Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les États-Unis empêcheront-ils la Suède de gagner une deuxième titre de suite au CMHJ?

vendredi 2013-01-04 / 14:11 / LNH.com - Nouvelles

Par Mike G. Morreale - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Les États-Unis empêcheront-ils la Suède de gagner une deuxième titre de suite au CMHJ?

Rien n’a été facile pour les États-Unis et la Suède dans leur parcours vers la grande finale du Championnat du monde de hockey junior qui sera disputée samedi matin à Oufa en Russie (8h, RDS, TSN).

Mais, qui sait, peut-être ne se seraient-ils jamais rendus jusque-là s’ils avaient eu les choses faciles.

Comme c’est là, le dur labeur et les leçons apprises semblent avoir bien préparé ces deux formations qui vont se livrer une finale inédite au Mondial junior. La Suède tentera alors de devenir la première équipe depuis le Canada (2005-2009) à gagner une deuxième médaille d’or consécutive, tandis que les États-Unis viseront une deuxième consécration en quatre ans, ayant battu le Canada 6-5 en prolongation à Saskatoon en 2010.

Auparavant, la Russie et le Canada se seront disputé le match pour la médaille de bronze (4h, RDS, TSN).

Il n’y a pas si longtemps, l’entraîneur américain Phil Housley cherchait une façon de faire débloquer une attaque limitée à deux buts lors de deux défaites consécutives aux mains de la Russie et du Canada en ronde préliminaire. La solution a été de faire graduer Jimmy Vesey dans le premier trio au côté de John Gaudreau et J.T. Miller.

Le résultat a été encore mieux qu’espéré puisque les Américains ont depuis marqué 21 buts en trois matchs, dont cinq contre le Canada en demi-finale jeudi (5-1). Gaudreau, un choix de quatrième ronde des Flames de Calgary en 2011, a marqué sept de ces buts après n’avoir amassé aucun point à ses trois premiers matchs du tournoi.

« La Suède connaît du succès en gardant possession de la rondelle », a constaté le défenseur américain Seth Jones. « Elle compte sur plusieurs joueurs habiles qui savent faire des passes et des jeux, nous devrons donc approcher ce match de la même façon que contre le Canada, en nous emparant de la rondelle et en prenant soin de la conserver. »

Jones a joué un grand rôle dans un corps défensif doué pour l’attaque qui a marqué 10 buts et amassé 27 points. Jacob Trouba, un espoir des Jets de Winnipeg, a quatre buts et huit points à sa fiche, Jones, un but et sept points, et le capitaine Jake McCabe, trois buts et six points.

De l’autre côté, l’entraîneur Roger Ronnberg a passé tout le tournoi privé des services de ses quatre meilleurs défenseurs, tous blessés, soit Jesper Pettersson, Oscar Klefbom, Jonas Brodin et Hampus Lindholm. Klefbom (Edmonton), Brodin (Minnesota) et Lindholm (Anaheim) sont tous des choix de première ronde qui devaient renforcer un groupe de défenseurs comptant peut-être le plus de profondeur et d’expérience dans cette compétition.

Comme si ce n’était pas assez, Mika Zibanejad, le héros de la finale de l’an dernier avec son but en prolongation contre la Russie, n’a pas obtenu la permission des Sénateurs d’Ottawa de participer au tournoi.

D’autres ont pris la relève à la défense, comme Mikael Wikstrand (0-4-4, plus-4), un espoir des Sénateurs, Tom Nilsson (0-2-2, plus-3 – Toronto) et Christian Djoos (0-3 – Washington).

« Je ne peux même pas exprimer à quel point je suis impressionné par nos défenseurs qui ont si bien joué contre des attaquants de classe mondiale », a déclaré le capitaine suédois Filip Forsberg.

Ce dernier a fait tout son possible pour alléger la tâche des défenseurs en contribuant de trois buts et cinq points.

Les États-Unis ont remporté deux des trois finales qu’ils ont disputées au Mondial et les Suédois sont bien conscients qu’ils ont gagné les quatre derniers championnats du monde des moins de 18 ans. En fait, 13 joueurs de l’équipe junior actuelle ont gagné ce tournoi, dont quatre à deux reprises, incluant Trouba et Jones.

« Ils ont une vraie bonne équipe cette année », a reconnu l’espoir du Canadien de Montréal, Sebastian Collberg. « Ils ont vraiment bien joué pendant tout le tournoi. Ils nous ont battus aux (trois) derniers championnats des moins de 18 ans, alors nos joueurs nés en 1993 et 1994 veulent les battre en finale, une sorte de revanche je dirais. »

Collberg sera un de ceux sur lequel on comptera pour percer la muraille défensive des Américains puisqu’il domine son équipe avec quatre buts et six points en cinq matchs. Il a aussi vu à éliminer la Russie en demi-finale quand il a marqué le seul but de la fusillade.

Les Suédois devront aussi venir à bout de John Gibson, un gardien qui a gagné beaucoup de respect en cours de tournoi, même lors de ses défaites. Il a été nommé meilleur gardien au championnat des moins de 18 ans et cet espoir des Ducks d’Anaheim pourrait répéter son exploit s’il signe une forte performance face à la Suède.

En six matchs jusqu’ici, il montre une fiche de 4-2, une moyenne de 1,42 et un pourcentage d’arrêts de ,954.

La Suède a aussi été bien servie devant le filet par Niklas Lundstrom (St. Louis) et Joel Lassinantti, qui est éligible au Repêchage de la LNH 2013. Lundstrom, qui a arrêté les Russes Mikhail Grigorenko, Nail Yakupov et Nikita Kucherov en fusillade, affiche une moyenne de 1,45 et un pourcentage d’arrêts de ,945, contre 2,42 et ,915 pour Lassinantti.

Suivez Mike Morreale sur Twitter: @mike_morreale

 

La LNH sur Facebook