Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Seth Jones est au premier rang du classement de mi-saison du Bureau central de dépistage de la LNH

    mardi 2013-01-15 / 10:00 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Mike G. Morreale - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Seth Jones est au premier rang du classement de mi-saison du Bureau central de dépistage de la LNH

    Quelles sont les chances qu’un défenseur soit sélectionné au tout premier rang du repêchage de la LNH pour la première fois au cours des sept dernières années?

    Disons qu’elles semblent plutôt bonnes puisque le défenseur des Winterhawks de Portland Seth Jones est dans le collimateur de tous les recruteurs et directeurs généraux cette saison.

    C’est du moins ce que croit le Bureau central de dépistage de la LNH si l’on se fie à son classement de mi-saison paru mardi. Le défenseur de 6 pieds 3,5 pouces et 208 livres qui évolue dans la Ligue junior de l’Ouest (WHL) est classé au premier rang parmi les patineurs nord-américains admissibles au Repêchage 2013 de la LNH.

    La dernière fois qu’un défenseur a été repêché au premier rang remonte à 2006, alors qu’Erik Johnson, qui évoluait avec l’équipe du programme de développement des États-Unis (USNTDP), a été réclamé par les Blues de St-Louis. Jones, natif de Plano, au Texas, est également issu du USNTDP.

    CLASSEMENTS DE MI-SAISON

    « Seth est un défenseur imposant qui possède une longue portée et qui contrôle bien ses mouvements », raconte au LNH.com B.J. MacDonald du Bureau central de dépistage de la LNH. « Il est capable de changer l’allure d’un match puisqu’il possède de bons instincts et qu’il est très vigilant sur la patinoire. Ses habiletés de passeur sont sous-estimées, il est très difficile à battre à un contre un et il peut transporter le disque pour se sortir de situations dangereuses. Il est déjà très complet, mais j’ai l’impression qu’il peut encore atteindre un autre niveau. »

    Si son nom est appelé par la première équipe qui montera sur le podium à la prochaine séance de repêchage, Jones, dont le père est l’ancien joueur de la NBA Popeye Jones, ne serait pas seulement le premier joueur américain à être appelé aussi tôt depuis Patrick Kane en 2007, mais il deviendrait du même coup le premier joueur africain-américain à être repêché au premier rang dans toute l’histoire de la ligue.

    « Ce serait un grand honneur, mais moi et ma famille n’avons jamais vraiment pris part au débat sur la race. Que la peau soit blanche ou noire ne change absolument rien à nos yeux, explique Jones. Être repêché au premier rang est toujours spécial, mais je comprends pourquoi le reste du monde y verrait quelque chose de plus. C’est seulement que je ne me suis jamais attardé à ce genre de considération. »

    Jones domine tous les défenseurs recrues de la WHL avec 28 points en 31 rencontres, et il a notamment récolté huit buts en plus d’un différentiel de plus 27.

    En plus de connaître du succès dans la WHL, Jones a été l’une des pièces maîtresses de la conquête de la médaille d’or par les États-Unis au dernier Championnat mondial de hockey junior de la FIHG. Il était le plus jeune joueur de l’équipe, mais il a néanmoins récolté six mentions d’aide et sept points en plus d’afficher un différentiel de plus-8.

    L’un des principaux sujets de conversation à l’approche du prochain repêchage, qui se tiendra au Prudential Center de Newark, au New Jersey, est le nombre incroyable de joueurs de talents qui seront disponibles. Ce n’est pas parce que Jones est classé premier au mois de janvier qu’il le sera toujours lorsque le Bureau central de dépistage publiera son classement final au mois d’avril. La course met aux prises Jones et l’attaquant Nathan MacKinnon des Mooseheads d’Halifax de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

    « Je crois que ce sera effectivement un excellent repêchage lorsque je regarde le nombre de joueurs au talent exceptionnel qui évoluent dans les différentes ligues. Dans chacune d’entre elles évoluent autant de jeunes de premier plan, qui se valent tous les uns les autres », explique le directeur du Bureau central de dépistage, Dan Marr. « En fin de compte, chaque équipe qui possède un choix en première ronde pourra repêcher un solide espoir. »

    MacKinnon se trouve au deuxième rang du classement de la Centrale, suivi de son compagnon de trio à Halifax, Jonathan Drouin.

    Il est fort possible que Mackinnon et Drouin deviennent les premiers joueurs de la LHJMQ à être repêchés parmi les cinq premiers depuis 1983, alors que Sylvain Turgeon et Pat LaFontaine avaient été sélectionnés respectivement deuxième et troisième.

    « Je pense personnellement que Nathan [MacKinnon] bénéficie du fait qu’il évolue sur le même trio que Jon, autant que l’inverse », révèle Chris Bordeleau du Bureau central de dépistage au LNH.com. « À mes yeux, Drouin est incroyable. Il est tellement intelligent et il lit le jeu de manière admirable. »

    MacKinnon est le meneur à Halifax avec 22 buts et 52 points en 30 rencontres. De son côté, Drouin a récolté 19 buts et 48 points en 24 parties, lui qui a raté six matchs en raison d’une blessure au haut du corps en début de campagne.

    MacKinnon et Drouin ont aussi tous deux percé l’alignement du Canada dans le cadre du CMHJ. Alors que Mackinnon était confiné à un trio plus défensif, Drouin a impressionné à un point tel qu’il a été muté au premier trio en compagnie de Ryan Nugent-Hopkins et de Mark Scheifele. Il a terminé la compétition avec deux buts et deux mentions d’aide en six parties.

    MacKinnon rappelle beaucoup à Bordeleau l’ancienne vedette de la LHJMQ Antoine Vermette. En 1999-2000, soit lors de la saison qui a précédé son repêchage, Vermette a obtenu 30 buts et 71 points en 71 rencontres avec les Tigres de Victoriaville. La saison suivante, il récoltait 57 buts et 119 points.

    « Je ne crois pas qu’il existe une facette du jeu de MacKinnon sur laquelle il doit travailler en particulier… il doit simplement travailler sur l’ensemble de son jeu, explique Bordeleau. Avec les habiletés qu’il possède, il est impossible de cibler un point en particulier et d’avancer que s’il ne s’améliore pas à ce niveau, il n’atteindra pas la LNH. »

    Dans le top 10 du classement suivent dans l’ordre Sean Monahan des 67’s d’Ottawa de la Ligue de l’Ontario (OHL), Hunter Shinkaruk des Tigers de Medicine Hat (WHL), Ryan Pulock des Wheat Kings de Brandon (WHL), Frédérik Gauthier de l’Océanic de Rimouski (LHJMQ), Valentin Zykov du Drakkar de Baie-Comeau (LHJMQ), Darnell Nurse des Greyhounds de Sault-Ste-Marie (OHL) et Anthony Mantha des Foreurs de Val-d'Or (QMJHL).

    Du côté de l’Europe, on compte sur autant d’espoirs de premier ordre, y compris deux attaquants qui aspirent à être réclamés parmi les premiers. Le Bureau central de dépistage place au premier rang de son classement de mi-saison le Finlandais Aleksander Barkov, alors que le Suédois Elias Lindholm se trouve juste derrière lui.

    « La principale raison qui permet à Barkov de devancer Lindholm est sa performance remarquable cet automne avec Tappara dans la ligue finlandaise », explique au LNH.com Goran Stubb, le directeur du recrutement en Europe pour la LNH.

    Barkov a récolté 14 buts et 30 points en plus d’afficher un différentiel de plus 7en 34 rencontres avec Tappara. Lindholm a quant à lui amassé six buts et 21 points en 32 parties avec Brynas dans la Elitserien.

    « Lindholm et Barkov se démarquent chacun de leur côté avec leur équipe respective, et les deux joueurs pourraient être réclamés parmi les cinq premiers au prochain repêchage », annonce Stubb.

    Rasmus Ristolainen du TPS en Finlande, Valeri Nichushkin du Chelmet en deuxième division en Russie et Andre Burakovsky de Malmo en Suède complètent le top 5 des meilleurs espoirs européens.

    Barkov, Lindholm, Ristolainen et Nichushkin ont tous représenté leur pays au dernier CMHJ. Barkov a obtenu trois buts et sept points et un différentiel de plus 2 en six rencontres pour la Finlande, alors que Ristolainen a été le meilleur défenseur de l’équipe avec deux buts, six points et une fiche de plus 5.

    « C’est un jeune défenseur très mature qui passe beaucoup de temps sur la patinoire », explique Stubb à propos de Ristolainen. « Il peut transporter le disque ou le refiler à ses coéquipiers pour se sortir de situations périlleuses. C’est un bon patineur, très solide, qui utilise bien son gabarit (6 pieds 4 pouces, 207 livres) et sa force physique en territoire défensif. Il peut jouer de manière physique, mais il n’écope pas de punitions inutiles. »

    Lindholm a récolté deux buts et quatre points pour la Suède, qui a remporté la médaille d’argent, alors que Nichushkin a marqué son seul et unique but du tournoi en prolongation du match pour la médaille de bronze, aidant ainsi la Russie à l’emporter 6-5 contre le Canada.

    Après Jones, le meilleur joueur né aux États-Unis est Adam Erne des Remparts de Québec dans la LHJMQ, et il se classe au 13e échelon. Ce joueur natif de New Haven au Connecticut a marqué 20 buts et domine ses coéquipiers avec une récolte de 53 points. Le joueur issu du USNTDP qui occupe le rang le plus élevé est J.T. Compher au 20e rang. Ce dernier a obtenu 4 buts et 14 points en 17 rencontres. Celui qui s’alignera avec l’Université du Michigan la saison prochaine a déjà été comparé à l’attaquant des Flyers de Philadelphie Scott Hartnell.

    « J.T. possède un excellent mélange d’habiletés; il a un bon sens du jeu, et il peut créer des choses avec la rondelle, mais il est aussi doté d’un bon coup de patin et son éthique de travail est irréprochable », a déclaré au LNH.com David Gregory du Bureau central de dépistage. « C’est pourquoi il est très difficile de jouer contre lui, et qu’il est ardu de le contenir en défensive. Il sera choisi assez tôt. »

    Le défenseur Ian McCoshen est le patineur évoluant dans la United States Hockey League le mieux classé. Ce jeune de 6 pieds 2 pouces et demi et 207 livres recruté par Boston College est au 21e échelon du classement, lui qui a marqué cinq buts et amassé 16 points en plus d’afficher un différentiel de plus 18 en 22 parties pour les Black Hawks de Waterloo.

    Le gardien de 6 pieds 1 pouce et 181 livres d’Halifax Zachary Fucale apparaît au sommet de la liste des 38 gardiens nord-américains recensés par la Centrale.

    Fucale, qui présente une fiche de 26-4-2 en 32 rencontres ainsi qu’une moyenne de buts alloués de 2,50 et un pourcentage d’arrêts de .895, rejoindra ses coéquipiers MacKinnon et Drouin au sein d’Équipe Cherry dans le cadre du match des meilleurs espoirs LCH/LNH qui se tiendra mercredi à Halifax.

    « Zach est un excellent gardien qui se fie surtout à son positionnement, et qui possède une posture impeccable et un bon équilibre », révèle au LNH.com Al Jensen du Bureau central de dépistage. « Il paraît très gros devant son filet dans toutes les situations, et il possède un excellent style papillon, ce qui le rend très difficile à battre de façon rapprochée. Zach est très calme, détendu et fiable et il contrôle bien ses retours. Il redirige bien les tirs bas et il absorbe bien les tirs hauts. »

    Le gardien européen le mieux classé est Juuse Saros (5 pieds 10 pouces, 178 livres) qui évolue avec HPK Jr. dans la ligue junior finlandaise. Il a maintenu une moyenne de buts alloués de 1,56 et un pourcentage d’arrêts de .941 en 25 rencontres. Il a représenté la Finlande à neuf reprises dans des tournois réservés aux moins de 18 ans, et il pourrait devenir le gardien réserviste du HPK dans la ligue élite finlandaise.

    Suivez Mike Morreale sur Twitter : @mike_morreale