Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Touchette : Un septième match de la finale de la Coupe Stanley – le bonheur multiplié par 100

jeudi 2012-11-29 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Un septième match de la finale de la Coupe Stanley – le bonheur multiplié par 100

Il y a des matches qu'on oublie au bout de cinq minutes. Et il y en a d'autres qu'on n’oublie jamais.

Quand je pense au Forum, un millier de souvenirs se bouscule rapidement dans ma tête.

Et l'un de ces merveilleux souvenirs aura bientôt 50 ans.

Oui 50 ans, mais c'est comme si c'était hier.

C'était le septième match de la finale de la Coupe Stanley, cuvée 1964-65, entre les Blackhawks de Chicago et le Canadien.

Imaginez ! Un septième match ! Le bonheur multiplié par 100. Que dis-je ? Par mille. J'avais 12 ans et mon père, grâce à un ami, avait obtenu les précieux billets. Combien d'entre vous ont été témoins sur place du septième match d'une finale de la Coupe Stanley ?

Je capotais.

Une heure avant le match, j'étais rivé sur mon siège rouge. Rien au monde ne m'aurait décollé de ce siège. Pas même une émeute.

Si je ne m'étais pas retenu, j'aurais probablement applaudi le conducteur de la Zamboni, qui faisait luire la glace du Forum avant le début de l'ultime rencontre prévue pour 20 heures.

Je comptais les minutes, les secondes.

LE FORUM À 88 ANS

Souvenirs du Forum

Par Richard Milo - Correspondant LNH.com
Huit moments inoubliables ayant marqué l’histoire du Forum de Montréal. LISEZ

Quelques minutes avant la mise au jeu, je revois encore les joueurs des Hawks sauter sur la patinoire à tour de rôle; Glenn Hall, Bobby Hull, Stan Mikita, Elmer Moose Vasko, Kenny Warrham, Doug Mohns, Pierre Pilote, etc. Dans leur chandail blanc orné d'une tête d'indien, ils faisaient peur, les Hawks.

Nerveusement, je tripotais mon programme quand je ne me rongeais pas les ongles.

Quatre plus quatre ...

Finalement, je m'étais énervé pour rien.

Le Canadien a liquidé les Hawks, le temps de le dire.

Il a marqué quatre buts dès la première période. Pif, paf, pouf, bonsoir la visite ! Le reste de la rencontre ne fut qu'une simple formalité.

Qui donc été les marqueurs du Canadien ? Impossible de ne pas s'en souvenir.

Dans l'ordre, les buts ont été inscrits, tenez-vous bien, par le numéro quatre (Jean Béliveau), plus quatre (le numéro huit Dick Duff), plus quatre (le numéro 12 Yvan Cournoyer) et plus quatre encore (le numéro 16 Henri Richard).

Score final: 4-0. Et qui a remporté le premier Conn Smythe de l'histoire ? Je vous le donne en mille: le numéro quatre (Jean Béliveau).

C'était la soirée des quatre. Je ne suis pas superstitieux de nature, mais ce soir-là, je l'avoue, je me suis posé des questions.

Cela dit, j'aurais pu vous dire que j'ai fêté la victoire du Canadien jusqu'à quatre heures du matin, mais j'aurais franchement exagéré ...

Un match nul

Un autre de mes matches coup de cœur remonte au 31 décembre 1975, trois ans après la Série du siècle.

Qui ne se souvient pas de ce match nul de 3-3 entre le Canadien et l'Armée Rouge ? Wow !

Certainement l'un des trois ou cinq meilleurs matchs jamais présentés dans le royaume du Rocket.

S'il y avait une justice en ce bas monde, le Canadien, dirigé par Scotty Bowman, l'aurait emporté par deux ou trois buts, mais il s'était buté à un gardien exceptionnel, Vladislav Tretiak.

Le Canadien l'avait bombardé de 38 lancers, dont 16 en troisième période, mais rien n'y fit.

Oui, un match mémorable s'il en fut un.

Pour qu'un match nul entre dans la légende, il a fallu qu'il soit hors de l’ordinaire. Il l'a été.

 

La LNH sur Facebook