Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le momentum l’emporte sur le repos pour les Américains

jeudi 2013-01-03 / 12:29 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Le momentum l’emporte sur le repos pour les Américains

Dans un tournoi de courte durée comme le Championnat mondial de hockey junior, on aurait tendance à penser que chaque moment de repos est vital.

Toutefois, les États-Unis ont démontré jeudi que le momentum l’emporte sur le repos, en battant le Canada 5-1 en demi-finale alors que l’équipe disputait un sixième match en huit jours.

La victoire permet aux États-Unis d’atteindre le match de la médaille d’or, qui sera disputé samedi (8h00, H.E.) face à la Suède.

L’entraîneur américain Phil Housley savait que son équipe aurait un horaire chargé lors du tournoi de cette année, et il a avoué que la préparation remonte aussi loin qu’à l’été, alors qu’il évaluait déjà les éléments qui arriveraient à survivre à un parcours éprouvant, à Ufa, en Russie.

« Nous avons mis l’emphase sur le repos », a révélé Housley à LNH.com. « Cela remonte au mois d’août, lorsque nous avons constaté l’horaire de la ronde préliminaire. Quatre rencontres en cinq jours, on savait qu’il nous faudrait afficher une excellente forme physique. Une fois arrivés ici, nous avons mis le focus sur le repos de nos joueurs. Nous n’avons pas beaucoup pratiqué. Nous avons mis l’emphase sur ce qui est le plus important : les matchs. Les joueurs ont bien répondu. Comme joueur, le repos et la nutrition sont des aspects très importants. Ils ont effectué un excellent travail de concentration et de préparation. »

Et lors des rares jours de repos, Housley a dit que le fait de garder les joueurs hors de la glace pour maximiser leur temps de repos était la chose la plus importante.

« Les jours de repos, puisque nous avons joué beaucoup de hockey en peu de temps, leur a permis de se remettre physiquement, de revenir et de recevoir des traitements, de voir un peu de glace et de se préparer mentalement pour les rencontres, dit Housley. Nous voulons voir les joueurs se reposer, puisque notre horaire, de quatre rencontres en cinq jours et de six matchs en huit jours, est très exigeant. »

Le plan a parfaitement fonctionné jusqu’à maintenant, alors que plus le tournoi avance, plus l’équipe joue bien. Après une victoire en ouverture de tournoi face à l’Allemagne, les États-Unis ont repris un jour plus tard, en étant battus par la Russie, 2-1. Après un jour de congé, ils se sont à nouveau inclinés, cette fois face au Canada, 2-1. Toutefois, 24 heures plus tard, avec leurs espoirs de médaille en jeu, ils ont rossé la Slovaquie 9-3.

Après un deuxième jour de congé, ils ont écrasé la République tchèque 7-0 en quart de finale, et un jour plus tard ont fait subir la plus cinglante défaite au Canada en ronde des médailles depuis que le format actuel est en vogue, soit 1996.

Le Canada a entamé le match après deux jours de repos, suite au gain qui leur a permis de remporter le Groupe B et de profiter d’un laissez-passer en demi-finale. Alors que les États-Unis devaient jouer pour leur vie, le Canada avait le luxe de se reposer et d’ajuster son plan de match.

Il appert toutefois que le repos a fait plus de mal que de bien.

« Lorsque vous regardez la situation de près, tout commence avec un bon départ », a dit Steve Spott, pilote du Canada, à TSN. « Je pense que mercredi, nous avons eu une bonne journée de pratique, une bonne journée de préparation, mais en fin de compte, les jambes n’étaient tout simplement pas là en première période, et c’est ce qui nous a fait mal. »

Les joueurs canadiens se demandaient, au terme de la défaite, pourquoi ils avaient été dominés et outrepassés par une équipe qui devait être épuisée.

« Je ne peux l’expliquer », a dit Ryan Strome à TSN. « Nous aimions notre jeu, après le match face à la Russie. Peut-être que le fait d’avoir ce repos pendant qu’eux avaient un match en quart de finale… C’est ce qui a semblé nous arriver l’an dernier. Nous avons profité d’une bonne séance d’entrainement, mercredi, et il ne devrait pas y avoir d’excuses. »

Pendant que les Canadiens cherchaient leurs jambes, les Américains avaient les leurs dès le début du match. Tout a commencé avec une paire de buts des Américains lors de la première période, puis deux autre filets en deuxième, donnant ainsi une avance de 4-0 aux États-Unis après 40 minutes de jeu.

« C’est quelque chose de gros pour nous », a dit J.T. Miller à LNH.com. « Nos éléments clés étaient de sortir en puissance et de prendre une avance rapide, qu’ils aient à nous rattraper. Marquer ces deux filets en première et les deux autres en deuxième était incroyable. »

L’équipe profitera d’une journée de repos avant le match de la médaille d’or, mais il ne faut pas s’attendre à voir les Américains modifier leur routine.

« Plusieurs de ces joueurs sont fatigués et ont besoin de repos, a dit Housley. Pour aller de l’avant, il faudra agir de la même manière. Nous irons à l’aréna vendredi, nous allons nous étirer, recevoir quelques traitements, voir un peu de glace, une journée très décontractée, puis nous allons recentrer notre focus pour le match. Cela semble fonctionner. Les joueurs avaient l’énergie requise pour jouer contre de très bons opposants, spécialement lors des trois dernières rencontres face à la Slovaquie, la République tchèque et le Canada. Ces rencontres étaient des matchs clés, les matchs à gagner. Le repos nous a donné cet avantage nécessaire pour aborder ces parties. »

 

La LNH sur Facebook