Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Muté à l’aile, Nathan MacKinnon doit s’acclimater

mardi 2012-11-06 / 14:13 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Muté à l’aile, Nathan MacKinnon doit s’acclimater

BOISBRIAND, Qué. – André Tourigny voulait voir comment l’espoir du prochain repêchage Nathan MacKinnon pourrait se débrouiller en le mutant à l’aile, au cas où le centre étoile des Mooseheads de Halifax devait se retrouver à cette position au sein de l’équipe canadienne en vue du prochain Championnat mondial de hockey junior.

Après un match, on pourrait dire qu’il y a encore du travail à faire dans le changement de position de centre à ailier de MacKinnon.

MacKinnon a joué à l’aile gauche pour une première fois au sein de l’équipe de la LHJMQ, qui a baissé pavillon lors du match numéro un de la Super série Subway, face à la Russie, par la marque de 6-2, lundi soir. Il évoluait au sein d’un trio complété par Jonathan Huberdeau et Jean-Sébastien Dea, une ligne sur laquelle Tourigny misait pour produire de l’offensive face à une puissante équipe Russe.

Huberdeau et MacKinnon ont terminé la rencontre avec un différentiel de moins-4 et Dea a terminé le match avec un différentiel de moins-3, une situation qui, de l’aveu même de Tourigny, ne peut se répéter lors du match numéro deux de la série, qui sera présenté mercredi à Val-d’Or.

« Ce que ces chiffres me disent, c’est que vous ne pouvez pas gagner lorsque vos meilleurs éléments ont une fiche de moins-4, c’est ce que ça me dit, a expliqué Tourigny. Mais ils n’avaient pas de mauvaises intentions, ils ont travaillé fort, ils ont forcé le jeu, ils ont créé des revirements. Mais ils ont tenté d’étirer leurs présences et c’est ce qui arrive.

« Il y a deux façons de voir les choses. Premièrement, nous avons perdu et nous ne sommes pas heureux de cette situation. Mais d’un autre côté, les joueurs ont maintenant une opportunité de démontrer leur force de caractère, ils ont une chance de prouver qu’ils ont appris de leurs erreurs et peuvent disputer un gros match, mercredi soir. »

MacKinnon abondait dans le même sens que son entraîneur et a admis qu’il lui faudra mieux s’adapter à sa nouvelle position qu’il ne l’a fait lundi soir.

« Je crois avoir effectué un boulot décent, mais évidemment, il me faut jouer un peu mieux. Je dois faire des jeux de base et travailler plus fort pour la rondelle, a expliqué MacKinnon. Je n’avais jamais joué à l’aile auparavant. J’imagine que je ne dois pas circuler seulement au milieu, mais me tenir davantage le long des rampes, ce genre de choses. Mais autrement, c’est du hockey, c’est un jeu simple. »

Tourigny, qui sera adjoint à l’entraîneur Steve Spott au sein de l’équipe canadienne junior, a rappelé à plusieurs occasions le revirement en zone neutre par MacKinnon, en première période. C’est ce revirement qui a mené au premier but des russes, inscrit par Mikhail Grigorenko. À peine une minute plus tard, un autre revirement par la LHJMQ a mené au but de Nail Yakupov, qui en a profité pour porter la marque à 2-0 pour la Russie.

« Nous avons commencé le match avec le momentum, les lancers au but était à 6-1 en notre faveur, nous étions toujours sur eux, nous les frappions, la foule était de la partie. Soudainement, il y a eu un revirement et c’était 1-0, puis un autre revirement et c’était 2-0. Deux revirements, deux buts. Bang, bang, a expliqué Tourigny. C’est une leçon qu’il faut tirer d’une telle situation. »

Malgré son affreux différentiel des plus et des moins, MacKinnon a le sentiment d’avoir accompli un travail décent en défensive, un aspect sur lequel il dit vouloir se concentrer dans sa tentative de prouver sa valeur aux yeux de Hockey Canada en vue du camp de sélection qui aura lieu le mois prochain. Il sait que ces deux rencontres à l’aile représentent une excellente opportunité pour lui de démontrer qu’il est versatile.

« Hockey Canada dispose de plusieurs excellents joueurs de centre qui sont tous capables d’effectuer un excellent boulot lors du tournoi. Pour moi, si je parviens à faire partie de cette équipe, il me faudra jouer à l’aile où dans n’importe quel rôle qu’ils me confieront, a dit MacKinnon. Je ne pense pas avoir été trop mauvais en défensive, je pense que la plupart de leurs buts sont survenus sur des jeux de transition. Ce n’est pas comme s’ils nous avaient dominés en zone défensive où s’ils avaient passé la soirée dans notre zone, ce sont simplement des petites erreurs commises dans notre zone qui nous ont coûté le match. »

Tourigny est en accord et dit avoir perçu des signes encourageants dans les erreurs commises par MacKinnon, puisqu’elles étaient faites avec les bonnes intentions.

« Je crois qu’il a fait des erreurs honnêtes, a lancé Tourigny. Il voulait trop en faire, il voulait être trop bon. C’est une question de maturité. Il a été énergique, il a distribué quelques bonnes mises en échec, il est revenu avec la bonne intensité, il a bloqué quelques lancers. Ce n’est pas un manque de volonté, c’est simplement que ce soir, il a forcé le jeu et a trop voulu en faire, c’est revenu le hanter. Mais ces erreurs vous rendent meilleurs. »

MacKinnon aura l’opportunité de démontrer ce qu’il a appris de ces erreurs lors du match numéro deux, mercredi soir.

 

La LNH sur Facebook