Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Janvier était un bon mois pour l’avantage numérique

vendredi 2013-02-01 / 11:13 / LNH.com - Nouvelles

Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Janvier était un bon mois pour l’avantage numérique

La logique voulait qu’en raison du peu de temps consacré à préparer cette nouvelle saison écourtée, les équipes tarderaient à faire fonctionner leur jeu de puissance à plein régime. Bien le hockey n’est pas toujours logique!

Après moins d’une semaine de camp d’entraînement, 20,1 pour cent des avantages numériques ont donné des résultats en date du 31 janvier, du jamais-vu durant une saison complète depuis 1989-90 et une forte augmentation par rapport au 17,3 pour cent de la saison dernière.

Evidemment toutes les équipes n’ont pas été également fructueuses. Cinq, dont les Rangers de New York en tête à 37,5 pour cent, ont un taux de réussite supérieur à 30 pour cent, mais sept autres affichent une moyenne inférieure à celle de la pire équipe de la ligue la saison dernière, les Stars de Dallas à 13,5 pour cent (ils sont actuellement à 16 pour cent).

En infériorité numérique par ailleurs, trois équipes, les Blackhawks de Chicago, les Islanders de New York et les Bruins de Boston, ont un taux de réussite de plus de 90 pour cent, et comme par hasard elles ont toutes une fiche gagnante, tandis que quatre autres ont une fiche perdante parce qu’elles ne parviennent pas à maintenir un pourcentage de réussite supérieur à 70 pour cent. Il s’agit des Flyers de Philadelphie, des Ducks d’Anaheim, les Flames de Calgary et les Jets de Winnipeg. Les Devils du New Jersey, qui n’ont concédé que 27 buts en infériorité numérique la saison dernière, un pourcentage record de 89,6 pour cent, en ont déjà accordé six en six matchs, soit en 30 occasions.

Il y a aussi plus d’avantages numériques cette saison, soit une moyenne de 8,8 par match, contre 6,6 pour cent en 2011-12 (plus de 30 pour cent).

Mauvais changements – Les Rangers en étaient déjà à leur quatrième punition pour avoir trop de joueurs sur la glace lorsqu’ils ont été blanchis 3-0 par les Penguins de Pittsburgh jeudi. Le pire c’est qu’ils ont accordé trois buts lors des désavantages numériques qui ont suivi, incluant un aux Penguins. Lors de leurs 32 autres infériorités numériques, les Rangers n’ont été victimes que de quatre buts.

Exercez-vous! – Y a-t-il moyen de s’améliorer en tirs de barrage? Dans le cas d’Evgeni Malkin et Ilya Kovalchuk, la réponse est oui.

Kovalchuk a marqué à sa première tentative de la saison mardi à Boston après avoir établi un record avec 11 réussites en 14 essais la saison dernière. Avant cela, il n’avait marqué que 11 buts en 42 occasions.

Malkin a aussi résolu ses difficultés. Il a réussi dimanche dernier à Ottawa son septième but à ses huit dernières tentatives, après avoir été 9-en-33 en carrière.

Mais le passé n’est jamais garant de l’avenir. Jussi Jokinen a été le meilleur de la ligue (10-en-13) en 2005-06 quand la LNH a inauguré les tirs de barrage. Mais depuis il n’a marqué que 20 buts en 53 occasions, deux en six la saison dernière. De même, Jonathan Quick, le gardien des Kings de Los Angeles, a remporté ses 10 fusillades il y a deux ans, repoussant 36 lancers sur 44. Mais il montre une fiche de 7-9 depuis, ayant été déjoué 20 fois sur 58, dont quatre sur huit lorsque que les Kings ont subi une défaite de 2-1 aux mains des Predators de Nashville jeudi.

Quelle différence en un an – C’est le cas de le dire, les années se suivent mais ne se ressemblent pas pour Patrick Marleau, devenu en janvier le premier joueur depuis 1917-18 à marquer au moins deux buts à ses quatre premiers matchs de la saison. Il a ajouté un neuvième but à son cinquième match puis une mention d’aide à son sixième avant d’être finalement tenu en échec jeudi même si les Sharks ont triomphé des Oilers d’Edmonton 3-2 en fusillade pour devenir la 11e équipe de l’histoire de la LNH à entreprendre une saison avec sept victoires.

Or la saison dernière, Marleau n’a réussi son premier but qu’à son sixième match et son neuvième à son 18e.

Nouvelle marque pour Brodeur -- Martin Brodeur détient déjà entre autres records ceux pour les victoires et les blanchissages en carrière. Il a atteint une nouvelle marque dans sa ville natale de Montréal dimanche dernier en devenant le premier gardien de la LNH à faire face à 30 000 lancers. Il est rendu à 30 053 après les 35 des Islanders jeudi quand ceux-ci l’ont emporté 5-4 en prolongation. C’est plus de 1700 de plus que le suivant, Patrick Roy (28 349), et des années-lumière devant son second chez les gardiens actifs, Nikolai Khabibulin (21 879).

Même s’il a affronté le plus de lancers, Brodeur n’est pas le gardien qui a accordé le plus de buts. Il vient au troisième rang, ayant concédé 2615 buts, devancé par Grant Fuhr et Gilles Meloche, à égalité à 2756.

Un bon ami -- John Tavares avait fait pression auprès des Islanders pour qu’ils engagent le joueur autonome Matt Moulson en 2009. Celui-ci l’a remercié avec trois campagnes consécutives de 30 buts en jouant surtout à la gauche de Tavares, le premier choix du repêchage de 2009.

Tavares était sur la glace pour les 64 derniers buts de Moulson, ce qui remonte à la saison 2010-11. Il a été crédité d’une passe sur 42 d’entre eux, incluant 24 des 36 de 2011-12 et deux des quatre jusqu’ici cette saison.

 

La LNH sur Facebook