Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Galchenyuk et Gallagher vont rester avec le Canadien

lundi 2013-01-28 / 18:19 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Galchenyuk et Gallagher vont rester avec le Canadien

BROSSARD – Le Canadien a tout fait pour que la saison 2012-13 s’avère un nouveau départ pour cette glorieuse organisation qui a perdu de son lustre: nouvelle équipe de direction et nouveaux entraîneurs, auxquels s’ajoute une jeune star en puissance qui, espère-t-on, deviendra la nouvelle image de l’équipe.

Le Canadien a informé Alex Galchenyuk lundi que ce troisième choix du repêchage de 2012 ne sera pas retourné à son équipe junior de Sarnia et que sa carrière qui l’a déjà mené partout, à seulement 18 ans, en Europe, aux États-Unis et en Ontario, se poursuivra à Montréal, et ce pour longtemps, espère-t-on encore une fois.

« Dès le premier jour ici j’ai voulu travailler fort et montrer dans un camp d’entraînement aussi court le genre de joueur que je suis, a déclaré Galchenyuk. Et je dois dire que les choses ont très bien tourné. »

C’est le moins que l’on puisse dire.

Le Canadien n’a pu profiter de matchs hors-concours, comme lors d’une saison normale pour évaluer son jeune espoir, mais il avait cinq matchs pour le faire. Il a rendu sa décision après seulement quatre rencontres, avant le match de mardi contre les Jets de Winnipeg.

Les joueurs encore d’âge junior peuvent jouer cinq matchs dans la LNH et être retournés à leur équipe junior sans que cela compte pour une année de leur contrat professionnel. Le Canadien, qui disputera son sixième match mercredi à Ottawa, pourrait toujours céder Galchenyuk au Sting de Sarnia plus tard cette saison mais celui-ci serait considéré comme ayant complété une année de son contrat, ce qui a des conséquences importantes dans le futur.

L’entraîneur Michel Therrien et le directeur général Marc Bergevin ont aussi fait savoir que Brendan Gallagher, une autre recrue de 20 ans, pouvait aussi se chercher un appartement en ville.

« Ils vont ajouter une dimension à notre équipe. Ils apportent de la vitesse, ils apportent de l’intensité. C’était clair pour nous qu’ils devaient faire partie de notre équipe et qu’ils le méritaient, a commenté Therrien. Tout est dans le mérite. Et ils méritent de rester ici en raison de la façon dont ils se sont comportés, non seulement sur la glace durant les matchs et les entraînements, mais aussi à l’extérieur. »

Galchenyuk et sa famille ont parcouru le monde à poursuivre des rêves de hockeyeur. Au départ c’était le père, Alexander, qui a été professionnel en Russie, aux États-Unis, en Italie et en Suisse, suivi des membres de sa famille quand il changeait de pays.

Puis ce fut Alex qui a amené sa famille à le suivre. En Russie d’abord, où son père a entrepris une nouvelle carrière d’entraîneur, puis à Chicago pour jouer midget à l’âge de 15 ans, à Sarnia, dans la Ligue junior de l’Ontario, et, enfin, Montréal, où sa mère et sa sœur passeront la saison avec lui. Son père, adjoint à l’entraîneur du Sting, demeurera à Sarnia pour le moment.

« Partout où allait mon père, nous le suivions tous, a raconté Galchenyuk. Maintenant c’est à mon tour: où que j’aille, ils viennent avec moi. »

Sa sœur Anna est la première personne que Galchenyuk a appelée au sortir de sa réunion avec Therrien et Bergevin avant l’entraînement de lundi matin. Il a ensuite téléphoné à ses parents.

« Ils sont très heureux, a-t-il dit. C’est un rêve devenu réalité pour tout le monde, pas seulement pour moi. Je ne serais pas ici sans ma famille. Ils sont très fiers et je ne pourrais être plus reconnaissant. »

Galchenyuk a insisté pour dire que dès le jour où il a été repêché à Pittsburgh en juin dernier son premier objectif a été de jouer pour le Canadien cette saison et qu’il s’est concentré là-dessus à partir de ce moment.

Après avoir raté toute la dernière saison régulière à l’exception de deux matchs en raison d’une grave blessure à un genou, il est retourné avec le Sting durant le lock-out et il a prouvé que cette blessure était derrière lui, amassant 61 points en 33 matchs. Il a vraiment explosé en novembre, totalisant 40 points à ses 17 derniers matchs avant de quitter pour le camp de sélection de l’équipe junior américaine.

Il a fait partie de l’équipe sacrée championne du monde en Russie et même s’il n’a pas joué un rôle de premier plan et s’il était plus jeune que la plupart des autres joueurs, il a démontré qu’il pouvait suivre le rythme et s’adapter à l’intensité requise.

Il a poursuivi sur cette lancée au camp d’entraînement du Canadien, puis lors des premiers matchs de la saison.

Mais il est loin d’être satisfait.

« Ce n’est que le début, a-t-il indiqué. J’ai oublié le repêchage pour me concentrer à venir ici et rester avec l’équipe. Avec le lock-out, je suis retourné à mon équipe junior et j’ai essayé de m’améliorer. Je suis venu ici en pensant rester et si ça n’avait pas été le cas j’aurais certes été déçu. Mais maintenant je vais juste relaxer et décompresser. Je veux leur prouver qu’ils ont pris une bonne décision. »

Galchenyuk et Gallagher ont tous deux impressionné leurs coéquipiers par leur attitude et leur désir d’apprendre, mais ces qualités n’auraient rien donné s’ils n’avaient pas été en mesure de suivre le rythme sur la glace.

Les deux recrues ont évolué avec l’homme fort Brandon Prust au cours des trois derniers matchs et les trois ont rapidement développé des atomes crochus. Dimanche, Gallagher et Prust ont chacun marqué leur premier but dans l’uniforme du Canadien avec l’aide de Galchenyuk pour aider le Canadien à vaincre les Devils de New Jersey 4-3 en prolongation.

« Ils travaillent fort tous les deux, ils offrent du jeu très honnête et ils ont du talent », a constaté le gardien Carey Price. « Ce sont deux bons jeunes, des individus de qualité. Ils n’y a aucune arrogance dans leur cas, ce qui est important quand on est jeune. Il faut rester humble si vous voulez mériter le respect de vos coéquipiers. »

Dans le cas de Gallagher, il serait bien difficile de ne pas respecter le parcours qu’il a dû emprunter pour atteindre son but. À partir d’un rôle de figurant, à 16 ans, avec les Giants de Vancouver de le Ligue junior de l’Ouest, il est parti de 13e attaquant pour mériter un poste dans un quatrième, troisième, puis deuxième trio à la fin de la saison. Il a enchaîné avec trois campagnes de 40 buts et est devenu le premier compteur de l’histoire des Giants. Et voilà qu’à sa toute première saison professionnelle, il passe directement dans la Ligue nationale après avoir été un choix de cinquième ronde en 2010.

« Je suis venu à l’aréna en pensant que ce serait une journée comme toutes les autres et j’étais prêt pour l’entraînement quand on m’a appelé pour me faire part de la bonne nouvelle. C’était assez cool », a raconté un Gallagher radieux, qui demeurera avec le défenseur Josh Gorges. « J’ai montré jusqu’ici que je pouvais aider l’équipe à gagner des matchs. C’est tout ce je veux faire: apporter ma contribution à une équipe gagnante. Si je continue à le faire, je pourrai espérer rester dans la formation. »

La présence de Therrien a favorisé les deux joueurs. Celui-ci s’est fait à Pittsburgh la réputation de développer de jeunes talents. C’est lui qui était l’entraîneur des Penguins à l’arrivée dans la LNH des Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Jordan Staal, Marc-André Fleury, Kristopher Letang, Maxime Talbot, Ryan Whitney et autres, et même s’il ne veut pas comparer les deux situations, il se dit confiant d’avoir un impact positif sur les deux jeunes recrues du Canadien.

« J’ai un plan de travail pour ces deux jeunes et j’imagine que mon expérience va certainement m’aider, a-t-il dit. Je vais voir à ce qu’ils s’améliorent. »

 

La LNH sur Facebook