Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Justin Schultz apprend rapidement à sa première saison professionnelle

jeudi 2012-12-20 / 15:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Justin Schultz apprend rapidement à sa première saison professionnelle


Malgré ses statistiques et le fait que plusieurs le voient comme une future vedette de la LNH, Justin Schultz, défenseur à Oklahoma City de la Ligue américaine de hockey, n’est pas parfait et la transition entre l’université et le hockey professionnel a été marquée de difficultés toutes à fait normales.

Du moins, c’est que Schultz mentionne ces jours-ci. Que vous le croyiez ou non, ça ce sera le sujet d’un autre débat.

« C’est encore difficile, j’apprends à tous les jours », a humblement déclaré Schultz, le meilleur espoir des Oilers à la ligne bleue, quand LNH.com lui a parlé plus tôt cette semaine lors d’un entretien téléphonique depuis Oklahoma City, où il joue avec les Barons de la LAH. « C’est plus difficile dans ce calibre et ça représente toujours un défi, mais je dois admettre que j’ai connu un bon début de saison. »

Jetons un regard à ce début de saison dont parle Schultz. Ça vous aidera à prendre une décision quand viendra le temps de le croire quand il dit que le hockey professionnel est « difficile » et que c’est un « défi » pour lui.

Schultz et son coéquipier Jordan Eberle, une vedette de la LNH la saison dernière, sont à égalité au premier rang des pointeurs de la LAH avec 38 points en 26 matchs. Souvenez-vous, Schultz est un défenseur, alors que Eberle est un attaquant qui a terminé au 16e rang des pointeurs de la LNH avec 76 points, la saison dernière.

Schultz totalise déjà 14 buts, seulement sept de moins que le record pour un défenseur recrue dans la LAH. Il domine la ligue au chapitre des assistances avec 24. Ses 38 points sont 14 de plus que la deuxième meilleure recrue. Il a été blanchi de la feuille des marqueurs dans seulement trois matchs depuis le début de la saison et il a obtenu au moins deux points dans la moitié des matchs qu’il a joués, dont deux contre les Stars du Texas, contre lesquels Schultz jouera quatre autres fois d’ici la fin du mois.

« La Ligue américaine est une très bonne ligue et la plupart des joueurs doivent faire face à une période d’adaptation, mais il semble qu’il a raté cette période d’adaptation », a louangé l’entraîneur en chef des Stars, Willie Desjardins. « Il s’est adapté très rapidement et il produit à un rythme très élevé. »

Il y a deux questions que Schultz doit encore répondre:

1. Pourra-il maintenir son rythme ou du moins demeurer près de sa production actuelle pendant toute la saison, en tenant compte des astreignants horaires de voyages auquel il n’a encore jamais fait face?

2. Sera-t-il aussi productif dans la LNH? Au retour des activités, Schultz jouera à Edmonton et les Oilers aimeraient bien qu’il brille à la ligne bleue et qu’il soit leur quart lors des avantages numériques.

Le défenseur Justin Schultz apprend rapidement pendant sa première saison professionnelle - il est au premier rang des pointeurs dans la LAH. (Photo de David Maxwell/Getty Images)

Ces réponses viendront certes avec le temps, mais Schultz, qui a grandi en Colombie-Britannique, la même province que son idole de jeunesse, Scott Niedermayer, ne laisse pas beaucoup de place au doute, ces jours-ci. L’ex-joueur vedette de l’Université du Wisconsin poursuit sur l’aura qui l’a suivie tout au long de l’été.

« Il a certaines habiletés de Niedermayer et il me rappelle Drew Doughty », a déclaré à LNH.com, l’entraîneur en chef des Barons, Todd Nelson. « La LNH est un calibre plus élevé, mais je crois qu’il pourra accomplir la même chose. Peut-être pas d’une manière aussi impressionnante à sa première saison, mais il contribuera à l’attaque. Il jouera plusieurs minutes, comme il le fait ici où il joue environ 30 minutes par match, et il compose bien avec la situation.

« Deviendra-t-il un Scott Niedermayer? Il en est capable. Je me sens très à l’aise d’affirmer cela. »

Schultz n’a pas encore eu la chance de le démontrer et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose pour lui. En fait, c’est peut-être une bonne chose.

Le conflit de travail donne à Schultz le temps de s’ajuster au hockey professionnel dans la LAH, une opportunité qu’il n’aurait pas eu, car franchement, les Oilers ne l’auraient jamais cédé à Oklahoma City s’il n’y avait pas eu de lock-out.

Schultz a été la récompense de la classe des joueurs autonomes 2012 même s’il n’avait jamais joué un seul match professionnel. Ex-choix de deuxième ronde par les Ducks d’Anaheim, il est devenu libre car il n’a pu s’entendre avec ces derniers. Toutes les équipes de la LNH souhaitaient ardemment mettre la main sur Schultz. Il était accessible à chaque équipe parce qu’il ne pouvait signer qu’un contrat d’entrée dans la LNH, il devenait donc le joueur autonome le plus convoité sur le marché.

Schultz a signé une entente de deux ans avec les Oilers après n’avoir entendu que de bonnes choses de l’organisation et de la ville d’Edmonton d’un groupe de personnes comprenant entre autres Wayne Gretzky et Paul Coffey. Il a principalement choisi les Oilers parce qu’il serait appelé à jouer un rôle important dans l’avenir de l’équipe, comme il est appelé à le faire à Oklahoma City cette saison avec Eberle, Ryan Nugent-Hopkins, Taylor Hall et Magnus Paajarvi.

« C’est pourquoi cette transition est si importante pour lui. Il y a tellement d’éléments qui entrent en ligne de compte », a dit l’entraîneur en chef des Oilers, Ralph Krueger, à LNH.com. « L’un d’entre eux est le rythme, car c’est tout nouveau pour lui d’avoir à disputer trois, des fois quatre matchs dans une semaine.

« L’aspect physique et le jeu plus serré dans la LAH en est un autre. Il y a beaucoup moins d’espace pour s’exprimer et il a réussi à s’adapter même si le jeu est beaucoup plus vite que dans les rangs universitaires, a analysé Krueger. De plus, il a l’occasion de travailler les avantages numériques avec les mêmes joueurs avec lesquels il évoluera à Edmonton, ce qui deviendra sa spécialité. Sans oublier, qu’obtenir cette sorte d’entraînement à ce calibre l’aidera à se sentir à l’aise quand il aura à prendre ses responsabilités avec les Oilers. »

Krueger souligne aussi la facilité avec laquelle Schultz peut s’adapter à sa vie de professionnel, en n’étant pas dans une ville comme Edmonton, où le hockey règne en roi et maître. Il apprend en passant incognito dans une ville comme Oklahoma City.

« Il n’a pas à composer avec les médias canadiens et toute la pression qu’un joueur de hockey doit subir à Edmonton, a indiqué Nelson. À Oklahoma City, il brûle la ligue, mais il contrôle bien la situation. Il est simplement un jeune qui veut jouer au hockey, c’est tout ce qui importe pour lui. Il a dépassé toutes mes attentes. »

Mais Schultz, lui, n’a pas dépassé ses attentes, particulièrement dans son jeu défensif, où il a indiqué qu’il s’était grandement amélioré depuis le début de la saison, même si selon ses dires il y a encore beaucoup de chemin à faire avec d’être comparé à Niedermayer, son idole de jeunesse.

« Il a certaines habiletés de [Scott] Niedermayer et il me rappelle Drew Doughty. La LNH est un calibre plus élevé, mais je crois qu’il pourra accomplir la même chose. Peut-être pas d’une manière aussi impressionnante à sa première saison, mais il contribuera à l’attaque. Il jouera plusieurs minutes, comme il le fait ici où il joue environ 30 minutes par match, et il compose bien avec la situation. » -- Todd Nelson, l'entraîneur d'Oklahoma City

« Cet aspect du jeu est beaucoup plus difficile pour moi que l’aspect offensif, mais ça viendra, a dit Schultz. Je peux le constater à l’entraînement, j’affronte d’excellents joueurs comme Eberle, Nugent-Hopkins et Hall chaque jour. Les premières fois je regardais la rondelle, mais je me suis amélioré et je peux maintenant les contrer un peu plus. »

Nelson tient à préciser que le personnel d’entraîneurs des Barons ne s’est pas acharné sur le jeu défensif de Schultz. Ils ont bien fait quelques petits ajustements, comme lui préciser quand se joindre à l’attaque et quand ne pas le faire, mais Nelson a indiqué qu’il n’y a pas eu de changements majeurs dans le jeu de Schultz, car il avait déjà une bonne base et de bonnes habitudes défensives avant de devenir professionnel.

« Il est intelligent et il apprend rapidement, mais on n’a pas eu à s’acharner sur lui car il fait tellement de bonnes choses, a indiqué Nelson. À nos deux premiers matchs préparatoires, il a étiré son temps sur la glace et il s’est fait prendre. Il a appris rapidement. Au lieu de forcer le jeu, il laisse le jeu venir à lui et il réagit selon la situation, c’est une bonne manière de jouer à la défense, car lorsque les défenseurs tentent de forcer le jeu, c’est comme jeter de l’huile sur le feu. Il a appris à bien faire la part des choses. »

Le personnel d’entraîneur des Barons a également eu très peu d’ajustements à faire dans le jeu offensif de Schultz.

Les habiletés offensives de Schultz sont déjà considérées comme exceptionnelles pour un défenseur de 22 ans en raison de son coup de patin, de son tir des poignets et encore plus important, « sa rapidité à prévoir le jeu », selon le recruteur et analyste aux réseaux NHL Network et TSN, Craig Button.

Button compare la multitude d’habiletés de Schultz à celles du quart des Redskins de Washington, Robert Griffin III.

« C’est une chose de prévoir le jeu, c’est une toute autre chose de prévoir les possibilités du jeu, et c’est ce qu’il voit, a expliqué Button à LNH.com. Si on lui enlève l’opportunité de tirer, il fera une passe, si on lui enlève l’opportunité de passer, il battra l’adversaire avec son coup de patin. Il peut vous battre de tellement de façons et c’est très difficile de se défendre contre un joueur comme lui.

« Il est comme RG3. Comment se défendre contre lui? »

Les entraîneurs en chef de la LNH devront bientôt trouver eux-mêmes la solution. Pour ce qui est des entraîneurs de la LAH, ils connaissent déjà trop bien le dilemme que leurs vis-à-vis de la LNH auront à composer.

« Il devra prouver tout son talent dans la LNH, mais il démontre toutes les indications qu’il a les habiletés pour le faire », a dit Desjardins.

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook