Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Gilles Courteau prévoit une année faste pour la LHJMQ

mercredi 2012-11-07 / 12:43 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Gilles Courteau prévoit une année faste pour la LHJMQ

Lorsque Gilles Courteau a été nommé président (et ensuite commissaire) de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Wayne Gretzky et Mario Lemieux faisaient la loi sur les patinoires de la LNH, Jean Doré était maire de Montréal et Jean Perron était l'entraineur-chef du Canadien.

C'est vous dire.

Depuis, Gretzky et Lemieux ont cédé le flambeau, Montréal a changé de maire deux fois (bientôt trois) alors que le Canadien a changé d'entraineur ... 11 fois s'il vous plait.

Courteau, lui, est toujours bien en selle. Le 13 février 2013 marquera sa 27e année comme chef de file du plus important circuit junior au Québec.

Mais justement, après plus de 26 ans à la barre, Courteau nourrit-il d'autres ambitions ? La question se pose.

Si les joueurs de la LHJMQ rêvent à la Ligue nationale, peut-on présumer que son commissaire en rêve également ?

« Lorsque quelqu'un t'approches, tu prends le temps de l'écouter, mais je n'ai jamais œuvré dans la LHJMQ dans le but de travailler un jour dans la LNH, confie Courteau. « À vrai dire, je suis heureux là où je suis. Et je serai en poste tant et aussi longtemps que la passion sera au rendez-vous et que je répondrai aux attentes des propriétaires de la ligue. »

Vers la fin des années 1980, Courteau, qui a fait ses premiers pas dans la LHJMQ comme statisticien avec les Draveurs de Trois-Rivières en 1975, avait été pressenti par les Nordiques de Québec.

« Maurice Filion, alors dg des Nordiques, m'avait offert de devenir son adjoint, a-t'il rappelé, mais le timing n'était pas bon. J'en étais seulement à ma troisième année comme président de la LHJMQ. Je ne vous cacherai pas que cette histoire m'a longtemps trotté dans la tête. Mais après un certain temps, j'ai tourné la page. Et non, je n'ai jamais eu de regret. »

Aujourd'hui, Courteau est la tête d'un circuit, qui, beau temps, mauvais temps, continue de grandir. Sous forme de questions-réponses, le commissaire de la LHJMQ commente l'actualité et d'autres sujets au sein d'un circuit, qui voit grand en prévision du prochain repêchage de la LNH, qui se tiendra au Prudential Center de Newark au New Jersey ...

LNH.com: Selon le dernier classement dressé par des dépisteurs de la LNH, trois équipes de la LHJMQ (Halifax, Québec et Blainville-Boisbriand) figurent dans le top cinq des meilleures équipes juniors au pays. Est-ce que pareil classement a une quelconque signification ?

Gilles Courteau: Ce classement ne fait que confirmer ce que je prétends depuis longtemps, c'est à dire que notre ligue regroupe des organisations solides. Le plus gros changement qui soit survenu dans le hockey junior québécois au cours des 15 dernières années, c'est précisément la qualité des propriétaires en place. Est-ce la première fois que trois de nos équipes se retrouvent dans le top cinq ? Peut-être, mais je n'en suis pas certain.

LNH.com: Le prochain repêchage de la LNH s'annonce faste pour la LHJMQ. Il y a même des observateurs qui soutiennent qu'une trentaine de joueurs pourraient être sélectionnés, y compris trois, les attaquants Nathan MacKinnon (auteur de 18 buts et 30 points en 18 matches jusqu'ici, cette saison), Jonathan Drouin et le gardien de but Zachary Fucale, dans les deux première rondes. Est-ce là des projections réalistes ?

GC: Je pense que oui. Dès la conclusion du repêchage de 2012, des dépisteurs de la LNH étaient venus me dire: « Watch out la LHJMQ, l'an prochain ! » Nous avons, c'est vrai, beaucoup de talent à offrir. C'est une grosse année. Et MacKinnon, qui est dans la mire des recruteurs depuis l'âge de 14 ans, pourrait effectivement devenir le premier joueur de notre circuit à être réclamé au premier rang depuis Sidney Crosby en 2005. Il a tous les outils qu'on retrouve chez un joueur de premier-plan.

LNH.com: À la suite du retrait de Georges Laraque du dossier, la première tentative de syndicalisation du hockey junior s'est soldée par un coup d'épée dans l'eau. Prévois-tu une autre tentative du genre à court ou moyen terme ?

GC: Je ne serais pas surpris si quelqu'un revenait à la charge avec un tel projet. C'est à nous de s'y préparer. T'as beau avoir une bien belle maison, il y a parfois des fissures dans les murs ou encore des fuites dans les tuyaux. Bref, il faut continuer à travailler fort de manière à rendre notre ligue encore meilleure et ce à tous les niveaux.

LNH.com: Maintenant, faisons un bref retour dans le temps. Tu es associé au hockey junior québécois depuis plus de 35 ans. T'as donc vu les meilleurs joueurs à l'œuvre, que ce soit Guy Lafleur, Raymond Bourque, Mike Bossy, Denis Savard, Mario Lemieux, Pat Lafontaine, Vincent Lecavalier et combien d'autres. Selon toi, quel est le joueur-vedette qui a fait courir les plus grosses foules dans l'histoire du circuit ?

GC: Sidney Crosby. Cela dit, il faut remettre les choses dans leur contexte: la LNH était en lock-out (en 2004-05) lorsque Sidney a joué sa dernière saison dans la LHJMQ avec l'Océanic de Rimouski. Il était donc devenu, par la force des choses, l'attraction numéro un sur la planète hockey.

C'était complètement fou. Je me souviens qu'il avait fallu établir un dispositif de sécurité pour permettre à Crosby et à ses coéquipiers de quitter leur autobus et d'accéder au vestiaire de l'équipe sans être importunés par les fans. La démesure, que je vous dis !

LNH.com: Quel est le joueur qui, sans avoir connu une grande carrière dans la LHJMQ, t'as franchement surpris par ses succès dans la Ligue nationale ?

GC: Patrick Roy. Il jouait avec une équipe (Granby), qui avait du mal à gagner et il était lui-même un gardien correct, sans plus. Chez les juniors, tout le monde a tout de suite su que des gars comme Martin Brodeur ou Roberto Luongo, par exemple, deviendraient des vedettes dans la LNH. Mais dans le cas de Patrick, c'était loin d'être évident. Il était un gardien ordinaire. Puis, il a connu une progression absolument fulgurante avec les résultats que l'on connait.

 

La LNH sur Facebook