Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Cinq questions: Brière a confiance que les Flyers vont grimper au classement

mardi 2013-02-19 / 12:55 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Cinq questions: Brière a confiance que les Flyers vont grimper au classement

Tout au cours de la saison, LNH.com présente une série d’entrevues intitulées "Cinq questions pour…", sous forme de questions et réponses avec des personnalités importantes.

Aujourd’hui: Daniel Brière

UNIONDALE, N.Y. – On pouvait presque lire le soulagement dans la face de Daniel Brière.

Non seulement les Flyers de Philadelphie ont-ils offert, et de loin, leur performance la plus convaincante de la saison en surclassant les Islanders de New York 7-0 au Nassau Colisuem lundi, mais Brière lui-même venait de a contribuer de deux buts et une aide.

Gagner des matchs et marquer des buts n’a pas été évident pour Brière et les Flyers depuis le début de la saison, mais tout a semblé si facile contre les Islanders moins de 48 heures après que le capitaine Claude Giroux ait critiqué son équipe à la suite d’une défaite de 4-1 à Montréal face au Canadien.

Le défi pour Brière et les Flyers est maintenant de poursuivre sur la lancée de leur impressionnante victoire à Long Island lors de leur prochain match contre leurs grands rivaux de la Pennsylvanie à Pittsburgh mercredi.

Brière a discuté avec LNH.com après le match de lundi des commentaires de Giroux, du début de saison difficile des Flyers et de ce pourquoi cette victoire sur les Islanders pourrait faire tourner le vent.

Voici donc cinq questions pour...Daniel Brière:

Claude Giroux a critiqué le niveau de compétition de toute l’équipe après la défaite à Montréal. A-t-il eu raison de parler?

« Claude est très émotif et c’est un individu entier, en toute occasion. Tout le monde sait que les choses ont été un peu difficiles pour lui, la rondelle n’entre pas dans le filet, mais s’il y a une chose que vous ne pouvez lui reprocher, c’est l’effort qu’il fournit à chaque match. Il avait tout à fait le droit de faire ce qu’il a fait parce que pour qu’il connaisse du succès, il faut que tout le monde fournisse l’effort maximum pour lui ouvrir le jeu en lui donnant de l’espace. »

Vous vous retrouvez avec une fiche de 7-9-1 après 17 matchs. Etes-vous surpris de ne pas jouer pour ,500 après plus du tiers de la saison?

« Il n’y a pas de doute que je pensais que nous avions une équipe compétitive. Oui je suis un peu surpris qu’on se retrouve là où l’on est, pour être franc avec vous. Nous avons été un peu nonchalants en début de saison. On ne peut plus rien y changer maintenant, on peut le regretter mais personne ne va s’en faire pour nous.

« C’est un peu ce que Peter (Laviolette) nous a dit avant le match (de lundi): quand les choses vont mal, on apprécie d’autant plus de pouvoir s’en sortir. C’est tout ce qu’il nous faut considérer maintenant, trouver une façon de s’en sortir, parce que nous savons tous que nous avons l’équipe pour le faire. »

Vous avez-vous-mêmes connu des problèmes en attaque qui ont coïncidé avec ceux de l’équipe, mais vous avez marqué deux buts et l’équipe en a marqué sept. Si l’on se fie au passé, est-ce le genre de performance qui peut vous aider, vous et toute l’équipe, à repartir dans une direction positive?

« Ça ne fait aucun doute, mais il faut réaliser que nous n’allons pas toujours gagner par cinq, six ou sept buts. Les matchs à venir seront difficiles et il faudra trouver une façon de continuer à se battre, tout le temps. Mais il n’y a pas de doute que si nous tirons les bonnes leçons, oui c’est un match qui peut amener beaucoup de confiance.

« Personnellement, ça ne fait pas de doute qu’après avoir marqué un but lors du match précédent puis deux autres (lundi), on revient sur la glace avec moins de pression pour précipiter ses jeux. On devient un peu plus patient. Les joueurs offensifs savent tous que c’est ce qu’il faut pour être fructueux, Si on fait trop vite, on devient comme la plupart des autres joueurs. »

Pourquoi est-ce que ç’a été difficile pour votre équipe de vous battre pendant les 60 minutes d’un match?

« D’abord nous sommes une jeune équipe, mais cela dit, on oublie parfois que lorsque la situation est difficile il faut hausser votre niveau de jeu, trouver le niveau suivant. C’est ce qu’on est en train d’apprendre à faire. Après la première période, qui a été chaudement disputée par les Islanders, il aurait été facile d’appliquer les freins en essayant de préserver notre avance de 1-0, mais nous avons continué de forcer le jeu, nous avons tout donné et n’avons jamais arrêté. Espérons qu’on aura la même attitude plus souvent à partir de maintenant. »

Il est évident que vous aurez besoin d’avoir cette même attitude mercredi à Pittsburgh. Etes-vous confiant de pouvoir conserver le même état d’esprit contre de grands rivaux?

« Après un match comme celui-là? Absolument. La seule chose qui ne m’inquiète pas pour ce match de mercredi c’est de savoir si les gars seront prêts. Tout le monde sera gonflé à bloc parce que nous sommes tous conscients de la rivalité dont il s’agit. Mais à mesure que le match progressera, et ça ne sera pas facile, c’est alors qu’il faudra conserver cette même attitude et aller de l’avant, plutôt que de nous replier et jouer de prudence. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook