Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

La nouvelle saison ne compte peut-être que 48 matchs, mais les statistiques ne varient pas pour la peine

dimanche 2013-01-27 / 12:58 / LNH.com - Nouvelles

Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


La nouvelle saison ne compte peut-être que 48 matchs, mais les statistiques ne varient pas pour la peine

Il n’y a qu’une semaine d’écoulée à cette nouvelle saison de la LNH et la plupart des 30 équipes ont disputé quatre ou cinq matchs. Mais chacun compte davantage en une aussi courte campagne de 48 rencontres.

Ce calendrier plus compact a comme conséquences qu’il y a moins d’entraînements et de journées sans match et qu’une séquence de trois ou quatre défaites peut s’avérer beaucoup plus néfaste.

On pourrait croire que les ajustements qu’ont dû apporter les équipes pour s’adapter à la situation ont affecté le jeu sur la patinoire. Mais en comparant les 64 premiers matchs à ceux de la saison dernière, on s’aperçoit que les différences statistiques ne sont pas si importantes

Voici quelques éléments de comparaison.

Est-ce que les camps d’entraînement écourtés ont affecté les pointages?

Les équipes n’ont eu que quelques jours pour préparer la saison de sorte que les entraîneurs, et spécialement les nouveaux, n’ont guère eu de temps pour installer leur système de jeu. Cela vaut aussi bien pour les systèmes offensifs que défensifs, ce qui fait que les statistiques de buts marqués ressemblent étrangement à celles de la dernière saison.

Après 64 matchs, il s’est marqué une moyenne de 5,66 buts par rencontre, contre 5,63 la saison dernière.

Ne soyez pas surpris si ce total évolue à la baisse à mesure que la saison progressera. La saison 2011-12 s’est terminée avec une moyenne de 5,32 buts par match.

En quelles circonstances les buts sont-ils marqués?

Beaucoup plus de buts ont été réussis en avantage numérique en ce début de saison, en partie parce que ceux-ci sont plus nombreux et aussi parce que les joueurs offensifs sont plus efficaces.

Pas moins de 120 buts ont déjà été marqués en supériorité numérique, une grosse amélioration par rapport aux 84 de la saison dernière. Mais il faut dire qu’il y a eu beaucoup plus d’avantages numériques jusqu’ici, soit 583 contre 506 en 2011-12, quand les équipes avaient un taux de réussite de 16,6 pour cent après 64 matchs (17,3 pour cent à la fin de la saison). Cette saison, les jeux de puissance ont produit à un rythme de 20,6 pour cent, un taux jamais atteint pour une saison entière depuis 1989-90 (20,8 pour cent).

Encore une fois, il ne faudrait pas se surprendre si ces statistiques évoluent à la baisse. Pour l’ensemble de la saison 2011-12, la moyenne de jeux de puissance par match a été de 6,61 (mais le taux de réussite à augmenté à 17,3 à la fin du calendrier).

Les bancs des punitions semblent régulièrement occupés, est-ce le cas?

Comparé aux récentes saisons, oui.

Une moyenne d’un peu plus de 30 minutes de punitions par match ont été décernées jusqu’ici. Ce n’est pas énorme par rapport aux moyennes historiques (45,3 minutes il y a 20 ans), mais c’est beaucoup plus que les 22,4 minutes de l’ensemble de la saison dernière.

On a déjà décerné plus d’une douzaine de punitions à des joueurs qui se servaient de leurs mains pour déplacer la rondelle aux mises en jeu ou qui la couvraient pour empêcher un adversaire de s’en emparer. Mikhail Grabovski, des Maple Leafs de Toronto, a le douteux honneur d’avoir été attrapé à deux reprises, soit à chacun des deux derniers matchs.

Qu’en est-il des matchs de trois points?

Vu que chaque match est plus important que jamais, on pourrait croire que les prolongations sont plus fréquentes, mais cela n’a pas été le cas au cours des 64 premières rencontres.

La victoire des Ducks d’Anaheim sur les Predators de Nashville samedi était la septième remportée en fusillade cette saison, contre 13 au même point la saison dernière, soit dans plus de 20 pour cent des matchs. Cinq autres matchs ont été conclus au cours des cinq minutes de la prolongation, un de moins qu’en 2011-12.

Ces 12 matchs qui ont rapporté trois points aux deux équipes constituent 18,8 pour cent de ceux qui ont été disputés jusqu’ici, et seulement 10,9 pour cent se sont rendus jusqu’aux tirs de barrage. Au même point la saison dernière, 29,7 pour cent des affrontements avaient valu trois points et 20,3 pour cent avaient nécessité une fusillade. Pour l’ensemble de la dernière saison, ces moyennes étaient de 24,4 et 14,7 pour cent.

Seulement 12 équipes ont gagné leur match d’ouverture à domicile. Les équipes font elles mieux devant leurs partisans depuis?

Oui. Les équipes ont compilé une fiche de 12-16-2 à leur premier match local, comparé à 15-14-1 la saison dernière. Mais après 64 rencontres, les équipes à domicile montrent une fiche de 33-26-5 et celles qui visitent, de 31-27-6. Au même point la saison dernière, les équipes à domicile étaient néanmoins beaucoup plus efficaces: 37-18-7, contre 27-27-10 pour les équipes sur la route.

Est-ce que des équipes ont des résultats sensiblement différents de la saison dernière?

Les Capitals de Washington ont de toute évidence du travail à faire sous les ordres de leur nouvel entraîneur Adam Oates. Ils ont entrepris la saison avec une fiche de 0-3-1 après avoir remporté leurs sept premiers matchs en 2011-12.

Les Leafs avaient une fiche de 3-0-1 la saison dernière, contre une de 2-3-0 cette fois. Et les Red Wings de Detroit ont divisé les honneurs de leurs quatre derniers matchs après avoir gagné leurs quatre premiers en 2011-12.

Trois équipes ont entrepris la journée de dimanche sans avoir connu la défaite: les Blackhawks de Chicago (5-0-0, 3-1-1 la saison dernière), les Sharks de San Jose (4-0-0, 1-3-0) et les Devils du New Jersey (3-0-0, 3-1-0, ayant déjà disputé quatre matchs au même point).

 

La LNH sur Facebook