Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le retour en santé de Markov et Gionta pourrait faire une grande différence chez le Canadien

vendredi 2013-01-11 / 18:47 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Le retour en santé de Markov et Gionta pourrait faire une grande différence chez le Canadien

BROSSARD, Qué. – Le Canadien n’a peut-être fait que des ajouts mineurs à sa formation mais cela ne veut pas dire que l’équipe ressemblera à celle de la fin de la saison dernière.

Des éléments importants qui ont manqué et qui expliquent en partie pourquoi l’équipe a terminé au dernier rang dans l’Est seront disponibles pour la saison qui vient.

Andrei Markov, par exemple, est revenu de Russie jeudi et s’est entraîné avec ses coéquipiers de façon informelle dès vendredi. Tout comme le capitaine Brian Gionta, qui « fêtait » jeudi l’anniversaire de son dernier match, contre les Blues de St.Louis, le 10 janvier 2012, quand il s’est blessé à un biceps.

Le Canadien n’est pas la seule équipe à pouvoir difficilement se passer de son meilleur défenseur et de son capitaine, et si Gionta affirme qu’une blessure à un joueur ne peut faire une grande différence, ce n’est plus le cas quand les problèmes surgissent en série.

« Un seul joueur ne peut influencer les résultats à lui seul, a expliqué le capitaine vendredi. Mais ce qui est arrivé, c’est que nous avons été victimes de l’effet boule de neige la saison dernière: on a commencé par perdre, des joueurs sont devenus frustrés, les choses ont continué de s’aggraver en s’additionnant et ç’a été de mal en pis. »

Markov pourrait grandement aider à faire tourner le vent.

Après avoir passé le gros des deux dernières saisons en réhabilitation après deux opérations majeures à son genou droit, Markov a disputé 21 matchs avec le Vityaz Chekhov dans la KHL avant de revenir à Montréal.

Markov, on peut le comprendre, a passé tellement de temps à s’inquiéter de son genou qu’il n’a plus tellement le goût d’en parler. Qui pourrait l’en blâmer?

« Je ne veux pas parler de mon genou, a-t-il dit. C’est le passé et je regarde vers l’avenir. Je me sens bien présentement. »

Markov a répété les mots “Je regarde vers l’avenir” trois fois en six minutes parce que même s’il a pris part aux 13 derniers matchs du Canadien la saison dernière, c’est cette saison qu’il compte mettre derrière lui l’incroyable série de malchances qui a été la sienne.

Tout a commencé lors du match d’ouverture de la saison 2009-10 contre les Maple Leafs de Toronto quand il a eu un tendon du pied fracturé par le patin de son coéquipier, le gardien Carey Price. A suivi une grave blessure au genou subi lors du premier match de la deuxième ronde des séries 2010 lorsqu’il a fait une vilaine chute dans la bande après avoir été frappé légalement par Matt Cooke des Penguins de Pittsburgh. Puis, à son septième match à son retour au jeu en 2010-11, le même ligament a été déchiré une deuxième fois à la suite d’un accrochage avec Eric Staal des Hurricanes de la Caroline.

Alors si on parle beaucoup d’un nouveau départ dans l’entourage du Canadien, c’est encore plus vrai pour Markov.

« C’est plaisant d’être de retour dans le vestiaire et sur la glace avec mes coéquipiers, a-t-il dit. C’a été une bonne chose pour moi de disputer quelques matchs [en Russie] et de retrouver ma forme. Je suis donc prêt. »

Gionta a peu joué avec Markov en trois ans à Montréal, mais il reconnaît toute la différence que fait la présence du vétéran de 34 ans à la ligne bleue.

« C’est un joueur extrêmement talentueux et son absence a laissé un gros trou, a-t-il commenté. Pouvoir compter sur Markov en santé améliore beaucoup notre défense. Il enlève de la pression sur ceux qui ont tenté de combler son absence. Il est tellement habile avec la rondelle, on passe moins de temps dans notre territoire quand on a un défenseur capable de déplacer la rondelle comme lui. Il peut combler un grand vide. »

L’absence de Gionta s’est quant à elle faite sentir dans le deuxième trio.

Gionta a marqué 57 buts en 143 matchs à ses deux premières saisons à Montréal mais il n’en avait que huit en 31 avant d’être blessé la saison dernière. La dernière fois qu’on l’a vu dans un uniforme du Canadien au Centre Bell, il lançait son bâton comme un javelot, visiblement en colère.

« C’était de la pure frustration, se rappelle-t-il. J’étais conscient de la gravité de la blessure à ce moment et je savais qu’une opération serait nécessaire. Ca s’ajoutait à tout le reste: la frustration de la mauvaise saison, la frustration de la blessure et le fait de savoir que ma saison était terminée. »

Gionta parti, les ailiers se sont succédés au sein du trio de Tomas Plekanec et presque tous ceux du Canadien ont été invités à tenter leur chance à gauche ou à droite. Tout comme le retour Markov pourrait stabiliser la défense, celui de Gionta pourrait stabiliser les trios à l’attaque.

Il y a aussi Scott Gomez, limité à 38 matchs en raison de blessures en 2011-12 et qui est également de retour avec ses coéquipiers après avoir joué chez lui avec les Aces de l’Alaska dans la ECHL, amassant 13 points en 11 matchs, une production bien loin de ses deux buts et 11 points à Montréal la saison dernière, qui en a fait un mal-aimé au Centre Bell.

Mais Gionta, qui a connu ses meilleures saisons au côté de Gomez au New Jersey, estime que son retour pourrait s’avérer tout aussi important.

« Il peut avoir un gros impact, a-t-il dit. C’est un joueur extrêmement talentueux. Lui aussi a été victime de l’effet boule de neige. Il n’a pas été en mesure de renverser la vapeur. C’est un gars fier. Il est prêt à travailler fort, il veut aider l’équipe, et il n’y a pas de doute que c’est ce qu’il va faire cette saison. »

Ainsi donc, si l’acquisition des joueurs autonomes Brandon Prust, Colby Armstrong et Francis Bouillon sont les seuls changements officiels chez le Canadien depuis la fin de la dernière saison, c’est le retour en santé de ces joueurs qui pourrait faire la plus grosse différence en 2012-13.

 

La LNH sur Facebook