Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Le départ canon de Dea est lié à un meeting avec son entraîneur à Rouyn-Noranda

    samedi 2012-10-20 / 9:00 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Le départ canon de Dea est lié à un meeting avec son entraîneur à Rouyn-Noranda

    Ce n’était pas une offre à prendre ou à laisser, mais lorsque l’entraîneur des Huskies de Rouyn-Noranda, André Tourigny, a eu une discussion avec Jean-Sébastien Dea en décembre dernier, il avait un message très simple à livrer à son jeune attaquant : joue à notre façon où tu ne joueras pas du tout.

    Dea a compris le message, terminant la saison sur une bonne note et il a connu un début de campagne explosif en 2012-13. À ses 11 premiers matchs, il mène la LHJMQ avec 15 buts et 24 points. Après avoir été ignoré au repêchage de l’an dernier, le centre de 18 ans est vite devenu un joueur convoité.

    « Je suis beaucoup plus populaire à cause de lui », a révélé Tourigny à LNH.com

    Ce n’est pas une chose qui aurait pu survenir au début de la dernière saison. Dea, choix de troisième ronde des Huskies lors du repêchage de la LHJMQ en 2011, a révélé, lorsqu’il s’est amené avec l’équipe à ses débuts, avoir été dépassé par le niveau de jeu et a avoué avoir des difficultés à suivre le rythme.

    « J’ai été surpris à quel point le calibre de jeu était élevé et j’ai été obligé de travailler sans cesse plus fort à chaque jour », a expliqué Dea à LNH.com. « Il y avait de meilleurs joueurs que moi à cette époque. Je n’avais pas confiance. C’était difficile de me présenter à l’aréna et demeurer positif à tous les jours. C’était des moments difficiles. »

    Dea a été utilisé sporadiquement tôt dans la saison et à l’approche de la pause du temps des fêtes, Tourigny a décidé qu’il était temps d’avoir une discussion franche avec son joueur.

    « L’an dernier, nous avons mentionné beaucoup de choses à J-S, au début, a dit Tourigny. À propos de la façon dont il supportait le joueur en possession de rondelle, à propos de son implication dans les batailles pour le disque et toutes ces choses. Sa manière de s’impliquer dans le jeu, sa manière de supporter ses coéquipiers. Il était très lent sur ces aspects. À un certain point, nous avons répété ces choses et J-S n’achetait pas le système. À un moment, l’an dernier, durant le temps des fêtes, nous avons discuté et je lui ai dit qu’il ne jouerait plus s’il ne faisait pas ce qu’on lui disait, point à la ligne. »

    Plutôt que de bouder à cause des propos de son entraîneur, Dea a pris à cœur les demandes de Tourigny et s’est engagé à suivre les directives.

    « Il m’a dit la vérité, ce qu’il me fallait faire pour être dans l’alignement, d’expliquer Dea. Il m’a dit que je devrais travailler plus fort pour être dans la formation et aider mon équipe. J’ai commencé à travailler de plus en plus fort et j’ai mérité un poste dans l’alignement pour le reste de la saison. »

    « C’est ce qui a marqué un revirement majeur pour lui comme pour moi, dit Tourigny. Nous avons établi les bases sur ce qui était acceptable et ce qui ne l’était pas. Après coup, j’ai été possiblement un peu plus dur avec lui sur ces détails, mais en même temps, je sais que c’était bon pour lui. Présentement, il joue du très bon hockey. Et lorsqu’il commencera à s’éloigner du plan de match, je vais lui dire tout de suite. Il sait ce qu’il a à faire. Maintenant, il sait ce qu’il doit faire et il veut le faire, car il constate le succès qui en résulte. Ça rend le travail plus facile pour moi et ça paie pour lui, c’est le meilleur des scénarios. »

    Dea a disputé seulement 23 des 39 parties des Huskies avant les fêtes, amassant cinq buts et trois mentions d’aide. Au retour, Tourigny a donné à Dea la chance de faire ses preuves et il l’a fait. Il a marqué quatre buts à ses sept premiers matchs après la pause de Noël et le 12 février, profitant d’une promotion sur le premier trio de l’équipe, face à Cap Breton, il a répondu avec son meilleur match, deux buts et deux passes.

    « C’est le point tournant dans ma carrière junior », déclare Dea.

    Il a terminé la campagne avec 12 filets et 12 mentions d’assistance, disputant 27 des 29 derniers matchs des Huskies. Cette fin de saison a mis les bases pour un début fracassant en 2012-13.

    « Nous connaissions son niveau d’habiletés, sa capacité à marquer des buts, son sens du hockey, raconte Tourigny. Il a gagné deux pouces et une dizaine de livres durant l’été (il fait maintenant six pieds et pèse 155 livres). Je savais qu’il était plus gros. Je ne suis pas étonné (par son départ canon). Je ne peux pas dire que je m’attendais à ce qu’il marque plus d’un but par rencontre, mais je ne suis pas étonné par le fait qu’il connaisse beaucoup de succès. »

    Ce succès lui a permis de mériter le titre de joueur de la semaine de la LHJMQ et lui a valu une sélection au sein de l’équipe Québec en vue de la Super série Subway, face à l’équipe Russe, série qui sera présentée les 5 et 7 novembre.

    « C’est génial, de dire Dea. Je suis très fier de représenter la LHJMQ. J’ai regardé la Super série l’an dernier. Il y a de gros joueurs, des joueurs repêchés dans la LNH, pas en septième ronde mais bien en première ronde. C’est un honneur pour moi. C’est génial d’en faire partie et de pouvoir démontrer ce que je peux faire, montrer que je peux être un bon joueur à travers tous ces autres bons joueurs. »

    Tourigny, qui dirigera l’équipe de la LHJMQ, a dit que l’opportunité de jouer dans la Super série n’est qu’un exemple de ce que peut accomplir Dea s’il joue de la bonne manière.

    « L’invitation (pour la Super série) est une récompense pour lui, il est récompensé par ses efforts et par son implication au cours de la dernière année, a révélé le pilote. C’est une bonne chose et c’est un bon message pour lui. S’il continue à batailler comme il le fait, s’il continue à jouer ainsi, des bonnes choses surviendront. Je suis très content pour lui. »

    Un autre bénéfice de son excellent départ est que les dépisteurs lui portent une attention particulière et il améliore ses chances d’entendre son nom être appelé au repêchage 2013 de la LNH, en juin prochain. Plutôt que de chercher à s’extirper de la lumière des réflecteurs, Dea avoue qu’il profite de cette attention particulière dont il fait l’objet.

    « J’essaie simplement de me retrouver sous les réflecteurs, ça m’aide à être meilleur et à me présenter à l’aréna avec plus de confiance, de raconter Dea. J’ai un sourire accroché au visage à tous les jours. Ce n’est pas comme l’an dernier lorsque je me suis présenté la tête basse puisque je ne jouais pas. Ça m’aide à devenir un meilleur joueur. C’est ainsi que je vois la chose. »

    Pour garder ce sourire greffé à son visage, Dea sait qu’il ne peut pas ralentir. Il a mis la barre haute avec son départ canon, il doit maintenant arriver à suivre le rythme durant une saison entière de 68 rencontres.

    « J’essaie de ne pas me mettre trop de pression, dit le principal intéressé. Simplement un jour à la fois, un match à la fois, je m’applique à travailler fort à chaque rencontre. J’essaie de faire de mon mieux pour aider l’équipe à gagner. »