Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Troisième partie: Rhéaume devient la première femme à prendre part à un match de la LNH

dimanche 2012-09-23 / 6:00 / 92/93 - La meilleure saison?

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Troisième partie: Rhéaume devient la première femme à prendre part à un match de la LNH

Le 23 septembre 1992, Manon Rhéaume est devenue la première femme à prendre part à un match d’une équipe professionnelle majeure en Amérique du Nord en gardant le filet du Lightning de Tampa Bay pendant une période d’un match préparatoire contre les Blues de St. Louis.

A l’occasion du 20e anniversaire de ce premier match historique, LNH.com effectue un retour sur ce grand moment de l’histoire du sport.

3e PARTIE : LE MATCH

Wendell Young, gardien, Lightning de Tampa Bay

Manon Rhéaume (Photo: Lightning de Tampa Bay)

« Elle a mérité une place de la façon qu’elle a joué dans les matchs inter-équipes et dans les entraînements. Je ne pense pas que les frères Esposito auraient pris cette décision si elle avait mal fait. Je sais que tout le monde était nerveux pour elle de la voir passer à une autre étape et de la voir jouer un match de la LNH. Je me souviens quand j’ai arrivé à l’aréna. Les frères Esposito étaient nerveux car ils ne voulaient pas l’embarrasser, ni embarrasser l’organisation, ce qui aurait été le cas si elle avait mal joué. Ils envisageaient l’utiliser en troisième période ou en deuxième moitié de match. J’étais l’autre gardien ce soir-là et je leur ai dit : ‘Pourquoi ne pas lui faire commencer la rencontre au lieu de la laisser assise et méditer au bout du banc pendant deux heures. Commençons le match avec elle et nous verrons comment ça va aller.’ Elle a entrepris la rencontre et elle a très bien joué. »

Manon Rhéaume, gardienne, Lightning de Tampa Bay

« J’ai tellement de respect pour Young en raison de la façon qu’il s’est comporté avec moi. Il a été fantastique. Il était un vétéran et il était un gardien que j’admirais. Il aurait pu me rendre la vie misérable s’il avait voulu. Mais, il m’a beaucoup aidée et il a toujours été gentil avec moi. Il ne m’a jamais fait sentir que je n’étais pas à ma place. C’était génial. »

Cammy Clark, journaliste assignée à la couverture du Lightning, St. Petersburg Times (actuellement avec le Miami Herald)

« Le Expo Hall était un vieil immeuble, ce n’était pas un amphithéâtre de hockey. C’était très petit, mais l’endroit était bondé à craquer. C’était bien vu d’assister à ce match et c’était vraiment excitant. Tout le monde parlait de cela à Tampa Bay, c’était le sujet de conversation dans toute la région pendant la semaine précédant le match. »

Rhéaume

« Nous devions prendre un autocar à partir de notre patinoire d’entraînement pour se rendre à l’aréna et ce trajet a été étrange. J’avais les nerfs à fleur de peau. Il y avait tellement de choses qui me trottaient par la tête. J’essayais juste de me concentrer sur le match, mais je savais aussi ce qui se passait. Il y avait énormément de pression.

« Je me souviens quand je suis entrée dans le vestiaire, je veux dire, mon vestiaire, il y avait un énorme bouquet de fleurs. Les fleurs avaient été envoyées par une station de radio de Montréal et il était écrit sur la carte : ‘Bonne chance ce soir, nous sommes tous derrière toi.’ C’était gentil, ça m’a fait du bien et ça m’a presque fait sentir : ‘Je ne suis pas seule ici. J’ai beaucoup de monde qui m’appuie.’ Quand tu traverses tout ce cirque médiatique, les gens ne sont pas tous gentils et positifs. Il y en a toujours qui sont négatifs et pour une raison quelconque, ils se collent à toi, même s’ils sont peu nombreux. Ce sont d’eux que tu te souviens et qui viennent t’embêter. Même s’ils étaient peu nombreux, ces quelques personnes étaient négatives et elles voulaient tellement que j’échoue, que ça m’a fait le plus grand bien de recevoir ce bouquet de fleurs tout juste avant le match.

« Je n’avais jamais rien senti comme la marche entre le vestiaire et la patinoire. J’entendais seulement mon cœur battre, j’avais presque de la difficulté à respirer. Mais la meilleure chose, c’est que dès que j’ai sauté sur la patinoire, toute la pression est partie. J’avais atteint mon but, j’étais finalement là où je voulais être, où je me sentais confortable. À cette étape, on aurait presque dit que j’avais oublié que j’allais disputer dans quelques minutes un match de la LNH. »

Stéphane Quintal, défenseur, Blues de St. Louis

« On faisait des blagues dans le vestiaire, ce n’est pas qu’elle était petite, mais à comparer aux autres gardiens de la LNH, elle ne couvrait pas beaucoup d’espace devant le filet. On se disait qu’il fallait tirer dans la partie supérieure, car on pouvait facilement voir les deux coins du filet. »

SAISON '92-93: MANON RHÉAUME

Première partie: La pionnière

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com
L’histoire de Manon Rhéaume, qui a brisé la barrière du sexe au hockey il y a 20 ans. LISEZ

Brendan Shanahan, attaquant, Blues de St. Louis

« Ce fut une belle histoire et elle était vraiment talentueuse. Tous ceux qui ont atteint ce calibre et qui ont même pu disputer un match préparatoire dans la LNH ont du talent. C’est certain qu’il y en a qui ont peut-être exploité d’autres aspects que le fait qu’elle soit une bonne gardienne. »

Quintal

« C’était un moment un peu délicat, car aucun de nous n’avions vécu pareille situation. Je pense qu’elle a bien fait, elle a effectué de beaux arrêts et elle n’avait pas l’air de ne pas être à sa place comme certains avaient pu le penser.

« Il y a bien eu quelques blagues sur le banc, mais on a rapidement arrêté d’en faire. On était tous surpris par sa performance. »

Rhéaume

« Dès le début du match, on a eu un avantage numérique contre nous. Je me suis dit : ‘OK, ça ne peut pas mieux commencer?’ J’ai reçu trois ou quatre tirs pendant l’avantage numérique qui m’ont immédiatement placée dans le match. Ce fut donc une belle façon de commencer le match pour moi. »

Shanahan

« Je me souviens que mon but était légitime. C’était un tir sur réception décoché à partir du centre de l’enclave. J’ai tout donné et à cette époque, j’avais un bon tir. Je pense que Jeff Brown a marqué le premier but, mais ce fut un mauvais. Mais, je me souviens très bien de mon but. Personne ne pouvait vraiment la blâmer, car aucun gardien n’aurait pu faire l’arrêt. J’ai reçu une belle passe, j’étais en très bonne position et j’ai tiré sur réception. J’y ai mis toute la gomme et j’ai placé mon tir à l’endroit que je voulais. »

Rhéaume

« C’était un très bon tir de Shanahan; c’était un tir de l’enclave sur réception. Il n’y avait rien que je pouvais faire, c’était un beau but.

« Mais je m’en voulais sur le but de Brown. Je n’étais pas très contente d’avoir accordé ce but. Il a tiré avant d’entrer dans la zone. La rondelle a touché l’intérieur de l’une de mes jambières avant de ricocher sur l’autre et de pénétrer dans le filet. Ce fut juste l’un de ces buts chanceux. Mais autant que j’étais fâchée de ce but, ce genre de buts arrive trois, quatre ou cinq fois par saison dans la LNH. Ça aurait pu arriver à n’importe qui, mais c’est à moi que c’est arrivé, cette journée-là. Mais évidemment, il y avait tellement de pression sur moi, j’aurais voulu revoir ce tir. »

Young

« J’étais tellement nerveux pour elle. À titre de gardien, on ne veut pas qu’un collègue échoue. Mais dès qu’elle a effectué ses premiers arrêts, je me suis calmé, et je pense qu’elle en a fait autant. Mais, je suis revenu un petit peu nerveux, car je devais jouer en deuxième période!

« J’ai accordé un but environ 30 secondes après être entré dans le match. Pete Taglianetti était l’un de mes bons amis depuis que l’on avait joué ensemble à Pittsburgh. Il a crié sur le banc : ‘Ramenez la fille!’ Alors les spectateurs se sont mis à scander : ‘Ramenez la fille!’ Donc, je joue mon premier match préparatoire avec le Lightning de Tampa Bay et mon ami commence à scander ‘Ramenez la fille devant le filet!’ parce que j’avais rapidement accordé un but. »

Peter Taglianetti, défenseur, Lightning de Tampa Bay

« Wendell étant Wendell, et parce que nous étions de bons amis, j’ai commencé à crier un peu aux entraîneurs de ramener la fille dans les buts. Les spectateurs derrière le banc m’ont entendu et ont fait de même en demandant son retrait.

« Je pensais que si nous voulions remporter le match, il fallait retirer Wendell du match. »

« Il y avait une sorte de soulagement après le match. Je ne pense pas que personne, y compris elle-même, avaient pensé que ça se déroulerait si bien. » -- Wendell Young

Clark

« Wendell Young fait donc son entrée dans le match. Tout le monde sait qu’il sera le gardien no 1 de l’équipe. Il accorde deux buts dans les neuf premières minutes et la foule se met à scander : ‘Ramenez Manon! Ramenez Manon!’ Ça vous donne une idée comment les spectateurs étaient de son bord.

« Tous les amateurs réunis dans le Expo Hall scandaient son nom, et je vous dit bien tous les spectateurs présents. Je n’oublierai jamais ce moment. Le fait d’être une femme, qui a été la première fille de son coin à jouer dans les Petites ligues de baseball alors que certains parents me criaient de quitter le terrain, et de voir tous ces amateurs l’encourager, a démontré que nous avions avancé un peu dans ce pays. »

Rhéaume

« Je me sentais mal, je ne pense pas que c’était juste. Je comprends que les spectateurs ne saisissaient pas toutes les subtilités du sport, il n’y avait pas beaucoup de monde qui connaissait grand-chose du hockey à Tampa. Mais je ne me sentais pas à l’aise car ce n’était pas juste pour (Young). Voilà une autre raison pour laquelle j’ai du respect pour lui, car si j’avais beaucoup de pression pour ce match, imaginez celle qu’il avait sur ses épaules. Il était un vétéran et il remplaçait une fille. Il devait donc avoir plus de pression que s’il avait remplacé un gars. Les gens oublient cet aspect-là, aussi. »

Young

« Il y avait une sorte de soulagement après le match. Nous avions perdu, mais tout le monde était bien content que ce soit chose du passé, car ça c’était déroulé 1000 fois mieux que nous avions imaginé. Je ne pense pas que personne, y compris elle-même, avaient pensé que ça se déroulerait si bien. »

Rhéaume

« J’étais tellement heureuse que le match soit égal, que nous ne tirions pas de l’arrière 5-0 et qu’ils ne marquent pas à chaque tir. Je savais que je devais connaître une bonne performance, juste pour faire taire les quelques journalistes qui voulaient que j’échoue, même s’ils étaient peu nombreux. Je ne voulais pas être celle qui allait échouer. Je ne le voulais tout simplement pas. J’étais donc contente que la première période se termine 2-2, après avoir fait face à un avantage numérique et neuf tirs. Le score était égal 2-2. C’était deux équipes de la LNH qui s’affrontaient, j’ai fait face à un avantage numérique, je ne pouvais donc pas demander mieux. »

 

La LNH sur Facebook