Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Tomas Holmstrom se retire de la LNH après 15 saisons et quatre Coupes Stanley

mardi 2013-01-22 / 18:19 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Tomas Holmstrom se retire de la LNH après 15 saisons et quatre Coupes Stanley

Après 15 ans, Tomas Holmstrom a décidé de quitter son bureau pour de bon.

Le quadruple vainqueur de la Coupe Stanley a officialisé la chose, mardi, en annonçant sa retraite de la LNH.

« Après 15 saisons, quatre Coupes Stanley, une médaille Olympique et un championnat en ligue de Suède, en plus des millions de souvenirs, j’annonce ma retraite comme joueur des Red Wings de Detroit, a annoncé Holmstrom. Ça n’a pas été une décision facile à prendre, mais c’est la bonne décision. »

Holmstrom a amassé 24 points en 74 rencontres la saison dernière, en plus de récolter un but et une mention d’aide en cinq rencontres des séries de la Coupe Stanley, mais il a avoué qu’il savait, la saison passée, que sa carrière allait prendre fin lorsque la campagne des Red Wings se terminerait.

« J’avais probablement ce sentiment en jouant la saison dernière », a révélé Holmstrom, qui aura 40 ans, mercredi. « Le corps le demandait… Vous-vous levez le matin et vous peinez à vous diriger vers la salle de bain, il vous faut tout votre petit change pour vous mettre en marche. C’est comme si vous aviez encaissé une raclée, après un moment, ça pèse sur vous. »

Et personne n’a encaissé autant que Holmstrom, qui a transformé l’espace devant le filet adverse en son bureau personnel. À son meilleur, Holmstrom était une présence plus intimidante que n’importe qui devant le filet, acceptant les coups de bâton dans le dos pour avoir une chance de dévier une rondelle dans le but ou de saisir un retour en premier.

« Il en a fait un art », a expliqué l’attaquant Todd Bertuzzi sur le site Internet de l’équipe. « Il y a des joueurs qui peuvent se dresser devant le filet et faire écran, mais peu de joueurs arrivent à faire dévier un tir qui arrive à cent milles à l’heure en provenance de tous les angles. Il a amené cet art à un tout autre niveau. »

« Homer (Holmstrom) était une étoile dans son style de jeu », a ajouté l’entraîneur des Wings, Mike Babcock. « Le meilleur à travers toute la LNH à mon avis. »

Tous ces coups de bâtons et ces doubles échecs ont mené à des blessures au dos et aux genoux, mais Holmstrom arrivait à passer au travers.

« Il ne ressentait pas la douleur. Il ne pouvait pas la ressentir », a dit le capitaine de l’équipe, Henrik Zetterberg sur le site Internet de l’équipe. « Spécialement avant, quand les règlements étaient différents. C’était le festival des coups portés vers lui à tous les matchs, soir après soir. C’est incroyable qu’il soit parvenu à garder son corps intact aussi longtemps. »

Holmstrom ne changerait rien.

« Les gens pensent que j’étais fou, d’encaisser tous ces coups de bâton dans le cou, sur la tête, mais j’avais le meilleur job au monde, il a dit. Maintenant, il est temps de passer à autre chose. »

Holmstrom est l’un des six joueurs dans l’histoire de l’équipe, à avoir disputé plus de 1000 parties avec les Red Wings (1026). En 15 saisons, toutes à Detroit, il a marqué 243 buts et récolté 530 points, ce qui le place 11e et 13e, respectivement, dans l’histoire de la formation. Il a marqué au moins dix buts en supériorité numérique à sept occasions en 15 campagnes et ses 122 buts en pareilles circonstances lui valent le 3e échelon dans le livre des records des Wings.

Ses 180 parties jouées en séries éliminatoires lui valent le 4e rang, derrière ses coéquipiers Nicklas Lidstrom, Kris Draper et Steve Yzerman. Ses 46 buts et 97 points en séries lui permettent de se classer au 7e échelon.

Il est également le dernier de cinq joueurs ayant remporté les quatre Coupes Stanley les plus récentes des Wings, soit 1997, 1998, 2002 et 2008, à se retirer, après Lidstrom, Draper, Kirk Maltby et Darren McCarty.

Pas si mal pour un choix de 10e ronde au repêchage de 1994.

« Lorsque je pense à Homer, je pense à lui installé dans son bureau, dans le cercle du gardien de but, à faire son travail », a lancé le directeur général des Red Wings, Ken Holland. « Dérangeant le gardien, dérangeant les défenseurs de l’autre équipe, créant de la circulation qui permettait aux autres joueurs de faire leur job. Il n’avait peur de rien, allait toujours dans les endroits les plus difficiles, payant le prix, soir après soir. Il avait un grand cœur, il avait du cœur au ventre. Il était un grand coéquipier. »

 

La LNH sur Facebook