Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

En l’absence de Jason Spezza, tout le monde doit mettre la main à la pâte

lundi 2013-02-04 / 12:56 / LNH.com - Nouvelles

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


En l’absence de Jason Spezza, tout le monde doit mettre la main à la pâte

MONTRÉAL – Après avoir indiqué que Jason Spezza allait être sur la touche pour une durée indéterminée, les Sénateurs d’Ottawa auraient pu se servir de cette excuse pour justifier leur piètre rendement à l’attaque au cours des deux derniers matchs.

Spezza a été opéré au dos vendredi en raison d’une hernie discale qui le tient à l’écart depuis dimanche dernier, et à la suite de l’annonce de l’équipe, les Sénateurs ont encaissé deux défaites de suite au cours desquelles ils n’ont inscrit qu’un but au total face aux Hurricanes en Caroline et au Canadien à Montréal.

Mais l’entraîneur-chef Paul MacLean a tenu à souligner que même si la feuille de pointage semble démontrer le contraire, Ottawa a tout de même été en mesure de générer de bonnes choses à l’attaque.

« Je crois que nous avons créé plusieurs chances, mais on n’a pas marqué, alors je ne crois pas que ce soit parce que Jason n’est pas là », a-t-il déclaré à la suite de la défaite des siens 2-1 au Centre Bell, dimanche après-midi. « Si nous n’avions créé aucune chance de marquer, je crois que ç’aurait été plus inquiétant et peut-être que [l’absence de Spezza] aurait alors pu être considérée comme l’une des causes. Mais les chances sont là, il ne nous reste qu’à les compléter. »

Et tout le monde semble oublier que c’est exactement ce que les Sénateurs ont fait en début de semaine dernière, lors des deux premiers matchs que Spezza a raté après s’être blessé contre les Penguins de Pittsburgh dimanche passé. Ottawa avait d’abord vaincu les Capitals de Washington 3-2 mardi, avant d’infliger un cuisant revers de 5-1 au Canadien le lendemain.

« C’est certain que ça aide beaucoup lorsqu’il (Spezza) est sur la glace, il n’y a aucun doute là-dessus, a indiqué le capitaine Daniel Alfredsson. Mais lors de nos deux matchs sur la route, nous avons tout de même bien fait. Nous avons eu beaucoup d’occasions à l’attaque, sauf que nous n’avons simplement pas été capables de marquer lorsqu’il le fallait, ce qui est assez important si on veut remporter des matchs. »

Kyle Turris, qui est âgé de 23 ans, semble être le joueur tout désigné pour occuper le poste de centre no 1 sur une base régulière en attendant le retour de Spezza, alors que les Peter Regin, Zack Smith et la recrue Mika Zibanejad pourraient se voir confier des rôles plus importants par leur entraîneur.

Et même si les Sénateurs continuaient d’avoir de la difficulté à faire bouger les cordages en l’absence de Spezza, leur défensive – avec en tête le gardien Craig Anderson – semble être en mesure de limiter les dégâts, du moins pour l’instant.

L’an dernier, Ottawa a terminé au 24e rang de la ligue au chapitre des buts alloués, alors que depuis le début de la présente – et jeune – saison, les hommes de MacLean affichent la deuxième meilleure moyenne dans la LNH avec 1,67 filet accordé par match.

« De nos jours avec le plafond salarial, on s’attend toujours à ce que nos quatre ou cinq meilleurs attaquants portent tout le reste de l’équipe sur leurs épaules, alors c’est certain que lorsque tu en perds un ou deux ça rend la tâche plus difficile, a mentionné Alfredsson. Mais c’est comme ça. Tout ce qu’il faut faire c’est tenter de surmonter l’épreuve en tant qu’équipe, et comme tout le monde le dit, c’est toujours une bonne occasion pour d’autres joueurs de briller, même dans les autres aspects du jeu. »

Les Sénateurs amorceront maintenant une séquence de quatre matchs devant leurs partisans, incluant un doublé contre les Sabres de Buffalo. Ottawa pourra donc tester son attaque contre la troisième pire défensive de la ligue (les Sabres ont accordé 3,67 buts en moyenne en neuf rencontres jusqu’à maintenant), ainsi que leur défensive contre le meilleur pointeur de la LNH Thomas Vanek.

 

La LNH sur Facebook