Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Davidson prêt à relever un nouveau défi à Columbus

mardi 2013-01-15 / 14:31 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Davidson prêt à relever un nouveau défi à Columbus

Après avoir mis six ans à faire des Blue de St.Louis des aspirants à la Coupe Stanley, John Davidson est prêt à recommencer l’aventure, cette fois à Columbus, une ville où on a été habitué à entendre prêcher la patience et accumuler les défaites.

Le nouveau président aux opérations de hockey est payé pour changer cette image.

Davidson a parlé de Columbus comme du « secret le mieux gardé » de la LNH en raison des partisans, des facilités et de la stabilité assurée par la famille McConnel, propriétaire de la concession depuis son entrée dans la LNH en 2000.

Et il estime que les Blue Jackets ont déjà les fondations pour en faire une bonne équipe en peu de temps. Mais que la patience fait encore partie de l’équation. Il aime le gardien Steve Mason, même si celui-ci en a arraché depuis quelques saisons, et il croit que le duo qu’il composera avec Sergei Bobrovsky assurera de la stabilité devant le filet. Mais il est aussi conscient que son équipe a besoin d’une meilleure attaque si elle veut lutter de façon régulière pour participer aux séries éliminatoires.

Tout ça est juste un échantillon de ce que Davidson entrevoit comme son nouveau défi.

Voici cinq questions pour… John Davidson:

Pouvez-vous comparer ce nouveau défi à Columbus à celui que vous avez entrepris de relever à St. Louis en 2006?

« Il y a beaucoup de ressemblances. Ca commence avec une équipe au bas du classement. Ca commence avec une bonne base de partisans. On sait que c’est positif, mais il faut trouver une façon d’être le plus compétitif possible le plus tôt possible parce que c’est ce qu’on veut ici. La base de partisans est intéressante, tout comme à St. Louis. »

Sentez-vous le besoin de reconstruire l’équipe avec une star ou deux, qui seraient l’image de la concession?

« Non, mais on espère que les partisans adopteront des joueurs à partir parmi ceux qu’on a repêchés et grâce à notre style de jeu. Je peux parler d’expérience à St. Louis avec T.J. Oshie. Personne dans la ligue ne travaille plus fort que lui _ les enfants et les grands-parents l’adorent. Et prenez un gars comme (Alex) Pietrangelo, qui s’est développé dans l’organisation. On l’a retourné deux fois à son équipe junior et des gens ont pu penser qu’on avait perdu la tête. Mais il faut bien faire les choses et il est devenu un très, très bon joueur, sur le point de devenir un grand joueur. »

Vous avez été patient à St. Louis et vous prêcher la patience à Columbus. Comment parvenez-vous à demeurer aussi patient?

« Parfois quand êtes à la tête d’une concession où vous n’avez pas le luxe de dépenser tout votre argent parce que votre budget est très inférieur au plafond salarial, ça peut être une bonne chose parce qu’en avoir beaucoup peut vous amener à brusquer les choses et faire des folies. Il faut faire avec ce qu’on a. Il faut créer des fondations. »

Est-ce que la tâche aurait été plus facile ou auriez-vous pu réussir plus vite si Rick Nash était encore à Columbus?

« Je regarde vers l’avenir. Je n’ai absolument aucune raison de voir les choses de cette façon. Mon raisonnement est que nous avons obtenu quatre pièces à la suite de cet échange. (Artem) Anisimov et (Brandon) Dubinsky sont deux bons joueurs. (Tim) Erixon s’est vraiment bien développé dans la Ligue américaine. Et grâce au choix de première ronde que nous avons obtenu, nous en aurons trois cette année. Alors je regarde vers l’avant. »

Qu’avez-vous fait déjà au niveau de l’organisation?

« C’est le bon côté du lock-out. J’ai eu la chance de faire plein de choses. Dont chercher une maison à Columbus et compléter le déménagement, ce qui n’est jamais une affaire plaisante. J’ai assisté à plusieurs matchs de hockey junior et j’ai beaucoup vu jouer nos espoirs, J’ai été voir des matchs de la Ligue américaine à Springfield. Le lock-out m’a donné le temps et l’occasion de faire tout ça. Je suis donc pas mal à date. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook