Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Mike Gillis en rajoute sur le cas Roberto Luongo

mardi 2013-01-22 / 10:10 / LNH.com - Nouvelles

LNH.com

Partagez avec vos amis


Mike Gillis en rajoute sur le cas Roberto Luongo

La saga Roberto Luongo se poursuit de plus belle à Vancouver.

Le directeur général des Canucks Mike Gillis y a apporté sa propre contribution dans une entrevue accordée au chroniqueur Cam Cole dans l’édition de mardi du Vancouver Sun.

Lorsque Cory Schneider a enlevé le poste à Luongo au cours des dernières séries éliminatoires puis a été confirmé comme gardien numéro un pour la saison 2012-13 presque tout le monde a pris pour acquis que le gardien québécois serait échangé.

Mais il est toujours à Vancouver et dans l’entrevue accordée lundi, Gillis a déclaré qu’il n’a pas eu l’occasion de faire tout le travail nécessaire afin de s’assurer que l’équipe obtienne en retour ce que vaut un gardien de concession qui a pris part à une finale de la Coupe Stanley et gagné une médaille d’or olympique. Il a estimé que garder Luongo, plutôt que de le laisser aller pour moins que sa valeur marchande afin de mettre fin à un ménage à deux compliqué, n’est pas la solution.

« Roberto a une clause de non-échange et lors des discussions avant le lock-out, il nous a dit où il était prêt à aller, a expliqué Gillis. Une fois en lock-out, on n’a plus le droit de même juste parler de transaction, faute d’avoir à payer de lourdes amendes et de perdre des choix de repêchage. Le lock-out prend fin et soudainement vous avez quatre ou cinq jours pour prendre une décision au sujet d’un des meilleurs joueurs dans cette ligue alors que c’est déjà difficile de conclure un échange aussi important en huit mois. Il est encore ici donc et nous sommes heureux de l’avoir avec nous.

« On n’a pas vraiment eu le temps de faire autre chose. On va laisser aller les choses et il va s’en passer beaucoup ici au cours du premier mois [de la saison]. »

Et il s’en est déjà passé beaucoup! Schneider a concédé cinq buts face à 14 lancers lors du match d’ouverture contre les Ducks d’Anaheim et a cédé sa place à Luongo, lequel a entrepris le deuxième match et a été solide malgré une défaite de 3-2 subie en fusillade à Edmonton.

Après ce match, l’entraîneur Alain Vigneault a refusé de désigner son gardien pour le match de mercredi contre les Flames de Calgary, ce qu’il devrait faire plus tard mardi.

Gillis a aussi laissé entendre que malgré le peu de temps qu’il a eu pour préparer un échange, les bases de cette transaction pourraient très bien être en place.

« Nous avons une transaction en vue avec une équipe qui doit prendre une décision au sujet d’un autre joueur, et ce n’est pas l’équipe que tout le monde pense. Nous devons donc attendre », a-t-il révélé.

Gillis a avoué à Cole que les Canucks ont reçu un certain nombre d’offres qui ont été jugées insuffisantes.

« On nous a offert des packages qui ne nous convenaient pas, qui ne correspondaient pas à nos besoins, a-t-il dit. Nous avons reçu plusieurs propositions qui comportaient de bons éléments, mais avec d’autres qui ne faisaient pas notre affaire et souvent avec des clauses attachées à ces joueurs.

« Je préfère donc le garder pour le moment d’autant plus que c’est une bonne personne. »

Gillis estime même que les Canucks peuvent survivre et gagner en gardant aussi longtemps que nécessaire ce duo controversé composé de Schneider et Luongo.

« Nous avons un vrai bon joueur ici qui apporte beaucoup à l’équipe par son professionnalisme et son éthique de travail. C’est le genre de joueur qui influence la culture d’une équipe et montre aux autres ce qu’il faut pour être un joueur d’élite », a dit Gillis de Luongo.

 

La LNH sur Facebook