Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le concept d'équipe des Devils, un modèle dont on s'inspire chez le Canadien

samedi 2013-01-26 / 15:36 / LNH.com - Nouvelles

The Canadian Press

Partagez avec vos amis


Le concept d'équipe des Devils, un modèle dont on s'inspire chez le Canadien

BROSSARD, Qc - Le Canadien va évidemment tenter de prouver, dimanche au Centre Bell, que le système des Devils n'est pas à toute épreuve. Reste que le concept d'équipe qu'on retrouve au New Jersey en est un qui inspire le club montréalais.

«C'est une organisation que j'admire beaucoup, a dit Michel Therrien des Devils, samedi, après le dernier entraînement qu'il a imposé aux joueurs du Tricolore d'ici l'affrontement qui commencera exceptionnellement à 18h, dimanche soir. Parce qu'année après année, c'est une équipe qui est toujours dans le coup. On y retrouve un concept d'équipe que le joueur se doit d'accepter — c'est primordial pour eux.

«Je me souviens, quand je suis arrivé à Pittsburgh (à la barre des Penguins), c'est un peu dans cette direction-là que je voulais aller. Et le concept d'équipe est également très important ici à Montréal.»

«Ça part toujours d'en haut et ça se rend jusqu'en bas, a noté Josh Gorges en parlant de l'équipe menée d'une main de fer par Lou Lamoriello, le président et directeur général des Devils. C'est la même chose qu'à Detroit, quand ils alignaient Steve Yzerman et que la tradition s'est poursuivie avec Nicklas Lidstrom et, maintenant, avec Pavel Datsyuk et Henrik Zetterberg. Ils ont un concept d'équipe auquel leurs meneurs croient. Et si un joueur n'y adhère pas, ils s'en débarrassent. Ils travaillent avec les joueurs qui veulent faire les choses de la bonne façon et ensuite, c'est transmis d'une génération à l'autre.

«C'est un excellent modèle pour les équipes qui veulent connaître du succès dans cette ligue, a ajouté le vétéran défenseur qui en est à sa huitième campagne dans la LNH. C'est exigeant de jouer dans un tel contexte, mais ça débouche sur le succès.»

Succès qui se poursuivent en ce début de saison puisque les Devils, qui ont atteint la finale de la Coupe Stanley le printemps dernier, ont remporté leurs trois premiers matchs. Martin Brodeur se retrouve encore une fois au centre de l'action, comme en témoigne sa fiche de 3-0 avec une moyenne de 0,98 et un pourcentage d'arrêts de ,958.

«Quel est son nom, déjà?», a lancé à la blague Brian Gionta, le coéquipier de Brodeur pendant sept saisons chez les Devils, avant de chanter les louanges du gardien de but de Saint-Léonard qui a un dossier à vie de 43-18-5-0 avec une moyenne de 1,79 contre le Canadien.

«Il est un des meilleurs gardiens de l'histoire, a souligné le capitaine du Tricolore. Il est au sommet de son art depuis longtemps et rien n'a changé (cette saison). Il analyse bien son métier et il lit bien le jeu, alors il est capable de faire en sorte que l'âge n'a pas d'emprise sur lui.»

Gionta ne s'étonne pas du départ en trombe des Devils malgré le départ de leur joueur vedette Zach Parise.

«Leur joueur de centre de troisième trio, le numéro 11, est excellent. Il comble le vide laissé par Parise, a lancé Gionta, sourire en coin, en faisant allusion à son frère cadet de 29 ans, Stephen, qui a marqué vendredi un cinquième but en 40 matchs en carrière dans la LNH, séries comprises.

«J'ai regardé le match, c'était bien d'avoir pu le voir marquer, a reconnu Brian Gionta. Je souhaite seulement qu'il ne marque pas (dimanche).»

Ce sera la deuxième fois seulement que les frères Gionta s'affronteront lors d'un match de la LNH. Le 2 décembre 2010, au New Jersey, Brian avait enfilé un but et décoché quatre tirs au filet en un peu plus de 16 minutes de jeu, tandis que Stephen a été blanchi en trois tirs et 13 minutes sur la patinoire.

«Ç'avait été très plaisant. Ce sera son premier match à Montréal, alors ce sera assurément une autre belle expérience», a dit Brian du duel de dimanche, auquel assisteront ses parents.

«On va essayer de l'inviter à souper (samedi), a encore dit Brian de son cadet. Mais vous savez comment sont les Devils... Ça pourrait être difficile de l'extirper de leurs griffes!»

 

La LNH sur Facebook