Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Pavel Bure prend sa place au Panthéon

lundi 2012-11-12 / 21:02 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Pavel Bure prend sa place au Panthéon


TORONTO – Dans la vidéo d’ouverture avant de présenter le premier élu au Panthéon de la renommée, lundi soir, Pat Quinn a comparé la volonté d’être le meilleur de Pavel Bure à nul autre que Bobby Orr.

Très belles louanges pour le premier membre de la Classe 2012 à faire son discours, mais difficile de contester cette affirmation considérant la carrière que Bure a connu tant sur la scène internationale que dans la Ligue nationale de hockey.

Le « Rocket russe » a marqué 437 buts et totalisé 779 points au cours de carrière écourtée à 702 matchs en raison de blessures. Il a marqué plus de 60 buts à deux reprises, en plus de connaître trois autres saisons de plus de 50 buts.

Il avait des mains remarquables et son coup de patin était tout simplement incomparable.

« Belle fusée, » a dit Quinn. « Il était une machine à marquer des buts. »

Bure, qui portait un nœud papillon, a reçu sa plaque des mains du président du Panthéon de la renommée, Bill Hay, avant de se présenter au podium.

Il s’est dit « honoré et c’est avec beaucoup d’humilité que je suis ici en compagnie d’un groupe d’individus faisant partie de l’élite. »

Bure a d’abord remercié le Comité de sélection et a félicité ses compagnons intronisés, avant d’entreprendre son discours.

Il a mentionné qu’il jouait parfois sur le même trio que le président russe, Vladimir Poutine, qui vient tout juste de commencer à jouer au hockey.

Bure a remercié ses parents qui lui ont enseigné à devenir un gentleman. Il a rappelé qu’il avait commencé à jouer au hockey à l’âge de six ans et il a déclaré que ses premiers souvenirs remontaient au temps où sa mère remplissait son sac de hockey et le conduisait au métro pour qu’il se rende à la patinoire.

« Je ressentais beaucoup d’excitation, ne sachant pas combien il était difficile pour ma mère », a évoqué Bure. « C’est devenu encore plus difficile quand mon petit frère Valeri, qui a lui aussi joué dans la LNH, a commencé à jouer au hockey. »

Bure a une famille maintenant et il ne fait que réaliser tous les sacrifices que sa famille a dû faire pour lui permettre de jouer au hockey.

Tout au long de sa carrière, il a su que c’était un privilège de jouer au hockey partout dans le monde.

Il a exprimé ses plus sincères gratitudes à chaque organisation avec lesquelles il a joué « incluant, d’abord et avant tout, mes coéquipiers. »

Bure a remercié tous ses entraîneurs en chef, tous les membres de direction des équipes avec lesquelles il a joué et la Ligue nationale de hockey.

« Merci de m’avoir accordé l’opportunité de sauter sur la glace tous les soirs et d’avoir fait partie de vos succès », a-t-il dit.

Finalement, Bure s’est adressé à ses partisans.

« Nous jouons pour vous, a-t-il dit. Je n’oublierai jamais les ambiances qui régnaient dans les amphithéâtres et je vous remercie du fond de mon cœur pour votre soutien tout au long de ma carrière. »

Bure s’est dit privilégié d’avoir connu cette vie et d’avoir pu jouer au hockey.

« J’ai accompli mes rêves », a-t-il conclu.

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook