Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

L’influence de Costello a été ressentie jusqu’aux Etats-Unis

lundi 2012-10-08 / 12:11 / LNH.com - Nouvelles

Par Mike G. Morreale - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


L’influence de Costello a été ressentie jusqu’aux Etats-Unis

Murray Costello est à la tête de Hockey Canada mais il a aussi grandement contribué au développement de notre sport national chez nos voisins américains. Son influence sera reconnue officiellement lundi prochain lorsqu’on lui remettra le Prix Wayne Gretzky International à l’occasion de la cérémonie d’intronisation au Temple de la renommée du hockey américain, à Dallas.

Murray Costello a porté les couleurs des Blackhawks de Chicago, des Bruins de Boston et des Red Wings de Detroit de 1953 à 1957 avant de connaître une deuxième carrière fructueuse qui l’a mené à la direction de Hockey Canada. Son travail inlassable et son sens des affaires ont grandement contribué à la fusion, en 1994, de l’Association canadienne de hockey amateur et de Hockey Canada, qui était à l’époque un organisme indépendant.

« J’imagine que j’ai eu la chance d’être le bon gars au bon endroit au bon moment, a-t-il confié à LNH.com, en rassemblant différent programmes pour en faire ce que nous avons appelé "le programme d’excellence", ce qui a mené à notre équipe nationale junior.

« Cette façon de faire a ni plus ni moins complètement changé toute l’ambiance autour de notre système de développement et il est devenu beaucoup plus facile de convaincre les joueurs de faire partie des équipes nationales après qu’ils aient gagné une médaille d’or au Championnat du monde de hockey junior puis accédé à la LNH. »

Après la fusion, le Canada a gagné quatre championnats sur cinq avec Costello comme meneur de jeu.

« Tout était devenu beaucoup plus positif et je pense que c’est parce que j’avais un rôle à jouer en travaillant avec des gens vraiment compétents », estime Costello, dont ce ne fut pas la seule contribution. Il a aussi supervisé la création de l’équipe nationale féminine et le développement rapide qui a mené à l’inclusion du hockey féminin aux Jeux d’hiver de 1998.

Costello a de plus exercé une influence significative sur le hockey américain en contribuant à des programmes de formation d’entraîneurs menés en collaboration par USA Hockey et Hockey Canada à la fin des années 1970. Les fondations de l’accord entre les deux pays pour le transfert des joueurs d’âge junior sont aussi dues à la coopération qu’il a développée avec les dirigeants du hockey américain.

« À la Fédération internationale de hockey et à Hockey Canada, il a toujours été disponible pour faire profiter de ses connaissances les dirigeants, les entraîneurs et les joueurs de tout âge aux Etats-Unis », a rappelé Ron DeGregorio, président de USA Hockey.

C’est pour cette raison que Costello sera honoré à Dallas.

Le Prix Wayne Gretzky International, créé en 1999, rend hommage à des individus de l’extérieur qui ont joué un rôle majeur dans le développement du hockey aux Etats-Unis.

Les lauréats incluent Anatoli Tarasov (2008), Herb Brooks (2004), Bobby Hull (2003), Scotty Bowman (2002), Scotty Morrison (2001), la famille Howe family (2000) et Gretzky (1999).

« J’ai été plus que surpris parce que ce n’est pas fréquent d’être reconnu dans un autre pays et, pour un Canadien, tout honneur attaché au nom de Wayne le rend encore plus spécial », a déclaré Costello.

Costello a grandi à South Porcupine, en Ontario, et tout comme ses trois frères, il a vite réalisé que le hockey était une bonne façon de se sortir de cette petite ville minière du nord de l’Ontario.

« Il n’y avait pas beaucoup d’occasions à part les mines, se souvient-il. Et ce n’était pas très payant de sorte que pour accéder à une éducation collégiale la meilleure façon était de passer par le hockey. »

Costello a donc joué trois ans à St. Michael's, au sein d’une équipe commanditée par les Maple Leafs de Toronto. Il a fait ses débuts avec les Black Hawks au cours de la saison 1953-54 puis, après ses séjours à Boston et Detroit, il a obtenu un diplôme en droit et a entrepris une carrière d’administrateur avec les Totems de Seattle, de la défunte Ligue de l’Ouest, qu’il a menés au championnat en 1967 et 1968.

« Je n’ai que de bons souvenirs de mon passage dans la LNH », affirme Costello, qui a marqué 13 buts et totalisé 32 points en 163 matchs. « C’était très spécial parce qu’on voyageait encore en train. C’était l’époque de la ligue à six équipes et tout le monde se connaissait parce qu’on s’affrontait tellement souvent. Le seul privilège d’avoir joué avec et contre de grands joueurs comme le Rocket (Maurice Richard) et Jean Béliveau à Montréal, Gordie Howe et Ted Lindsay à Detroit, et Fern Flaman et Léo Labine à Boston en a fait des moments inoubliables. »

Mais Costello n’a jamais accepté ce qu’il appelle « la vieille façon de penser des joueurs. »

« J’ai toujours cru qu’il fallait jouer au plus haut niveau et avec beaucoup de discipline parce que nous avons perdu tellement de matchs à cause des punitions, dit-il. Je pense que je n’ai jamais acheté le facteur intimidation et c’est en partie pourquoi que la LNH n’a pas eu pour moi le même attrait que pour d’autres. Je crois que j’étais assez bon pour y jouer mais ça ne m’intéressait pas tellement.

« J’ai toujours pensé que si vous comptez sur des joueurs qui peuvent danser, bien il faut les laisser danser, et je pense que nous en avons plusieurs exemples, poursuit Costello. C’est toujours plaisant pour moi de voir que Hockey Canada est en mesure de produire des joueurs avec autant d’habiletés que n’importe où ailleurs dans le monde. »

Costello, qui est devenu président de l’ancienne ACHA, est également fier de son rôle dans le développement du hockey féminin.

« Ce qui me surprend encore, et j’espère que je ne passerai pas pour trop chauvin, c’est que je n’aurais jamais cru que des femmes puissent s’entraîner de la même façon que les hommes. Or elles s’entraînent encore plus fort, note-t-il. Les deux équipes nationales en Amérique du Nord offrent un niveau de jeu élevé et les femmes aiment leur sport autant que les hommes. »

Suivez Mike Morreale sur Twitter à: @mike_morreale

 

La LNH sur Facebook