Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le joueur des Blues Wade Redden a persévéré pour atteindre le plateau des 1000 parties

jeudi 2013-02-07 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Louie Korac - Correspondant LNH.com

ST. LOUIS – Quand les jours sont devenus des mois, et que les mois sont devenus des années, personne n’aurait reproché à Wade Redden de broyer du noir.

Mais Redden y a cru, a fait preuve d’une éthique de travail exemplaire et n’a jamais cessé de se battre. Il a toujours cru qu’il obtiendrait une autre chance dans la LNH. Mais lorsque Wade Redden a été mis à l’écart par les Rangers de New York en 2010, il était loin de s’imaginer qu’il lui faudrait attendre près de trois ans avant de disputer son 1000e match en carrière.

Finalement, le joueur de 35 ans natif de Lloydminster en Saskatchewan deviendra le 282e joueur de l’histoire de la LNH à atteindre ce plateau quand les Blues affronteront les Red Wings de Détroit jeudi soir.

Depuis son dernier match dans la LNH en 2010, Redden évoluait avec le club-école des Rangers dans la Ligue américaine de hockey, le Whale du Connecticut. Plutôt que de s’apitoyer sur son sort, et de se demander s’il allait un jour avoir la chance de revenir dans la LNH, Redden n’a rien changé à son quotidien et a agi de manière très professionnelle, persuadé qu’il aurait sa chance un jour.

« Je me suis présenté là-bas (au Connecticut) en me disant que j’allais travailler fort, explique Redden. Lorsque j’étais dans la LNH, j’allais à l’aréna tous les jours pour jouer au hockey, et j’ai tenté de garder la même approche. Le niveau de la LAH est quand même très bon, et plusieurs joueurs de talent y évoluent… j’ai dû y mettre les efforts et travailler sur plusieurs aspects de mon jeu.

« J’ai connu des séquences où les choses n’allaient pas à mon goût, mais il faut réussir à passer au travers. »

Redden a travaillé avec beaucoup d’acharnement, et son attitude professionnelle lui a valu d’être nommé capitaine du Whale vers la fin de son séjour de deux ans.

« Les gars l’ont élu capitaine, alors il a évidemment mérité le respect de ses pairs, déclare l’entraîneur du Whale, Ken Gernander. En tant qu’entraîneur, je me rendais compte qu’il se conduisait en véritable professionnel… et pas seulement avec ses paroles, mais surtout avec ses actions.

« Il arrivait tôt, il faisait du vélo stationnaire ou s’étirait afin d’être prêt pour l’entraînement. Il pratiquait avec beaucoup de sérieux. D’un point de vue personnel, c’est vraiment un homme de famille. Je crois qu’il a aussi montré aux autres comment se conduire à l’extérieur de la glace, les petites choses qu’il faut faire pour être un professionnel. Souvent, les gens parlent mais n’agissent pas; lui est passé de la parole aux actes. »

Ce fut une fin abrupte pour Redden avec les Rangers. Après avoir signé une entente de six ans d’une valeur de 39 millions $ au cours de l’été 2008, lui qui avait passé les 11 saisons précédentes avec les Sénateurs d’Ottawa, Redden n’a jamais semblé s’habituer à la pression new-yorkaise.

Les Rangers étaient prêts à prendre une autre direction et à envoyer Redden et son contrat dans la LAH. Il était impossible de l’échanger avec son salaire annuel de 6,5 millions $, qu’il touchait quand même en s’alignant au Connecticut, où il a amassé 12 buts et 62 points en 119 rencontres.

Redden avait obtenu cinq buts et 40 points en 156 parties dans l’uniforme des Rangers, qu’il n’allait jamais remettre après le 11 avril 2010.

« Ce n’était pas plaisant du tout », raconte Redden à propos des critiques dont il faisait l’objet à New York. « C’était un énorme défi, et ça a évidemment joué un grand rôle dans la façon dont les choses se sont déroulées. Pendant mes deux années passées dans les mineures, j’ai tenté de profiter au maximum de cette expérience et de me tenir prêt à revenir dans la LNH. »

Quand une clause de la nouvelle convention collective a permis aux Rangers de racheter les deux dernières années de son contrat, Redden s’est retrouvé libre comme l’air, apte à connaître un nouveau départ.

« De toute évidence, il s’agissait d’une rétrogradation pour lui, mais dès le premier jour, il s’est comporté de la meilleure manière qui soit, se rappelle Gernander. Il était un travailleur infatigable, un bel exemple pour ses coéquipiers, et il n’a jamais boudé ni fait de difficultés ou fait preuve d’une mauvaise attitude. C’était très agréable de le côtoyer. »

C’est à ce moment qu’entre en scène l’entraîneur des Blues, Ken Hitchcock. Ce dernier était entraîneur adjoint aux Championnats du monde de 2005 et aux Jeux olympiques d’hiver de 2006 auxquels Redden a participé sous la bannière du Canada. Hitchcock, qui a tenté de mettre le grappin sur Redden en 2008 lorsqu’il était entraîneur des Blue Jackets de Columbus, a continué de le surveiller. Redden patinait avec un groupe de joueurs de la LNH à Kelowna, en Colombie-Britannique, avec l’équipe junior des Rockets de Kelowna.

Il a suffi d’un appel d’Hitchcock pour susciter l’intérêt des Blues, qui ont mis Redden sous contrat le 18 janvier, une journée avant le début officiel de la saison.

« Je suis fier qu’il n’ait pas abandonné, fier qu’il puisse profiter d’une deuxième chance comme celle-là, révèle Hitchcock. Il a été un très bon joueur, sur lequel on pouvait compter.

« Il a évolué avec l’un des meilleurs défenseurs de la ligue en (Zdeno) Chara à Ottawa. Ils ont formé un solide duo, qui excellait en avantage numérique, pendant plusieurs saisons. Ils ont par la suite pris des directions différentes. »

Puisque les Blues étaient à la recherche d’un défenseur gaucher avec un flair offensif, le directeur général Doug Armstrong a négocié l’entente plutôt rapidement après s’être entretenu avec Hitchcock.

« C’était une option peu risquée pour nous, explique Armstrong. Nous pensions qu’il correspondait à ce que nous recherchions.

« C’est un bel exemple de persévérance, et sa situation démontre bien à quel point ce sport peut être imprévisible. C’est un joueur de haut niveau, qui a été repêché au deuxième rang (par les Islanders de New York en 1995), et il a connu une belle carrière avant qu’elle ne dérape en raison de plusieurs circonstances alors qu’il jouait avec les Rangers. Je crois que la LNH a fait du bon travail après le lockout pour permettre à des joueurs d’évoluer dans la ligue, alors que les conditions ne leur auraient pas permis de jouer. Ils ont corrigé le tir après la signature de la convention collective, ce qui démontre que les deux parties ont bien compris la situation. Wade et Scott Gomez (dont le contrat a été racheté par Montréal et qui a par la suit été mis sous contrat pas les Sharks de San Jose) ont bénéficié de cette situation. Ces deux joueurs méritent d’être dans la LNH. »

Redden, qui a récolté deux buts en cinq rencontres avec les Blues, sera entouré de plusieurs visages connus lors de la partie de jeudi, dont son père Gord, son frère Bart et sa sœur Niki. Sa mère Pat est décédée à la suite d’un cancer en 2006.

« C’est un bel exploit, reconnaît Redden. Je crois que lorsque l’on prend du recul et que l’on regarde ce que l’on a accompli durant notre carrière, c’est assurément quelque chose dont on peut être fier. Peu de joueurs peuvent se vanter d’avoir été dans la ligue aussi longtemps. »

Redden sera le 11e joueur à participer à son 1 000e match dans l'uniforme des Blues. Il rejoint Jean-Guy Talbot, Jim Roberts, Harold Snepsts, Al MacInnis, Geoff Courtnall, Pierre Turgeon, Mike Keane, Doug Weight, Bill Guerin et Keith Tkachuk.

« Plusieurs joueurs s’approchent de cette marque, mais ne l’atteignent pas, alors c’est très spécial, ajoute Redden. Mais j’ai toujours cru que j’obtiendrais cette chance. »

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
 

La LNH sur Facebook