Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les futurs Canadiens sont à l’école à Hamilton

vendredi 2012-11-09 / 16:49 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Les futurs Canadiens sont à l’école à Hamilton

MONTRÉAL – Passer du niveau junior au professionnel implique plusieurs défis à relever pour les jeunes joueurs de hockey aussi bien sur la glace qu’à l’extérieur.

Prenez le cas de Brendan Gallagher, l’attaquant recrue des Bulldogs d’Hamilton dans la Ligue américaine, considéré comme un des meilleurs espoirs du Canadienx.

Gallagher habite avec deux autres nouveaux professionnels sur lesquels le Canadien compte également pour l’avenir, le défenseur Morgan Ellis et l’attaquant Patrick Holland.

Les trois s’entendent à merveille, passant presque tout leur temps ensemble et tâchant de s’entraider à une époque de leur vie où ils doivent apprendre à vivre seul.

Ainsi, ils ont mis de quatre à six heures (selon la version) pour assembler un barbecue sur lequel ils ont cuisiné presque tous leurs repas depuis un mois.

Il faut aussi apprendre à vivre ensemble, ce qui n’est pas toujours évident.

« L’autre soir j’ai acheté une grosse boîte de lait parce que j’en voulais pour mon déjeuner le lendemain, raconte Gallagher. Mais quand je suis descendu le matin, il n’y en avait plus. Morgan l’avait tout bu. Ca fait que nous avons maintenant chacun notre lait. »

Ce n’est qu’un exemple de la façon dont la troupe de recrues des Bulldogs découvre la vie cette saison sous la direction d’une autre recrue au poste d’entraîneur-chef, Sylvain Lefebvre.

En plus des trois amis déjà cités, l’attaquant Michael Bournival et les défenseurs Nathan Beaulieu, Jarred Tinordi et Greg Pateryn en sont également à leur première saison chez les professionnels. Tinordi et Beaulieu sont des choix de première ronde, tandis que Bournival a été sélectionné en deuxième ronde par l’Avalanche du Colorado. Tous, à l’exception de Pateryn, se retrouvaient sur la liste des 10 meilleurs espoirs du Canadien telle que déterminée par LNH.com au mois d’août dernier.

C’est dire que Lefebvre a de grandes responsabilités, et il le sait.

« Mon rôle, d’abord et avant tout, consiste à développer des joueurs pour le Canadien. C’est là-dessus que je me concentre, dit-il. Quand je prends une décision, c’est toujours en tenant compte de ce qui est le mieux pour le joueur et l’organisation. Evidemment je veux gagner des matchs, mais nous voulons aussi développer des gagnants. Alors ce qui se passe sur la glace n’est pas tout, il y a encore l’attitude. »

Lefebvre ne cherche donc pas à protéger ses joueurs face aux défis qui les attendent.

Tinordi, par exemple, une des cinq recrues à la défense, a constamment été opposé aux meilleurs trios de l’adversaire en plus de jouer en désavantage numérique. De même, Gallagher, Bournival et Holland sont appelés à jouer ensemble et sont envoyés sur la glace dans des moments cruciaux. Ils ont bien répondu.

« J’ai pour principe de récompense tout ceux qui jouent bien et font le travail, explique Lefebvre. Jusqu’ici, les jeunes à leur première année ont réagi vraiment bien. Il y a des soirs où les choses n’iront pas comme on l’aurait souhaité mais en autant que ça n’arrive pas trop souvent il n’y a pas de problème. »

L’organisation du Canadien a vu à aider les jeunes à faire les ajustements nécessaires à l’extérieur de la glace en engageant un psychologue sportif et un nutritionniste.

Aussi, le nouveau directeur du développement des joueurs Martin Lapointe et l’entraîneur assigné au développement Patrice Brisebois sont régulièrement sur place.

« Avec autant de jeunes joueurs, il faut s’assurer qu’ils soient bien entourés et bien préparés, indique Lefebvre, d’autant plus que nous avons des gars qui n’avaient jamais quitté le foyer familial avant. »

Sur la glace, les Bulldogs ont entrepris la campagne avec des hauts et des bas typiques d’une jeune formation mais montraient une fiche honorable de 4-4-2 après leur défaite de 4-1 face au Crunch de Syracuse vendredi soir au Centre Bell.

Beaulieu, qui était un défenseur productif en attaque avec les Sea Dogs de Saint John de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, illustre bien à quel point la transition du junior au professionnel peut être difficile et il avoue qu’il peine à trouver son jeu avec les Bulldogs.

« Ce n’est pas facile d’amasser des points dans cette ligue, alors quand vous êtes parvenus à le faire dans le passé il faut vous rappeler qu’il est aussi important de s’améliorer défensivement », constate le 17e choix du repêchage de 2011 qui n’a qu’une mention d’aide en 10 rencontres. « Mes habiletés offensives vont se replacer mais je ne peux faire beaucoup de choses que je faisais au niveau junior. Ca fait partie du processus d’apprentissage. »

Holland, qui a terminé au sixième rang des compteurs de la Ligue junior de l’Ouest la saison dernière avec 109 points dans l’uniforme des Americans de Tri-City, estime que la transition dont parle Beaulieu est rendue un peu plus facile par le grand nombre de recrues au sein de l’équipe.

« Je crois que c’est assez cool, dit-il. J’ai grandi dans une petite ville (Lethbridge, Alberta) où nous étions plusieurs jeunes du même âge parmi les meilleurs, une situation semblable nous pousse tous à vouloir devenir meilleurs et tout le monde finit par s’entraider. Retrouver ce même genre de scénario ici va juste nous rendre meilleurs dans toutes les facettes. »

Les recrues des Bulldogs sont pleinement conscients du cas unique qui est le leur et sont à construire une relation qui, espèrent-ils, se poursuivra longtemps, mais dans une autre ville et dans une autre ligue.

« Tout le monde dans ce vestiaire veut faire le saut dans la Ligue nationale, alors pour nous c’est vraiment cool de vivre tout ça en ensemble et de nous motiver réciproquement chaque jour sur la patinoire, explique Gallagher. Nous voulons tous arborer le logo du Canadien un jour, mais tant que nous serons à Hamilton nous voulons continuer d’apprendre et continuer de nous améliorer tout en y prenant du plaisir. On sera peut-être ensemble pour longtemps, alors on devient de bons amis dès maintenant et on va continuer de construire là-dessus. »

 

La LNH sur Facebook