Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher ont déjà adopté un comportement exemplaire

lundi 2013-01-28 / 16:56 / LNH.com - Nouvelles

The Canadian Press

Partagez avec vos amis


Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher ont déjà adopté un comportement exemplaire

BROSSARD, Qc - «Ferme-la et écoute les autres!»

C'est le conseil que Josh Gorges a reçu à ses débuts dans la LNH. Et c'est là un comportement qu'Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher appliquent déjà à merveille chez le Canadien.

«Quand j'étais une recrue, on m'avait dit de me la fermer et d'écouter les autres, a raconté Gorges, lundi, après l'annonce que Galchenyuk et Gallagher demeureront avec le club jusqu'à nouvel ordre. Ça semble agressif quand on le dit comme ça, mais c'est une façon efficace de passer le message.

«Ça ne veut pas dire que tu n'as pas le droit de parler, ça signifie simplement que tu dois observer ce qui se passe autour de toi et écouter ce que disent les entraîneurs et tes coéquipiers, a ajouté le vétéran défenseur. Le hockey professionnel est très différent du hockey junior, que ce soit sur la glace, dans le vestiaire ou loin de l'aréna. Il faut savoir comment se comporter dans différentes situations, et tu dois constamment être à l'écoute afin de pouvoir apprendre ce qu'il faut faire.»

Galchenyuk et Gallagher l'ont fort bien compris, même s'ils n'ont que 18 et 20 ans, respectivement. C'est d'ailleurs ce qui explique, en bonne partie, pourquoi la direction du Tricolore a décidé de garder les deux attaquants recrues à Montréal.

«Il faut être humble sur la patinoire et en dehors, et c'est ce que j'essaie de faire, a indiqué Galchenyuk, que le Canadien a choisi au troisième rang au repêchage en juin dernier. J'essaie de travailler fort, de respecter mes coéquipiers et de m'amuser à gagner des matchs.»

«Ce sont de bonnes nouvelles mais en même temps, il y a encore du travail à faire, a quant à lui commenté Gallagher, un choix de cinquième tour du CH en 2010. La situation pourrait changer pour le pire tout aussi rapidement, mais pour l'instant c'est très excitant. Je ne changerai rien à mon jeu.»

Galchenyuk a été le premier joueur convoqué par le directeur général Marc Bergevin et l'entraîneur-chef Michel Therrien, lundi matin. Ç'a ensuite été au tour de Gallagher.

«Je ne savais pas à quoi m'attendre au moment de me présenter dans le bureau, a reconnu Galchenyuk. Je pensais qu'ils voulaient me parler du prochain match. Ils m'ont dit que je restais et je suis aux oiseaux.

«C'est un rêve devenu réalité — non seulement pour moi, mais pour toute ma famille, a ajouté le no 27. Sans elle, je n'aurais pas pu me rendre jusqu'ici. Ils en ont fait beaucoup pour m'aider dans mon cheminement. Ils ne pourraient être plus fiers et je ne pourrais être plus heureux.»

«(Bergevin et Therrien) m'ont dit que j'avais mérité cette occasion de rester encore un peu, mais ils m'ont aussi conseillé de ne pas oublier ce que j'ai fait pour me rendre jusqu'ici, et de continuer à faire ces choses-là, a raconté Gallagher. Ils ont dit que si je fais ça, ils vont continuer d'être satisfaits de mon jeu.»

La direction du Canadien a décidé de confirmer le sort de Galchenyuk même si elle aurait pu attendre le match de mardi, contre les Jets de Winnipeg, avant de le faire. Galchenyuk a reconnu que ça faisait du bien qu'on lui enlève dès maintenant l'épée de Damoclès qui pendait au-dessus de sa tête. Et ce, même s'il avait déjà une bonne idée de quel côté penchaient ses patrons.

«C'est vrai qu'il y a maintenant un peu moins de pression. Même si tu n'y penses pas vraiment, le fait que tu pourrais encore retourner chez les juniors te trotte dans la tête, a indiqué Galchenyuk. Je ne me voyais pas retourner chez les juniors. Je voulais rester ici. Et maintenant que je sais que je reste, je suis vraiment content.

«Je sais que c'est juste le début. Je veux leur montrer maintenant qu'ils ont eu raison de me garder.»

«Maintenant, il doit aider l'équipe à gagner, a souligné Carey Price en parlant de Galchenyuk. Ça, c'est encore plus difficile, parce qu'il y a toujours quelqu'un qui s'amène derrière et qui veut tenter de t'enlever ton poste.»

 

La LNH sur Facebook