Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Cinq questions: Gretzky croit que les Kings peuvent répéter leurs exploits

mardi 2013-01-29 / 12:49 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Cinq questions: Gretzky croit que les Kings peuvent répéter leurs exploits

LNH.com publie périodiquement une série appelée « Cinq questions avec… », un article incluant questions et réponses qui vise à en connaître un peu plus sur la vie et la carrière de quelques-uns des personnages influents du hockey.

Aujourd’hui, une rencontre avec Le Merveille, Wayne Gretzky:

LAS VEGAS - Wayne Gretzky se qualifie lui-même d’un grand amateur de hockey et il n’hésite pas à dire qu’il se contentera de jouer ce rôle pour un avenir prévisible.

À titre d’amateur, Gretzky regarde autant de matchs de la Ligue nationale de hockey qu’il peut. Il admire les habiletés, la vitesse et la robustesse des jeunes joueurs d’aujourd’hui. Il les voit comme des ambassadeurs du sport et il croit que l’avenir du hockey n’a jamais été aussi rose.

Tout en ayant à l’esprit ses exploits, LNH.com a rencontré Gretzky cette semaine à son camp annuel pour connaître son opinion concernant plusieurs sujets dont ses prétendants à la coupe Stanley, ses joueurs préférés et on lui a demandé de nous parler de son ancienne équipe, les Oilers d’Edmonton.

Voici les cinq questions à…Wayne Gretzky:

Il y a un an, toujours à ce camp, quand je t’avais demandé tes prédictions, tu ne m’avais jamais mentionné les Kings de Los Angeles, mais tu avais dit de surveiller les Devils du New Jersey. Tu as eu à moitié raison. Même si la saison n’est vieille que d’une semaine, quelles sont tes prédictions?

« Je pense que l’on doit attendre au moins 25 matchs avant de faire une évaluation, mais j’ai toujours dit que l’on ne doit jamais parier contre les champions de la coupe Stanley. Quand tu gagnes la coupe Stanley, une équipe doit te la voler. Bryan Trottier m’a dit cela un jour et je ne l’ai jamais oublié: Après la première conquête de la coupe par les Islanders de New York, nous étions assis ensemble lors de la remise annuelle des trophées de la LNH à Montréal et je lui avais demandé : 'Quelle est la sensation de gagner la coupe?' Il m’avait répondu : 'Wayne, c’est la plus grande sensation que je n’ai jamais vécue. Je souhaite que tous les joueurs de la LNH puissent un jour vivre cette expérience, mais ce qui rend cet exploit si remarquable, c’est que justement, ce n’est pas tous les joueurs qui vont vivre cette expérience.' C’est vrai. C’est pourquoi j’ai toujours dit que lorsqu’une équipe gagne la coupe, elle sait quoi faire, elle sait ce que cela a pris pour accomplir cet exploit et comment ce fut difficile d’atteindre cet objectif. J’ai toujours prétendu qu’il fallait surveiller l’équipe qui a gagné la coupe l’année précédente, donc surveillez bien les Kings, ils seront dangereux.

« Mais les Sharks semblent aussi bons que les autres équipes que j’ai vues. (Patrick) Marleau et (Joe) Thornton jouent avec une passion qui les transporte. Minnesota a effectué plusieurs changements et il pourrait être difficile à battre. Le Wild a toujours été bon défensivement et il a ajouté de l’attaque à la ligne bleue. Chicago semble aussi bon que n’importe quelle autre équipe dans l’Ouest. Au New Jersey, Martin Brodeur est toujours un joueur spécial. Il figure parmi les meilleurs gardiens de tous les temps. Il est unique et son âge ne représente pas un problème. Je pense qu’il connaîtra une très bonne saison et qu’il faudra encore une fois surveiller les Devils.

« Mais comme plusieurs, je considère que les Rangers de New York sont l’équipe à battre. Ils ont tous les ingrédients. Ils travaillent tellement fort et ils ont un grand gardien (Henrik Lundqvist), sans oublier Rick Nash qui est vraiment tout un joueur de hockey. Quand tu as une équipe si travaillante que les Rangers, avec des joueurs comme (Ryan) Callahan, et que tu ajoutes un joueur si talentueux qui travaille aussi fort que ses coéquipiers, ça devient contagieux. C’est ce que fait Nash, il est un bon joueur et il se défonce à tous les jours. »

Quels sont les joueurs que tu admires le plus présentement dans la LNH? Les joueurs que tu observes quand tu regardes leur équipe jouer?

« Je crois que (Sidney) Crosby est le meilleur joueur et il est plaisant à voir jouer. J’aime vraiment voir jouer (Steven) Stamkos. Il est un jeune homme vraiment spécial. Il est lui aussi plaisant à voir jouer et il est excitant.

« Mon joueur favori au cours des 10 dernières années a été (Henrik) Zetterberg. Je pense que Zetterberg est le meilleur joueur à l’âge de 28 ans. Il a tellement combattu au cours des séries éliminatoires de la coupe Stanley, des Jeux olympiques, il est tout simplement spécial. Selon moi, il est le meilleur joueur suédois à avoir joué dans la LNH et il y en a pourtant eu de très bons de (Borje) Salming à (Nicklas) Lidstrom.

« Kyle Turris est un joueur que j’aime beaucoup, mais je suis un peu biaisé à son sujet. Son sens du hockey s’approche beaucoup de celui de Crosby et de (Brad) Richards, des Rangers, et je considère que ce sont eux qui ont le meilleur sens de hockey aujourd’hui. Kyle va faire partie de cette catégorie très bientôt. »

Très bien, parlons de Turris qui ne figure pas encore dans la même catégorie que Crosby et Richards. Tu as été son entraîneur à Phoenix, donc tu le connais très bien. Il y a son sens du hockey, mais quoi d’autre te fais dire qu’il atteindra ce statut un jour?

« Je connais le jeune homme et il est très réservé. Sa vie, c’est le hockey. Il adore le sport et comme tous les meilleurs joueurs, il travaille fort à tous les jours. Mais je le vois vraiment d’une façon spéciale. Peu importe que tu sois Mario Lemieux, Wayne Gretzky ou Kyle Turris, si tu perds juste un peu confiance en tes moyens et que tu obtiens moins de temps de glace, c’est difficile. Il est passé par une étape importante de sa carrière et à Ottawa, il semble avoir trouvé sa place. On le fait jouer plus souvent, on lui donne plus de responsabilités, il va devenir un très, un très bon joueur au cours des prochaines années. »

Parlons maintenant des Oilers, pourquoi leur as-tu téléphoné pour qu’ils recrutent Justin Schultz?

« Je pense que le jeune homme a pris la bonne décicion. Écoute, quand tu as 21 ou 22 ans, ton rêve est de jouer dans la LNH, quand tu as atteint ce but, tu te dis : 'OK, je dois gagner la coupe Stanley.’ Mais ta première préoccupation, c’est de gagner ta place, de demeurer dans la LNH et pour le faire, tu dois obtenir du temps de glace. Je pensais qu’Edmonton était l’endroit idéal pour lui. Il obtiendrait ce temps de glace, il serait dirigé par de bons entraîneurs au sein d’une bonne organisation qui prend soin de ses jeunes. Espérant, que ça fonctionnera bien pour lui. »

Quand tu regardes la liste des bons jeunes joueurs avec les Oilers, ça te rappelles-tu quelque chose?

« Au cours des six derniers mois, tout le monde me demande de comparer l’édition actuelle des Oilers à celle de mon temps. Avec (Ryan) Nugent-Hopkins, (Taylor) Hall, (Jordan) Eberle, on les compare à (Mark) Messier, Gretzky, (Glenn) Anderson. Ça va, car ils sont passionnants. Mais, il y a autres choses.

« Robustesse. Nous avions (Dave) Semenko, (Marty) McSorley, Messier, (Kevin) McClelland. Altruisme. Nous avions des gars comme Craig MacTavish, Lee Fogolin et Kevin Lowe. Et nous avions en Grant Fuhr, le meilleur gardien de tous les temps. Il n’y avait pas que les attaquants, il y avait tant d’autres éléments, c’est ce qui a fait de notre équipe, une formation championne.

« La clé pour les Oilers d’aujourd’hui n’est pas tellement les jeunes joueurs. Ces jeunes deviendront meilleurs et ils joueront une partie importante des succès de l’équipe, mais la clé pour les Oilers sera les éléments intangibles. Auront-ils des joueurs qui joueront le rôle de leader et qui seront aussi généreux que l’étaient Lee Fogolin et Kevin Lowe? Tout le monde aime marquer des buts, mais nous n’avions pas besoin que Craig MacTavish marque des buts et il le comprenait. Son travail consistait à être le joueur de centre de notre troisième trio et contrer les autres, gagner des mises en jeu, écouler le temps pendant les punitions, et il acceptait ce rôle. Ces joueurs sont tellement importants dans les succès d’une équipe. Les jeunes Oilers auront à trouver tous ces éléments intangibles afin d’accéder à une autre étape. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook