Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les défenseurs Pietrangelo et Shattenkirk sont devenus des joueurs importants chez les Blues

mercredi 2013-02-13 / 11:47 / LNH.com - Nouvelles

Par Louie Korac - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les défenseurs Pietrangelo et Shattenkirk sont devenus des joueurs importants chez les Blues

ST. LOUISAlex Pietrangelo et Kevin Shattenkirk sont considérés comme les pierres d’assise de la brigade défensive des Blues de St. Louis. Les deux anciens choix de première ronde sont sans aucun doute parmi les meilleurs défenseurs à avoir joué avec les Blues et ils figurent parmi les meilleurs de la LNH.

« C’est très gênant d’entendre cela », a déclaré Shattenkirk en faisant référence aux deux ex-grands défenseurs des Blues que sont Al MacInnis et Chris Pronger. « Al est membre du Temple de la renommée et Chris le deviendra. Ils ont changé la façon de jouer des défenseurs et c’est la façon qu’Alex et moi jouons maintenant.

« Nous ne sommes pas de leur calibre, mais c’est ce que nous aspirons devenir. »

Shattenkirk, 14e choix au repêchage de 2007, et Pietrangelo, quatrième sélection en 2008, ne sont pas seulement les deux meilleurs pointeurs des Blues, ils sont respectivement premier et deuxième parmi tous les défenseurs de la ligue (Shattenkirk est à égalité au premier rang avec Tobias Enstrom des Jets de Winnipeg).

Shattenkirk, âgé de 24 ans, domine les Blues avec 13 points (un but et 12 assistances), et Pietrangelo, 23 ans, est deuxième avec 11 points (trois buts et huit assistances). Les deux ont entrepris la saison avec une nouvelle attitude concernant l’avenir de leur carrière respective.

Pietrangelo a été un candidat sérieux pour l’obtention du trophée Norris la saison dernière après avoir totalisé 51 points, mais c’est secondaire pour le joueur né à King City en Ontario.

« La pire chose fut de voir les Kings remporter la Coupe Stanley, car ç’aurait pu être nous. C’est tout ce qui comptait pour moi », a déclaré Pietrangelo, un ex-joueur des IceDogs de Mississauga, une équipe qui a déménagé à Niagara dans la Ligue de l’Ontario après sa première saison junior.

« Je sais que j’aurais dû mieux jouer. Je veux aider cette équipe à gagner, c’est mon objectif ultime... je dois mieux jouer ou en prendre plus sur mes épaules. C’est ce que je vais faire, continuer de travailler pour être meilleur et tenter d’avoir un impact encore plus grand. »

Perdre contre les Kings, qui avaient terminé au huitième rang, a été une expérience embarrassante pour les Blues, qui avaient fini en deuxième place de l’Association de l’Ouest, la saison dernière.

Shattenkirk et Pietrangelo en sont venus à la conclusion que des améliorations devaient être apportées.

« L’endurance physique devenait la priorité », a déclaré Shattenkirk, un ex-joueur de l’Université de Boston. « Je tente de me garder en meilleure forme possible, pas seulement durant l’été, mais aussi durant la saison. On a constaté l’année dernière que l’intensité dans les séries éliminatoires était intense. Tu dois relever ton jeu et c’est difficile si tu n’es pas prêt physiquement. L’autre aspect est la force mentale. Il était facile pour nos adversaires de me faire perdre ma concentration. Comme je suis un jeune joueur, je devrai améliorer cet aspect de mon jeu. »

Les deux jouent un rôle important lors des avantages numériques des Blues qui occupent le premier rang de la LNH avec un pourcentage de 34,8 pour cent (16-en-46).

« Nous gardons les choses simples, surtout à l’attaque », a dit Shattenkirk, qui totalise 99 point en trois saisons dans la ligue. « Nous tirons au filet et quand on a la chance de faire une passe, nous la faisons. Nos attaquants créent de belles occasions de marquer.

« En contrepartie, notre unité en avantage numérique est bonne pour deux joueurs comme nous, elle nous permet d’amasser plusieurs points. »

L’entraîneur en chef des Blues, Ken Hitchcock, a déclaré au sujet de Shattenkirk qu’il était l’un des défenseurs les plus dangereux avec la rondelle qu’il ait dirigés.

« Premièrement, il est plus fort physiquement », a dit Hitchcock à propos de Shattenkirk, que les Blues ont acquis de l’Avalanche du Colorado en compagnie de Chris Stewart en retour d’Erik Johnson, premier choix du repêchage de la LNH en 2006. « Il a joué un peu en Finlande (TPS Turku durant le lock-out). Son jeu est meilleur et plus posé.

« Il a toujours été très doué à l’attaque, mais quand tu es un joueur offensif et que le jeu ralentit, ce genre de joueurs peut faire encore de meilleurs jeux. À titre de défenseur, il étudie très bien le jeu en zone offensive où il est aussi bon que n’importe qui.

« Il peut apercevoir ses coéquipiers qui sont libres et il leur passe la rondelle, ce qui aide notre avantage numérique. Il est très intelligent avec la rondelle en zone offensive. »

Hitchcock admire aussi le jeu de Pietrangelo, qui totalise 108 points, lui aussi à sa troisième saison complète dans la ligue. Hitchcock donne plus de responsabilités à Pietrangelo qui joue dans toutes les situations de jeu et qui est le joueur des Blues le plus utilisé.

Et comme tous les bons défenseurs que Hitchcock a dirigés, incluant Sergei Zubov qui agit présentement à titre de consultant des opérations hockey chez les Blues, sans oublier Derian Hatcher, Pietrangelo est de la trempe que Hitchcock considère comme une rare espèce.

« Il n’y a pas beaucoup de défenseurs pour lesquels tu peux dire qu’il a une chance de devenir le meilleur de la ligue, mais Petro est de ceux-là, a louangé Hitchcock. Nous avons l’opportunité d’avoir ce joueur au sein de notre équipe. Il est jeune, il est toujours en période d’apprentissage. Il n’a pas de limite pour lui.

« Il n’y a pas beaucoup de joueurs dans la ligue qui sont capables de jouer contre les meilleurs adversaires, jouer en avantage numérique et écouler les pénalités. On peut l’utiliser à outrance sans aucune crainte. Il se distingue de plus en plus. S’il continue de se développer, il sera l’un des meilleurs pour une longue période. »

Shattenkirk et Pietrangelo forment une paire seulement quand les Blues jouissent d’un avantage numérique. Ils jouent avec un partenaire différent à forces égales, mais ils ne cessent de communiquer ensemble.

« Nous nous parlons beaucoup, a indiqué Shattenkirk. C’est bien de pouvoir discuter avec un autre défenseur afin de voir qu’est-ce qu’il aurait fait à ma place sur tel ou tel jeu. Quand il est sur le banc, il voit le jeu d’un angle différent. On s’épie tous les deux et on échange beaucoup.

« Ce genre d’échanges avec un autre défenseur, nous aident mutuellement, car on a besoin de voir le jeu de la même manière. C’est bien à cet égard. »

Shattenkirk et Pietrangelo ont leur plus gros défi à relever depuis le début de la saison, soit replacer les Blues dans la bonne voie, eux qui présentent une fiche de 0-4-1 à leurs cinq derniers matchs.

« Ce n’est jamais facile quand tu connais une série de défaites (cinq), a déclaré Pietrangelo. Il va falloir se mettre à la tâche et il faudra le faire tout de suite. On n’a pas beaucoup de temps pour corriger la situation, on doit le faire maintenant. »

 

La LNH sur Facebook