sa blessure et de sa réhabilitation

OTTAWAErik Karlsson a rencontré les médias vendredi matin pour la première fois depuis qu’une blessure au tendon d’Achille causée par le patin de Matt Cooke a mis fin à sa saison il y a neuf jours.

Le défenseur des Sénateurs d’Ottawa estime que l’attaquant des Penguins de Pittsburgh, qui n’a pas été puni, aurait pu prévenir le dommage.

« J’allais chercher la rondelle dans le coin, a-t-il raconté. Il y avait un joueur (des Penguins) derrière moi et j’ai fait attention un peu. Il a raté sa mise en échec mais il a tout de même trouvé le moyen de me frapper. C’aurait pu être empêché. Je ne pense pas que ce serait arrivé si ç’avait été un autre type de joueur, mais je ne crois pas qu’il m’a coupé intentionnellement avec son patin. Je refuse de croire qu’un joueur pourrait faire ça.

« Aussitôt que j’ai vu que c’était lui, je savais ce qui allait se passer. Je joue depuis assez longtemps pour savoir qui va me frapper et qui ne me frappera pas. Comme je le fais toujours, j’ai bougé à la dernière seconde et il m’a raté, mais il a persisté à me chercher. J’ai perdu la courroie de mon casque protecteur et il avait les mains hautes. Il a tendu sa jambe, et je pense qu’il n’avait aucune raison de le faire. Je ne comprends pas pourquoi c’est arrivé. Il était en plein contrôle de son corps et savait exactement ce qui se passait. C’est pourquoi je me retrouve assis ici avec une jambe dans le plâtre. »

Ce jeu est survenu vers la fin de la deuxième période d’un match disputé le 13 février. Karlsson, gagnant du trophée Norris la saison dernière, a été opéré depuis et le directeur général Bryan Murray s’attend à ce que son joueur étoile prenne de trois à quatre mois à récupérer pleinement.

Cooke est entré en contact avec Karlsson à la suite de l’incident, mais ce dernier balaie d’un revers de la main toute tentative d’excuse.

« J’ai reçu un texto de lui, a-t-il confié. Je n’en ai pas pensé beaucoup de bien et je n’ai pas pris la peine de répondre. Je pense qu’on n’a rien à se dire lui et moi. Il m’avait déjà cherché avant. Depuis mon arrivée dans la ligue que le considère comme un des joueurs dont il faut toujours se méfier. C’est un accident bizarre, mais j’estime encore que c’est une blessure qui aurait dû être évité.

« Je pense qu’il a dit ce qu’il pensait être correct, vous devriez lui demander ce qu’il a écrit. Au moins il m’a contacté, ce à quoi je ne m’attendais pas, et je crois qu’on va en rester là. »

Karlsson a indiqué qu’il pouvait retirer le plâtre mais ne pouvait exercer aucune pression sur son pied et « ne rien faire avec ». Et il reconnaît qu’il est difficile de prédire quand il sera prêt à effectuer un retour au jeu.

« Je serai de retour, la question est de savoir quand, a-t-il dit. C’est certain que je vais jouer la saison prochaine, mais c’est difficile de dire quoi que ce soit présentement. Je ne peux vraiment rien faire avec mon pied, mais les médecins ont fait de l’excellent travail et ils ont dit que je ne devrais pas avoir de problèmes à aller de l’avant. Je serai donc à 100 pour cent de ma forme quand je reviendrai et, je l’espère, en meilleure forme qu’avant. »

Quant à savoir s’il allait porter des bas en Kevlar de façon à prévenir d’autres blessures du genre, Karlsson a reconnu que c’était une possibilité en dépit des inconvénients.

« Je vais probablement le faire, après ce qui m’est arrivé, a-t-il dit. C’est une de ces choses qu’il va falloir envisager en essayant de trouver le bon produit. Pour le moment, il n’y a qu’une sorte de bas, et c’est difficile pour tout le monde de les porter parce que nous sommes tous différents.

« Je n’avais jamais songé à en porter avant. Je ne pense pas que ce soit assez confortable. Mais de toute évidence, je vais devoir changer ma façon de voir les choses. Les patins sont tellement tranchants et nous avons une telle puissance. Si on est atteint au mauvais endroit, on va être coupé sur le coup. On déteste que ça arrive. »

Karlsson devra donc se contenter d’assister en spectateur au reste de la saison d’une équipe qui trouve le moyen de rester dans la lutte aux séries éliminatoires en dépit d’un grand nombre de blessures. Vainqueurs à leurs trois derniers matchs, ils occupent le septième rang de l’Association Est.

« Pour être franc, c’est difficile d’être spectateur, a-t-il confié. Les gars jouent tellement bien. Vous voulez être là pour aider et être impliqué. On ne sait jamais ce que l’avenir réserve et si nous sommes encore dans la course et que je m’estime en santé… Mais je vais devoir attendre quelques semaines avant de savoir le temps que ça va prendre. On dit que c’est différent pour chacun. J’ai été chanceux que le tendon d’Achille ne soit pas coupé en entier. Espérons que je pourrai guérir un peu plus vite que la moyenne.

« C’est la première fois que je subis une blessure qui me tiendra à l’écart du jeu longtemps, alors c’est difficile. C’est une situation où je ne peux rien faire. Mais je ne peux pas me laisser déprimer à cause de ça, ce serait encore pire. Je dois essayer de rester positif. Chaque fois que je serai dans le vestiaire je resterai un homme heureux et quand je rentre à la maison, mon épouse apprécie que je le sois. Je ne vois aucune raison d’avoir des pensées négatives. Je suis le hockey comme je l’ai toujours fait et j’essaie d’imaginer des situations sur la glace. »

 

La LNH sur Facebook