Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Blake Geoffrion se remet d’une fracture du crâne

lundi 2012-11-12 / 17:02 / LNH.com - Nouvelles

LNH.com

Partagez avec vos amis


Blake Geoffrion se remet d’une fracture du crâne

Trois jours après avoir subi une opération d’urgence visant à réparer une fracture du crâne, l’espoir du Canadien de Montréal, Blake Geoffrion, arrive à marcher et à envoyer des messages textes. Geoffrion est déjà sorti de l’unité des soins intensifs, mais il n’y a aucune indication quant à la durée de son hospitalisation, ou à quel moment il pourra reprendre le cours de sa carrière.

Malgré tout, le père de Blake, Danny Geoffrion, a affirmé au journal The Tennesean : « Nous sommes chanceux qu’il soit toujours en vie. »

Blake, quatrième génération d’une famille de joueurs de la LNH qui a grandi à Brentwood en Tennessee, a été repêché par les Predators de Nashville avant d’être échangé à Montréal au printemps dernier. Vendredi soir, alors qu’il portait les couleurs des Bulldogs de Hamilton de la Ligue américaine de hockey, club affilié au Canadien, il a été sévèrement mis en échec par le défenseur Jean-Philippe Côté, de Syracuse. Le coup a projeté Geoffrion dans les airs et lorsqu’il est retombé, selon les dires de son père, le patin de Côté a atteint Blake à la tête, à cinq centimètres de son oreille gauche, causant une fracture du crâne.

« Ils ont retiré un morceau de son crâne qui avait la taille d’une pièce d’un dollar », a expliqué Danny Geoffrion, un ancien attaquant de la LNH, au journaliste Joshua Cooper lorsque rejoint, lundi matin. « Ils ont remplacé le morceau avec du titanium et du métal. Ce sont les matériaux utilisés pour la plaque, avec des vis et tout ce qui vient avec, il a maintenant ces trucs dans sa tête. C’était surréel. »

Les Geoffrion, c’est une famille de hockey qui a connu sa part de blessures dramatiques. L’arrière-grand-père de Blake, Howie Morenz, et son grand-père, Bernard « Boom-Boom » Geoffrion, sont des légendes de l’histoire du Canadien et des membres du Temple de la renommée du hockey. Morenz est décédé en 1937 des suites de complications liées à une opération après une fracture à une jambe survenue lors d’un match au Forum. En 1958, une déchirure de l'intestin a failli mettre un terme à la carrière de Bernard, et a même menacé sa vie.

Avec la tête qui saignait abondamment, Blake a été en mesure de quitter la patinoire sur ses jambes avant d’être conduit à l’hôpital. Trente minutes plus tard, on a demandé le consentement de Danny Geoffrion pour procéder à l’opération sur Blake, qui était alors pris de convulsions.

« Des éclats d’os étaient enfoncés dans le cerveau », a révélé le paternel au journal. « Ils ont nettoyé le tout, ils ont pris soin des petites hémorragies, ce qui était un autre problème majeur. Il a été très, très chanceux. »

Danny Geoffrion a dit que Blake avait reçu son congé des soins intensifs dimanche et qu’il pouvait marcher, mais il a ajouté que la convalescence serait un processus évalué au jour, le jour.

« Il va bien, sa voix est un peu rauque, il ne prend pas ses appels ou les choses du genre à cause du tube qu’ils ont inséré dans sa gorge, a dit Danny. Mais il a un bon moral et il remercie tout le monde pour les courriels, les tweets et les messages textes. »

Blake a envoyé un message sur Twitter : « Merci à tous pour vos mots et votre support. Aujourd’hui a été une journée plus difficile, mais je continue à prendre du mieux. »

Le futur de Blake Geoffrion n’est pas au beau fixe, même si les Canadiens ont fait savoir dans un communiqué de presse qu’on s’attendait à une guérison complète.

« Vous me demandez s’il sera prêt à reprendre l’action dans un an ? Certainement, absolument, sans doute, si tout se passe bien, il pourra renouer avec l’action dans huit ou dix mois. J’ai le sentiment qu’il sera comme un cheval de course prêt à prendre la piste, a dit Danny. Mais pour l’instant, vous ne pouvez pas penser à cet aspect seulement. Il faut penser à la qualité de vie qu’il aura lorsqu’il sera âgé de 50 ans. »

 

La LNH sur Facebook