Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

La rivalité entre les Red Wings et l’Avalanche a servi de scène pour le 500e but de Yzerman

vendredi 2012-10-19 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Davis Harper - Journaliste - LNH.com

Partagez avec vos amis


La rivalité entre les Red Wings et l’Avalanche a servi de scène pour le 500e but de Yzerman

Le 19 octobre 1957, Maurice Richard est devenu le premier marqueur de 500 buts dans l’histoire de la LNH. Le Rocket a ainsi établi les standards d’excellence. Depuis, 41 autres grands joueurs de la LNH ont atteint ce plateau.

Pour commémorer l’exploit extraordinaire de Richard survenu, il y a 55 ans, LNH.com a rencontré plusieurs légendes qui ont suivi ses traces et qui font partie du club le plus exclusif du hockey.

À Detroit, il est tout simplement reconnu comme « Le capitaine ».

Steve Yzerman a porté le « C » sur son chandail des Red Wings pendant 19 saisons, soit plus de 1300 matchs, tout en aidant à ramener la coupe Stanley trois fois dans la « Ville de hockey », ce qui lui a permis de connaître une carrière exceptionnelle.

Yzerman occupe présentement le sixième rang des pointeurs de tous les temps avec 1755 points, il vient en septième place en ce qui concerne les assistances (1063) et il est huitième au chapitre des buts (692).

À titre d’exceptionnel fabricant de jeu, cette dernière statistique peut paraître un peu surprenante. L’un des meilleurs passeurs dans l’histoire de la LNH était aussi l’un des meilleurs marqueurs, même s’il ne s’est jamais considéré comme un véritable marqueur.

« J’étais certes capable de marquer des buts, mais je ne me suis jamais vraiment considéré comme un véritable marqueur », a admis Yzerman à LNH.com. « Les véritables marqueurs sont ceux qui dégainent si rapidement que la rondelle se retrouve dans le fond du filet dès qu’elle arrive sur leur palette. Mike Bossy, Brett Hull, Maurice Richard, ils avaient tous de fantastiques tirs. J’étais plus un fabricant de jeux. »

Malgré toute la modestie de Yzerman, personne n’a inscrit près de 700 buts dans la LNH sans un sens aigu de marqueur. Comme toute la cohorte du club des 500 buts, Yzerman n’a pas perdu de temps pour atteindre ce plateau.

En 1987-1988, à sa cinquième saison dans la LNH, Yzerman a connu sa première campagne de 50 buts. La saison suivante, il en a réussi 65 en plus d’amasser 90 assistances, deux sommets personnels au cours de sa carrière.

« Quand j’ai commencé à marquer des buts, on aurait dit que le filet était devenu plus grand », a imagé Yzerman en parlant de la saison 1988-1989. « Je ne pensais pas beaucoup, je recevais la rondelle et je tirais. Quand tout va bien, tu ne poses pas trop de questions. »

Ces deux saisons ont été le début d’une étonnante séquence de buts pour Yzerman, qui en a totalisé 331 entre les saisons 1987-1988 et 1992-1993. Sa production a diminué au cours des saisons suivantes, mais au début de la campagne 1995-1996, Yzerman était sur le point d’atteindre l’exclusif plateau des 500 buts.

Et il a franchi ce plateau contre l’Avalanche du Colorado, les éternels rivaux des Red Wings, et contre le futur membre du Temple de la renommée, Patrick Roy, le 17 janvier1996.

Après que Roy eut bloqué un tir des poignets de Yzerman en provenance de l’enclave, Yzerman a sauté sur son propre retour et a tiré du revers pour déjouer Roy.

Le capitaine des Red Wings en était à son 906e match régulier dans la LNH. Seulement 10 joueurs ont atteint ce plateau en disputant moins de matchs que Yzerman.

« Il existait une grande rivalité entre les deux équipes à cette époque, - et Patrick était l’un des meilleurs gardiens de la ligue – j’ai trouvé cela intéressant de marquer ce but contre un membre du Temple de la renommée, a déclaré Yzerman. Je suppose que je devrais dire que c’était un but important et une étape significative. C’est quelque chose qui s’accumule au fil du temps. Tu n’y penses pas beaucoup jusqu’à ce tu t’approches de ce plateau. »

Yzerman a indiqué que la préparation du match, entre ces deux grands rivaux, passait avant sa réussite personnelle.

« Je ne me souviens pas précisément des préparatifs avant le match, si ce n’est que c’était la rivalité Detroit-Colorado, a dit Yzerman. Nous affrontions une très bonne équipe et le but a été marqué pendant ce match.

« Je totalisais 499 buts et nous commencions une longue séquence à domicile. J’espérais donc que je marque mon 500e but le plus rapidement possible. »

Le meilleur était à venir pour Yzerman, qui après avoir marqué son 500e but, a remporté la coupe Stanley en 1997, 1998 et 2002, tout en gagnant le trophée Conn Smythe en 1998, sans oublier une admiration inconditionnelle à Detroit.

Et pendant que Yzerman se maintenait parmi les meilleurs marqueurs de tous les temps, près de 150 buts devant Maurice Richard, il a reconnu l’exploit du « Rocket » survenu 39 ans avant qu’il ne joigne lui-même ce club sélectif.

« Richard a joué pour une organisation fantastique, avec de grands joueurs, mais il était clairement un marqueur exceptionnel, a dit Yzerman. Il a dominé tous les autres joueurs pendant une longue période. »

 

La LNH sur Facebook