Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Forte délégation québécoise au sein de l’équipe canadienne junior

    lundi 2012-12-17 / 16:36 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Forte délégation québécoise au sein de l’équipe canadienne junior

    L’état du hockey au Québec a été scruté à la loupe au cours des dernières années, tellement qu’on a organisé un sommet pour discuter ce qu’on pourrait faire pour augmenter le nombre de joueurs élites que la province développe à chaque année.

    Les changements nécessaires avaient pourtant été apportés bien avant le sommet d’août 2011 et ils ont déjà commencé à porter fruits.

    Lorsque Hockey Canada a fait connaître les 23 joueurs qui feraient partie de la formation nationale au Championnat mondial de hockey junior à Ufa en Russie, cinq joueurs nés et qui s’entraînent au Québec ont été choisis. Cela représente le plus grand nombre de joueurs nés au Québec à faire partie de l’équipe nationale depuis 2000, alors que six Québécois avaient été sélectionnés.

    « Tout ce que nous faisons à Hockey Québec, nous le faisons dans le but de faire graduer le plus grand nombre de joueurs possible à Hockey Canada », a déclaré le directeur du développement des joueurs à Hockey Québec, Paul Ménard. « Nous sommes donc contents, mais nous aurions aimé en avoir encore plus. Ce n’est jamais assez et nous ne pouvons être complètement satisfaits. »

    Phillip Danault, de Victoriaville, (Blackhawks de Chicago), Jonathan Drouin, de Sainte-Agathe, (admissible au repêchage de la LNH en 2013), Charles Hudon, de Boisbriand, (Canadiens de Montréal), Jonathan Huberdeau, de Saint-Jérôme, (Panthers de la Floride), et Xavier Ouellet, de Terrebonne, (Red Wings de Detroit) sont les Québécois qui ont mérité un poste au sein de l’équipe canadienne en vue du Championnat mondial junior 2013.

    Ces cinq joueurs ont tous été développés au sein des structures intégrées de Hockey Québec qui ont été mises en place il y a six ans. Ce programme identifie 300 des meilleurs joueurs élites de la province âgés de 13 ans et leur fournit des entraînements spécifiques et compétitifs jusqu’à ce qu’ils atteignent les rangs juniors.

    « C’est un programme qui est destiné à les mettre au défi et à leur procurer tous les outils que nous pouvons leur fournir, a déclaré Ménard. Je vous dirais qu’au cours des cinq dernières années, nous avons innové de nouveaux programmes à chaque année. »

    Depuis 2000, quand la formation canadienne avait compté dans ses rangs Mathieu Biron, Éric Chouinard, Maxime Ouellet, Brandon Reid, Mike Ribeiro et Joé Rullier, une seule autre fois l’équipe canadienne comptait quatre Québécois au sein de sa formation et c’était en 2003. À trois reprises durant cette période, il n’y a eu qu’un seul Québécois au sein de la formation canadienne.

    Si Ménard a été agréablement surpris du nombre de Québécois qui porteront le chandail unifolié, ce ne fut pas le cas de Gilles Courteau.

    Le commissaire de la Ligue de hockey junior majeure du Québec s’attendait à une pareille sélection, en partie parce deux des trois entraîneurs adjoints de l’équipe canadienne proviennent de la LHJMQ, soit Mario Duhamel, des Voltigeurs de Drummondville, et André Tourigny, des Huskies de Rouyn-Noranda.

    « C’est simplement la reconnaissance du talent que nous avons dans notre ligue, a dit Courteau. Mais il est certain que la présence de deux de nos entraîneurs en chef a aidé. »

    Au cours des années passées, plusieurs des joueurs de la LHJMQ sélectionnés pour faire partie de l’Équipe Canada n’étaient pas nés au Québec. De 2007 à 2012, 24 joueurs de la LHJMQ ont représenté le Canada, mais la moitié d’entre eux provenaient des provinces maritimes ou de l’Ontario. Cette année, l’un des six joueurs de la LHJMQ qui ont réussi à se dénicher un poste au sein de l’équipe nationale vient des Maritimes, il s’agit de Nathan MacKinnon, de Cole Harbour en Nouvelle-Écosse.

    La composition d’Équipe Canada n’a pas été la seule source de critiques envers les structures du hockey québécois.

    Courteau, la LHJMQ et – dans une moindre mesure – Hockey Québec ont tous été critiqués à plusieurs reprises au cours des dernières années en raison du peu de Québécois sélectionnés au repêchage de la LNH, particulièrement en première ronde.

    Il n’est arrivé qu’une seule fois, au cours des neuf dernières repêchages, que plus de deux Québécois soient sélectionnés en première ronde. C’est survenu en 2009, quand Louis Leblanc (18e, Canadiens de Montréal); Jordan Caron (25e, Bruins de Boston); Philippe Paradis (27e, Hurricanes de la Caroline) et Simon Després (30e, Penguins de Pittsburgh) avaient été repêchés en première ronde.

    Depuis le repêchage de 2004, il est arrivé à deux reprises qu’aucun Québécois ne soit choisi en première ronde, et au dernier repêchage, seul Michael Matheson (23e), qui jouait avec les Fighting Saints de Dubuque de la Ligue de hockey des États-Unis, a été sélectionné en première ronde par les Panthers de la Floride.

    Cependant, Courteau croit que la tendance se renversera et il considère que les changements effectués par Hockey Québec ont joué un rôle important dans ce renversement de situation.

    « Les joueurs nous arrivent de mieux en mieux préparés et parmi les joueurs d’élites, ils nous arrivent encore mieux préparés, a déclaré Courteau. Et selon nos recruteurs qui suivent les ligues midgets, ce n’est qu’un début. »

    Courteau mentionne aussi que des changements ont été effectués au sein même de la LHJMQ et que les équipes préparent mieux leurs joueurs à graduer à un calibre supérieur.

    « Nous avons travaillé très fort pour développer notre réseau d'entraîneurs, a indiqué Courteau. Nous avons des personnes beaucoup plus qualifiées de nos jours, que ce soit au poste d’entraîneurs de gardiens, de nutritionnistes ou de thérapeutes. Nos joueurs ont maintenant toutes les ressources nécessaires pour réussir. »

    Les recruteurs de la LNH sont impressionnés par la qualité de joueurs de la LHJMQ qui seront admissibles au repêchage de 2013. En plus de MacKinnon et de Drouin – qui pourraient tous les deux être sélectionnés parmi les cinq premiers – il n’y a pas moins de six autres joueurs qui pourraient entendre leur nom être prononcé en première ronde du repêchage qui aura lieu à Newark au New Jersey, et cinq de ses huit joueurs sont originaires du Québec.

    Que ce nombre de Québécois repêchés en première ronde en juin prochain devienne réalité ou non, le simple fait d’évoquer cette possibilité signifie que la forte délégation de joueurs québécois au sein de la formation canadienne n’est pas le fruit du hasard.