Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les plus grandes surprises et déceptions de la première semaine

vendredi 2013-01-25 / 18:02 / LNH.com - Nouvelles

Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Les plus grandes surprises et déceptions de la première semaine

La saison 2012-2013 n’est vieille que d’une semaine et elle a déjà apporté plusieurs hauts et plusieurs bas aux équipes de la LNH.

Un camp d’entraînement écourté et un calendrier compressé conduisent déjà les équipes qui ont connu un mauvais départ à un sentiment d’urgence.

Plusieurs joueurs et équipes ont connu un début de saison inattendu. Regardons les plus grandes surprises et les plus grandes déceptions après sept jours d’activités.

Évidemment, la taille de l’échantillon n’est pas représentatif et la patience devrait être de mise, mais amusons-nous un peu.

SURPRISES

1. Si Patrick Marleau maintient son rythme, il marquera 96 buts

Aucun joueur n’avait commencé la saison en marquant deux buts ou plus à ses trois premiers matchs depuis que Peter Stastny avait réussi l’exploit en 1982-83, ça démontre l’exploit que vient de réussir Marleau. Les Sharks de San Jose n’ont pas encore connu la défaite et leur premier trio composé de Marleau, Joe Thornton et Joe Pavelski a été tout simplement dominant, totalisant sept buts et 24 points en trois matchs.

2. Marian Hossa est de retour

La dernière image que l’on a vu de Hossa durant la saison 2011-12 était épeurante, car il était étendu sur la patinoire après avoir encaissé une mise en échec illégale de Raffi Torres, des Coyotes de Phoenix. Hossa a pu jouir d’une période plus longue pour se remettre sur pied et il est revenu au jeu dans une forme splendide. Les Blackhawks ont été la première équipe à présenter une fiche de 4-0, et Hossa a joué un rôle important avec ses cinq buts, incluant deux buts victorieux. Les Blackhawks avaient probablement le calendrier le plus difficile de la ligue en ce début de saison, mais ils ont tout de même vaincu les Kings de Los Angeles, les Blues de Saint Louis, les Coyotes et les Stars de Dallas en disputant trois de ces quatre matchs sur des patinoires adverses.

3. Marc Méthot paraît très bien aux côtés d’Erik Karlsson

Karlsson a remporté le trophée Norris, la saison dernière, mais il a perdu son partenaire quand Filip Kuba a signé un contrat à titre de joueur autonome avec les Panthers de la Floride. Les Sénateurs d’Ottawa ont obtenu Méthot dans un échange en retour de Nick Foligno, et jusqu’à présent, il complète très bien Karlsson. Les Sénateurs n’ont accordé que deux buts dans leurs trois victoires et le duo Karlsson-Méthot a été productif. Karlsson domine l’équipe avec quatre points (deux buts), tandis que Méthot est à égalité au sommet de l’équipe avec trois assistances. Méthot domine la ligue avec une fiche de plus six. Il n’a pas été sur la glace pour aucun but accordé par les siens à forces égales.

4. Le meilleur trio de l’Association de l’Est se retrouve à New York, mais pas avec les Rangers

Le trio composé de Marian Gaborik, Rick Nash et Brad Richards, des Rangers de New York, attire l’attention, mais la ligne la plus productive dans l’Association de l’Est se retrouve au nord de l’état à Buffalo. Thomas Vanek et Jason Pominville ont accueilli avec joie le joueur de centre Cody Hodgson et les résultats ne se sont pas fait attendre. Vanek domine l’équipe avec huit points (deux buts), tandis que Pominville et Hodgson ont tous les deux marqué trois buts chacun. La pauvre performance devant le filet et le travail dans la zone défensive (incluant celui de Hodgson) ont fait en sorte que les Sabres ont été déclassés par les Hurricanes de la Caroline, jeudi soir, mais le trio a marqué trois buts, dont deux très spectaculaires.

5. Les Ducks démontrent de la profondeur à l’attaque

Les Ducks ont toujours compté sur quelques joueurs étoiles à l’attaque au cours des dernières années, mais le manque de profondeur leur a coûté cher. Les Ducks n’ont joué que deux matchs, mais l’entraîneur en chef Bruce Boudreau a obtenu de la production de trois trios et l’équipe a déjà marqué 12 buts. Daniel Winnik et Saku Koivu (cinq points chacun) s’entendent bien sur le troisième trio et Teemu Selanne (quatre points) brille sur la deuxième ligne. Ryan Getzlaf et Corey Perry sont bien contents de la venue de Kyle Palmieri qui complète le premier trio de l’équipe, eux qui totalisent quatre buts et neuf points.

6. Le joueur de première année qui domine au chapitre des minutes jouées est… Michael Kostka?

Kostka ne peut être qualifié de recrue en raison de son âge (27 ans), c’est ce qui rend son histoire encore plus intéressante. Après avoir joué pendant quatre saisons à l’Université du Massachusetts et quatre autres dans la Ligue américaine de hockey, Kostka n’a pas seulement percé la formation des Maple Leafs de Toronto lors du premier match, il a gagné son poste aux côtés de Dion Phaneuf à la ligne bleue. Il n’a pas déçu en amassant trois assistances et en jouant plus de 24 minutes par match dans les trois premières rencontres des siens.

7. La défense des Canadiens est productive à l’attaque

Les Canadiens doivent se passer des services de P.K. Subban, joueur autonome avec compensation, mais pour reprendre la fameuse réplique dans le film Office Space - « Je ne dirais pas qu’ils m’ont manqués, Bob ». Il est bien certain que les Canadiens aimeraient compter sur Subban dans leur formation. Ses habiletés sont indéniables, mais les Canadiens ont jusqu’ici comblé son absence. Un Andreï Markov en santé, il a marqué trois buts en plus d’avoir amassé une aide, a été d’une grande aide, sans oublier Raphael Diaz qui domine l’équipe avec cinq points (tous des assistances). Un Markov en santé pendant toute la saison et un nouveau contrat à Subban dans un proche avenir pourraient permettre aux Canadiens d’aspirer légitimement à une place dans les séries éliminatoires après avoir terminés au dernier rang de l’Association de l’Est, la saison dernière.

DÉCEPTIONS

1. Les champions n’ont pas encore remporté une victoire

Le très beau parcours des Kings de Los Angeles en fin de saison au printemps 2012 ne sera pas oublié de sitôt, mais les champions de la coupe Stanley n’ont pas connu un bon départ. Les Kings n’ont amassé qu’un point et ils n’ont marqué que quatre buts dans leurs trois premiers matchs. Le capitaine Dustin Brown n’a pas encore marqué et il est à égalité au dernier rang de la ligue avec une fiche de moins-5. Mike Richards n’a pas marqué lui non plus. Dustin Penner a été laissé de côté dans le troisième match même s’il n’était pas blessé. Les défenseurs Willie Mitchell et Matt Greene soignent tous les deux des blessures qui vont les garder à l’écart du jeu pour une bonne période. Il est tôt, mais l’entraîneur en chef Daryl Sutter a beaucoup de travail à faire pour replacer la barque.

2. Les Capitals de Washington n’ont pas l’instinct du tueur

Ce n’est pas l’entrée en fonction qu’Adam Oates prévoyait. Les Capitals présentent une fiche de 0-3 et le nouvel entraîneur en chef a plusieurs problèmes à résoudre. Le plus important est son unité en désavantage numérique. Oates était un entraîneur-adjoint avec les Devils du New Jersey qui ont été la meilleure équipe à ce chapitre la saison dernière en n’accordant que 27 buts à court d’un joueur en 82 matchs. En trois rencontres cette saison, les Capitals ont déjà permis sept buts en pareilles circonstances. Alex Ovechkin ne fait rien qui vaille, et la profondeur à l’attaque est mince avec Brooks Laich sur la touche, sans oublier que les deux gardiens connaissent des difficultés. Oates a donc plusieurs feux à atteindre après seulement une semaine derrière le banc des Capitals.

3. La défense des Coyotes de Phoenix est poreuse

Au cours des deux dernières saisons, Dave Tippett a amené les Coyotes de Phoenix au titre de prétendant dans l’Association de l’Ouest en bâtissant une bonne défense et en ayant l’appui des gardiens, ce qui permettait de combler le manque d’attaque des siens. Il est donc surprenant de constater que les Coyotes ont concédé 16 buts, un sommet de la ligue, après une semaine. Le gardien Mike Smith a connu des ennuis dans les deux premiers matchs et il souffrirait d’une blessure mineure selon l’équipe. Les Coyotes ont marqué en moyenne près de quatre buts par match, ce qui représenterait une énorme surprise, si ce n’était le fait qu’ils ont accordé exactement une moyenne de quatre buts par matchs.

4. L’attaque des Flyers est en panne

Les Flyers de Philadelphie ont perdu les services de Jaromir Jagr sur le marché des joueurs autonomes et ils ont échangé James van Riemsdyk au cours de l’été, sans oublier qu’ils sont privés de Daniel Brière blessé. Malgré tout, personne n’aurait cru qu’ils n’auraient marqué que cinq buts en quatre matchs. Scott Hartnell sera tenu à l’écart du jeu pour au moins un mois en raison d’une fracture à un pied et le directeur général, Paul Holmgren, a fait savoir qu’il voulait ajouter de la profondeur à son attaque. On s’attendait à ce que les Flyers connaissent des problèmes à la ligne bleue ou devant le filet, pas à l’attaque.

5. Henrik Lundqvist est en état de siège

Lundqvist a remporté le trophée Vézina la saison dernière et les Rangers de New York sont devenus l’une des meilleures formations défensives sous le règne de l’entraîneur en chef, John Tortorella. Mais Lundqvist a été pourri depuis le début de la campagne avec une moyenne de 3,47 buts accordés par match et un pourcentage d’efficacité de 89,5 pour cent en trois départs. L’une des raisons de ses difficultés est en partie parce qu’il reçoit plusieurs tirs. Les Rangers ont accordé six tirs de plus par match cette saison (33,8) et ils occupent le 25e rang de la ligue à ce chapitre, en comparaison à 27,8 tirs par match (6e) en 2011-12. Les Rangers figurent toujours parmi les meneurs au chapitre des tirs bloqués, ce qui démontre que la défense de l’équipe est poreuse.

6. Les Red Wings de Detroit ont des problèmes à forces égales

Les Red Wings sont décimés par les blessures, sans compter qu’ils doivent tenter de remplacer Nicklas Lidstrom. De toute évidence, ils tentent de trouver la solution. Il est plutôt inhabituel de les voir flirter dans les bas-fonds du classement (à égalité en 25e place) dans le ratio des buts pour/contre à forces égales, eux qui ont dominé la ligue à ce chapitre en 2011-2012 et qui figuraient parmi les cinq premiers lors des deux dernières saisons au cours desquelles ils avaient atteint la finale de la coupe Stanley.

7. Plus une équipe ne comble des déficits

Les courts camps et le manque de séances d’entraînements ont fait en sorte qu’il se produit plus d’erreurs sur la glace, mais les équipes ne réussissent pas à combler un déficit. Après les matchs disputés, jeudi, les équipes qui dominent après la deuxième période présentent une fiche de 34-1-4. Les Kings ont perdu à deux reprises (0-1-1) après avoir détenu l’avance après 40 minutes de jeu, donc les 29 autres formations ont un dossier de 34-0-3 en pareilles circonstances. Les équipes qui dominent après une période de jeu conservent également bien leur priorité, car elles présentent une fiche de 25-5-3.

 

La LNH sur Facebook