Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le départ difficile des Canucks attire l’attention sur la situation des gardiens

lundi 2013-01-21 / 12:47 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Le départ difficile des Canucks attire l’attention sur la situation des gardiens

VANCOUVER – Ce n’était pas le début de saison envisagé par les Canucks de Vancouver.

Avec un groupe de vétérans qui est presque le même qui a mené l’équipe au premier rang du classement général au cours des deux dernières saisons, les Canucks misaient sur la stabilité et l’expérience pour connaître un bon début de saison.

Ils ont plutôt été surclassés 7-3 par les Ducks d’Anaheim à l’ouverture samedi puis ont enchaîné avec une défaite de 3-2 subie en fusillade dimanche après avoir bousillé une avance de deux buts.

On se pose déjà des questions sur ce qui devait être le groupe de défenseurs avec le plus de profondeur, sinon le meilleur de toute la LNH. Et le nouveau gardien numéro un Cory Schneider n’a même pas duré deux périodes avant de devoir céder sa place à celui qu’il a lui-même remplacé lors des dernières séries éliminatoires, ce qui a déclenché une controverse sur les gardiens.

Roberto Luongo, qui est venu à la rescousse de Schneider samedi et était de nouveau devant le filet dimanche, a rapidement nié toute problème de cet ordre après avoir repoussé 30 tirs des Oilers. Les Canucks peuvent au moins compter sur une solide amitié entre leurs deux gardiens.

« Peu importe quels sont ou quels ont été nos rôles, il est important de se soutenir », a déclaré Luongo, qui comptait parmi ceux, nombreux, qui croyaient qu’il n’endosserait plus jamais un uniforme des Canucks après que Schneider ait pris sa place durant les séries avant de signer un nouveau contrat de 12 millions $ pour trois ans. « Nous jouons tous les deux pour les Canucks de Vancouver et nous voulons tous les deux gagner des matchs en équipe. »

L’entraîneur Alain Vigneault ne discutera pas du choix de son gardien pour le match de mercredi à Calgary, ce qui a relancé le débat sur les lignes ouvertes. Mais en discutant avec Luongo, c’est à croire qu’il pousse presque pour Schneider.

« Un match ne fait pas une saison, a dit Luongo. Ce gars-là a un talent énorme, il est un des meilleurs gardiens dans la ligue selon moi. »

Quant à lui, il a déclaré pour un deuxième soir de suite avoir été satisfait de sa performance mais qu’il aurait dû arrêter les deux lancers qui l’ont battu.

Si Schneider a pris le blâme pour ne pas avoir effectué un seul « gros arrêt » à son premier match d’ouverture en carrière, il y a plusieurs autres questions à se poser sur les erreurs défensives et le jeu en désavantage numérique des Canucks lors du match de samedi. Les améliorations lors du match du lendemain ont donc été rassurantes.

Les défenseurs, les mêmes que la saison dernière à l’exception de Jason Garrison à la place de Sami Salo, ont été plus efficaces en démontrant davantage de cohésion avec l’aide d’attaquants qui revenaient les aider.

« Cette amélioration sensible est bon signe pour l’équipe, a commenté Luongo. Je pense que nous méritions de gagner. »

Mais les Canucks ont encore concédé un but en désavantage numérique, celui qui créait l’égalité à moins de six minutes de la fin de la troisième période. La veille, ils avaient flanché lors des trois avantages numériques des Ducks, incluant deux fois presque tout de suite au début de la punition. Aussi, Luongo a dû repousser plusieurs tirs à bout portant, dont deux de près à la suite de revirements non provoqués.

Et le jeu de puissance des Canucks, qui a produit deux buts face aux Ducks, a été blanchi en cinq occasions à Edmonton, dont deux qui auraient pu leur permettre de presque confirmer leur victoire en troisième période.

Avec un deuxième trio décimé par des blessures au centre Ryan Kesler, le gagnant du trophée Selke qui se remet d’opérations à un poignet et une épaule, et David Booth, blessé à l’aine, les Canucks ont bien besoin de l’aide de leurs unités spéciales.

« Donnons-leur un peu de temps, a plaidé Vigneault. Elles ont bien paru par moments, elles ont eu de bonnes chances. Je pense qu’on est sur la bonne voie. »

Ce serait difficile de dire la même chose de l’équipe en général. Et si les débuts de saison difficiles ne sont rien de nouveau pour les Canucks de Vigneault (ils ont une fiche combinée de 9-8-3 lors du premier mois de la saison mais ont néanmoins terminé chaque fois au premier rang du classement général), cette saison écourtée de 48 matchs change la donne et rend plus important d’être à point dès le début.

« Je crois que nous avons fait un pas en avant », a estimé Vigneault après la défaite en fusillade de dimanche.

Pour une équipe qui vise rien de moins que la Coupe Stanley, il faudra en faire d’autres.

 

La LNH sur Facebook