Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Brian Burke congédié et remplacé par Dave Nonis à Toronto

mercredi 2013-01-09 / 17:05 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Dave Nonis a passé la soirée de mardi à surveiller le match des Marlies de Toronto en compagnie de Brian Burke. Mercredi matin, il apprenait qu’il remplaçait Burke comme directeur général des Maple Leafs de Toronto.

Burke a été démis de ses fonctions de d-g et président des Leafs mais demeure à l’emploi de l’équipe comme conseiller principal au président et chef des opérations du Maple Leafs Sports and Entertainment, Tony Anselmi. Nonis a le titre de vice-président principal et directeur général de l’équipe de hockey. Il travaillait précédemment sous les ordres de Burke comme vice-président aux opérations de hockey.

Les Leafs ont fait cette annonce en conférence de presse mercredi après-midi.

« On cherchait une voix et un leadership différents, a déclaré Anselmi. « Dave a pleine autorité au niveau hockey », a-t-il précisé plus tard.

Le licenciement de Burke survient trois jours avant l’ouverture prévue des camps d’entraînement pour la saison 2012-13. Il en était à la cinquième année d’un contrat de six ans et les Leafs n’ont jamais participé aux séries de la Coupe Stanley depuis son arrivée en poste le 29 novembre 2008. En fait, les Leafs n’ont pas accédé aux séries depuis 2004.

Burke était le 13e d-g de l’histoire des Leafs, le premier né aux États-Unis.

Nonis avait aussi remplacé Burke au même poste à Vancouver en 2004 et il a mené les Canucks à une fiche de 130-91-25 de 2005 à 2008. Ceux-ci avaient cependant raté les séries deux saisons sur trois.

« J’ai été informé de cette décision des propriétaires ce matin après qu’ils aient rencontré Brian, a indiqué Nonis. Oui j’ai eu une brève conversation avec Brian. Il m’a promis de m’aider autant qu’il le pourrait, comme il l’a toujours fait. Je m’attends à lui parler de nouveau demain ou après-demain. »

Anselmi a expliqué que la décision de relever Burke de ses fonctions était le résultat de plusieurs discussions qu’il a eues avec le groupe de propriétaires au cours des derniers mois.

Les Leafs ont changé de propriétaires l’été dernier lorsque l’Ontario Teachers' Pension Plan a vendu ses parts à Rogers Communications et BCE.

« C’est une décision prise d’un commun accord par le conseil d’administration et moi-même, a poursuivi Anselmi. C’est le résultat de quelque chose dont on parlait depuis longtemps. Elle n’a pas été prise à la suite d’un incident ou d’un fait quelconque. Une fois la décision prise il nous a semblé juste de gérer la situation.

« Il n’y a pas de bon moment pour faire ça. Une fois qu’une décision semblable est prise, c’est simple justice de passer à l’action. C’est plus juste pour nos partisans. C’est plus juste pour les individus impliqués. C’est plus juste pour tout le monde. On ne peut pas faire semblant. La relation entre le directeur général et les propriétaires en est une très complexe et inhabituelle. Elle doit être envisagée à long terme et si vous pensez que ce ne sera pas le cas, il vaut mieux agir. »

Les Leafs auront eu une fiche de 128-135-42 sous le règne de Burke et ils n’ont jamais terminé plus haut qu’au 10e rang de l’Association de l’Est.

Les premiers gestes posés par Burke, incluant l’échange pour Phil Kessel et le contrat de cinq ans consenti au joueur autonome Mike Komisarek, n’ont pas servi la cause des Leafs.

L’échange de Kessel est probablement ce dont on se souviendra le plus du passage de Burke. Il a été acquis des Bruins de Boston en septembre 2009 en retour des choix de première et deuxième ronde des Leafs en 2010 et de leur premier choix de 2011.

Les Bruins ont transformé ces choix en Tyler Seguin, qui les a aidés à gagner la Coupe Stanley en 2011 et amassé 67 points la saison suivante, Jared Knight et Dougie Hamilton, un grand espoir à la défense, qui a représenté le Canada au dernier Championnat du monde de hockey junior et qui devrait lutter pour un poste régulier dès cette saison.

Kessel, qui est âgé de 25 ans, a donné trois campagnes de 30 buts aux Leafs, tandis que Komisarek a cumulé un différentiel de moins-30 depuis son arrivée et a souvent été laissé dans les gradins la saison dernière.

« Je peux vous assurer que nos propriétaires veulent gagner, a dit Anselmi. Tout est centré sur la victoire ici. Dave et son personnel vont poursuivre un processus déjà engagé. »

Nonis a déclaré que lui et Burke partagent le même point de vue sur la façon dont une équipe doit jouer mais que leur approche est différente.

« La différence principale, et cela peut être positif ou négatif selon votre façon de voir les choses, est que je suis un peu plus patient, a-t-il expliqué. Je prends un peu plus de temps pour faire une évaluation. Mais à la fin, nos attentes à l’endroit de l’équipe sont très similaires. »

Burke demeure comme consultant parce que, a dit Anselmi, « Brian a une expertise extraordinaire et c’est quelque chose qui peut être très utile pour moi et le conseil d’administration. »

Anselmi a ajouté que lorsque mis au courant de son renvoi, Burke a tout de suite pointé tout ce qu’il y avait déjà en place chez les Leafs.

« Sa réaction a été ce à quoi vous avez dû vous attendre : classe et déception, mais aussi acceptation, a décrit Anselmi. Il comprend que ça fait partie du sport et de l’industrie, un aspect du métier que personne d’entre nous aime. Sa réaction en a été une de classe. »

L’entraîneur Randy Carlyle garde son poste, tout comme le vice-président aux opérations de hockey Dave Poulin, l’adjoint au directeur-général Claude Loiselle et le conseiller spécial Cliff Fletcher.

« Le personnel mis en place (par Burke) a rendu la succession facile », s’est réjoui Anselmi.

Carlyle a été engagé par Burke pour remplacer Ron Wilson vers la fin de la dernière saison que les Leafs ont complétée avec une fiche de 6-9-3 sous ses ordres. Carlyle a mené les Ducks d’Anaheim à la Coupe Stanley en 2007 avec Burke comme directeur général.

« Randy est un entraîneur de qualité et nous sommes privilégiés de l’avoir avec nous, a dit Nonis. C’est le genre d’entraîneur dont nous avons besoin avec des joueurs aussi jeunes et la direction que nous voulons prendre.

« Vous n’assisterez pas à de grands bouleversements, a poursuivi Nonis. C’est impossible d’améliorer votre équipe de cette façon dans le hockey d’aujourd’hui. Nous allons continuer d’essayer d’ajouter les pièces manquantes. Quant à la façon dont l’équipe devrait jouer, il nous faut des joueurs pour pratiquer un certain style. Comme groupe, il fait qu’il devienne plus difficile de jouer contre nous. Nous avons besoin d’un entraîneur comme lui (Carlyle) pour sortir davantage les joueurs de leur zone de confort. »

Nonis a indiqué que les Leafs allaient avoir une courte période de temps pour prendre des décisions difficiles une fois que le nouveau contrat de travail sera ratifié et que les échanges seront permis.

Le tout nouveau directeur général s’est fait demander si tenter d’acquérir les services de Roberto Luongo était dans ses plans, Nonis, qui est celui qui a amené le gardien à Vancouver en 2006, a refusé de commenter en bonne partie parce que Luongo est toujours sous contrat avec les Canucks.

« Nous ne discutons jamais d’échanges, a-t-il répondu. D’abord cela n’aide pas à aboutir et deuxièmement parce que ça ne nous est pas permis. »

Anselmi a précisé que la possibilité de mettre la main sur Luongo n’a joué aucun rôle dans la décision de remplacer Burke par Nonis.

« C’est essentiellement un changement de leadership, de direction différente », a-t-il insisté.

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
 

La LNH sur Facebook