Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Premier match à Montréal pour Huberdeau, dernier pour Kovalev ?

mardi 2013-01-22 / 15:54 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Premier match à Montréal pour Huberdeau, dernier pour Kovalev ?

MONTRÉAL – Le premier vivra un rêve de jeunesse en jouant à 45 minutes de chez-lui, face à l’équipe qu’il chérissant comme enfant, tandis que l’autre pourrait jouer un dernier match devant des partisans qui ont appris à l’aduler lors de son passage de cinq saisons dans l’uniforme des Canadiens de Montréal.

La recrue Jonathan Huberdeau, des Panthers de la Floride, et son compagnon de trio, le vétéran Alex Kovalev, partageront les deux côtés de la médaille, tout en vivant des émotions similaires, mardi soir, sur la glace du Centre Bell face aux Canadiens.

« Il a plus de deux fois mon âge », a dit Huberdeau, 19 ans, natif de St-Jérome, lui qui a été le troisième choix au total du Repêchage 2011 de la LNH. « C’est amusant de constater qu’il jouait déjà dans la LNH avant ma naissance. »

Kovalev, qui aura 40 ans le 24 février, n’est pas rebuté le moins du monde par les commentaires de son jeune coéquipier, il trouve même la chose amusante.

« J’ai ri de la chose l’autre jour, avec ma femme et mes enfants, à propos du fait que je joue avec un jeune qui n’était même pas né quand j’ai remporté la Coupe Stanley », a dit Kovalev.

En fait, Huberdeau est venu au monde un an avant que Kovalev hisse la Coupe Stanley au bout de ses bras, chez les Rangers de New York, en 1994. Huberdeau était âgé de 10 ans lorsque Kovalev est passé des Rangers aux Canadiens, à la date limite des transactions de 2004, en retour de l’espoir Jozef Balej et d’un choix de deuxième ronde. Après deux années difficiles à New York, Kovalev en a arraché à ses débuts à Montréal mais a retrouvé sa touche lors des séries de 2004, amassant 10 points en 11 rencontres et occupant un rôle clé dans la remontée des Canadiens, après avoir tiré de l’arrière trois parties contre une seule, face aux Bruins de Boston, en première ronde.

C’est ce qui a marqué le début de l’histoire d’amour entre Kovalev et les partisans des Canadiens, qui espéraient l’arrivée d’un talent offensif pur depuis près d’une décennie. En 314 rencontres en saison régulière avec le Tricolore, Kovalev a marqué 103 buts et ajouté 161 passes pour un total de 264 points. Sa saison de 84 points à Montréal en 2007-08 représente sa deuxième meilleure récolte en 20 ans de carrière.

« J’ai passé de bons moments ici, c’était une bonne expérience, révélé Kovalev. L’organisation a été bonne pour moi et les fans aussi. Ce sont cinq années à garder en mémoire. »

Les années où Huberdeau a forgé son talent au hockey coïncident avec la renaissance de Kovalev à Montréal, c’est donc un peu surréel de faire ses débuts dans la LNH en compagnie d’un héros de son enfance, pour la recrue des Panthers.

« Je lui dis toujours que j’ai regardé son DVD et que je le regardais jouer tout le temps à Montréal. Je suis chanceux qu’il soit sur mon trio, a admis Huberdeau. Il fait des choses que lui seul peut accomplir, c’est amusant de le regarder sur la glace. »

La ligne de Huberdeau et Kovalev, complétée par le nouveau venu Peter Mueller, a connu un début étincelant lors de la victoire de 5-1 remportée samedi face aux Hurricanes de la Caroline. Huberdeau et Kovalev ont amassé trois points chacun. Mais le trio et le reste de l’équipe ont été blanchis lundi lors d’une défaite de 4-0, à Ottawa.

« C’est un bon garçon, un bon fabricant de jeux, il arrive à conserver la rondelle et il est fort », a dit Kovalev à propos de son jeune compagnon de trio. « Mais il lui reste beaucoup de choses à apprendre pour jouer à ce niveau et être constant. Lors de notre premier match, nous avons connu du succès, mais hier soir, nous n’avons pas performé. »

Les Panthers ne joueront qu’une seule fois à Montréal cette saison, mais Kovalev a dit ne pas vouloir envisager la possibilité que ce match pourrait être son dernier dans la ville qui l’a acclamé. Après avoir passé une année loin de la LNH, il dit mettre toute sa concentration à saisir son opportunité avec les Panthers et à démontrer à son équipe et au reste de la LNH qu’il peut encore être un joueur utile, même à son âge avancé.

« C’est étrange à cet âge, je n’aurais jamais pensé que je serais le joueur le plus vieux de l’équipe, a admis Kovalev. J’essaie de ne pas y penser, j’essaie d’être au même niveau que n’importe qui, de travailler aussi fort que les autres et d’apporter une contribution à l’équipe…Vous pouvez être amenuisé physiquement, vos réactions peuvent être plus lentes en vieillissant, mais vous ne perdez jamais vos habiletés. »

 

La LNH sur Facebook