Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Touchette : Sidney Crosby de nouveau au sommet

mercredi 2013-02-20 / 13:43 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Sidney Crosby de nouveau au sommet

J'étais assis devant mon ordi et, soudainement, j'ai eu envie d'écrire sur Sidney Crosby.

Pourquoi Crosby ? Parce qu'il se veut, à mes yeux, l'une des belles histoires de cette mini-saison.

Une belle histoire parce qu'elle a bien failli mal finir, il n'y pas si longtemps.

Après ces multiples malheurs des dernières années, il fait bon de revoir le Crosby des grands jours.

Au sommet de sa forme, Crosby n'est pas seulement le joueur numéro un de la planète, il est aussi celui qui donne le show le plus divertissant.

J'ai vu plus de la moitié des matches des Penguins depuis le début de l'année. Et si l'adversaire se fait un devoir de le frapper le plus solidement et le plus souvent possible, le capitaine des Penguins, règle générale, est le meilleur joueur sur la patinoire.

Son jeu est là pour nous rappeler qu'il existe encore des joueurs capables de nous exciter le poil des jambes.

Victime de commotions cérébrales qui lui ont coûté plus d'une centaine de matches au cours des trois dernières années, Crosby continue d'émerveiller la galerie. Contre les Sabres, dimanche dernier, je l'ai vu réaliser des manœuvres hors de l'ordinaire.

Un pur régal.

Un joueur si bon soit-il, on s'entend, n'est jamais plus important, plus gros que sa ligue, mais la LNH a bien meilleur goût quand Crosby est au menu.

Thomas Vanek, Patrick Marleau et Patrick Kane, entre autres, connaissent tous un départ-canon, mais je suis prêt à parier n'importe quoi que Crosby remportera le championnat des marqueurs.

Par 15 points, minimum.

En attendant, touchons du bois. Crosby est en santé et, à tous les deux ou trois soirs, il donne un spectacle à nous faire grimper dans les rideaux.

Il n'est pas Mario Lemieux, ni Wayne Gretzky, mais il est bon en maudit !

Dans la boîte à surprises

Quelle est l'équipe qui, jusqu'à ce jour, a causé la plus grosse surprise, cette année, dans la LNH ?

Une seule réponse me vient à l'esprit: Le Canadien.

Combien d'entre vous aviez prédit un tel début de saison à une équipe, qui, il n'y a pas si longtemps, connaissait l'une des pires années de son histoire ?

Je ne m'adresse pas aux fans, qui prédisent la Coupe Stanley au Canadien à tous les ans, mais à ceux capables de parler hockey sans sombrer dans une partisannerie aveugle.

Je l'avoue: le Canadien me les scie. À vrai dire, je suis au tapis.

Cela dit, attendez encore un peu avant d'acheter vos chaises pliantes en prévision du défilé. Le Canadien profite d'un calendrier favorable depuis le début de la saison ce qui signifie un nombre grandissant de matches à l'étranger dans les semaines à venir.

N'empêche que l'équipe affiche de plus en plus d'assurance. De confiance aussi.

J'ai souvent dit que le Canadien deviendrait une meilleure équipe le jour où son gardien de but, en l'occurrence Carey Price, cesserait d'être son meilleur joueur à tous les matches. Et depuis le début de l'année, les succès de l'équipe sont l'affaire de plusieurs joueurs. Je pense à Markov, Plekanec, Gorges, Galchenyuk, Gallagher, Price, Prust et j'en passe.

Bref, le Canadien a de plus en plus l'allure d'une véritable équipe.

Je ne vous le fais pas dire: il y a longtemps qu'on n'a pas vu cela à Montréal.

Les bagarres à la hausse

Le nombre des bagarres est à la hausse dans la LNH. On parle d'une augmentation d'environ 20 pour cent par rapport à l'année dernière. Ce n'est pas rien. Et c'est la preuve que plusieurs équipes ont décidé de se donner du muscle.

Je pense notamment aux Maple Leafs, aux Sabres, au Canadien et à bien d'autres équipes.

Au hockey, on n'a encore rien inventé de mieux pour combattre l'intimidation.

« Si les autres équipes le font pourquoi pas nous autres ? », disent les décideurs d'équipes à travers le circuit.

Un cercle vicieux, qu'on vous dit.

J'espère seulement qu'on ne retournera pas à l'époque des matamores.

Cela dit, il s'en trouvera toujours pour dire, ouvertement ou en cachette, que le hockey est aussi une affaire de gros bras.

Pas facile de réduire le nombre de bagarres, mais plus difficile encore, c'est d'éradiquer les vieilles mentalités.

 

La LNH sur Facebook