Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

La défaite dans le 5e match pousse le Canada le dos au mur

samedi 2012-09-22 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


La défaite dans le 5e match pousse le Canada le dos au mur

Il y a 40 ans que le monde du hockey a été profondément changé par le début de la série de huit matchs entre les équipes nationales du Canada, composée de joueurs de la LNH à leur apogée, et celle de l’U.R.S.S. Ces deux pays étaient considérés à l’époque comme les deux plus grandes nations du hockey. La série, qui a été présentée pendant tout le mois de septembre, a été assidûment suivie par tous les amateurs de hockey du monde. Et après la dramatique victoire du Canada (4-3-1), il n’y avait plus aucun doute que la LNH ne serait plus jamais la même. Le site LNH.com jettera un regard attentif sur l’historique Série du siècle en publiant une succession d’articles pendant tout le mois de septembre. Aujourd’hui, LNH.com donne un aperçu du premier match de cette série. Ne manquez pas les autres textes qui seront publiés pendant tout le mois de septembre.

Deux semaines après avoir été hués à la sortie de la patinoire à Vancouver, les membres d’Équipe Canada se sentaient indiscutablement seuls le 22 septembre 1972, lors du premier match de la deuxième partie de la Série du siècle.

Ils se sont renommé « Équipe 50 » pour signifier que les 50 joueurs, entraîneurs, soigneurs et autres personnes du groupe qui avaient fait le voyage pour disputer les quatre matchs à l’aréna Luzhniki de Moscou étaient plus unis que jamais.

MATCH No 5: URSS 5, CANADA 4



Première période: 1, Canada, Parisé 2 (Perreault, Gilbert), 15:30.

Deuxième période: 2, Canada, Clarke 2 (Henderson), 3:34. 3, Canada, Henderson 3 (Lapointe, Clarke), 11:58.

Troisième période: 4, URSS, Blinov 2 (Petrov, Kuzkin), 3:34. 5, Canada, Henderson 4 (Clarke), 4:56. 6, URSS, Anisin 1 (Liapkin, Yakushev), 9:05. 7, URSS, Shadrin 2 (Anisin), 9:13. 8, URSS, Gusev 1 (Ragulin, Kharlamov) 11:41. 9, URSS, Vikulov 2 (Kharlamov), 14:46.

Tirs au but: Canada 12-13-12--37. Union soviétique 9-13-11-33.

Gardiens: Canada, T. Esposito 1-1-1 (33 tirs reçus, 28 arrêts). Union soviétique, Tretiak 3-1-1 (37-33).

Assistance: 15 000

Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, le support que l’équipe n’avait pas obtenu des amateurs au Canada, s’est fait sentir à Moscou.

Près de 3000 amateurs canadiens avaient fait le voyage dans la capitale soviétique, formant un bruyant groupe tout de rouge vêtu dans le stoïque amphithéâtre qui pouvait contenir 15 000 spectateurs.

De plus, des dizaines de milliers de télégrammes ont été transmis aux joueurs. C’était le genre de support qui avait fait défaut dans les quatre matchs disputés au Canada.

« L’atmosphère était tendue car nous tirions de l’arrière et nous devions nous rendre à Moscou pour tenter de remporter la série, a dit Paul Henderson à LNH.com. La situation était complètement différente. Je suis certain que sans la présence des 3000 Canadiens à Moscou nous n’aurions pas gagné la série. Ils ont été une inspiration, c’était incroyable. »

Treize jours s’étaient écoulés entre les quatrième et cinquième matchs.

Équipe Canada a disputé deux matchs contre l’équipe nationale de la Suède pour s’adapter aux grandes patinoires internationales.

Les Canadiens ont remporté la première rencontre 4-1 avant de faire match nul 4-4. Ce dernier match a été marqué par les coups de bâton des Suédois (Wayne Cashman a eu besoin de 50 points de suture pour refermer une coupure dans la bouche après avoir été atteint par un bâton élevé) et par le jeu robuste (selon les règlements internationaux) des Canadiens.

Le fait d’être loin de la maison a semblé stimuler Équipe Canada, qui a dominé les deux premières périodes du cinquième match de la Série du siècle.

Jean-Paul Parisé a marqué le premier but de la rencontre à 15:30 de la première période, avant que Bob Clarke et Henderson n’augmentent l’avance des Canadiens à 3-0 en deuxième période.

Les Soviétiques ont inscrit leur premier but au début de la troisième, mais Henderson a réussi son deuxième but du match à 4:56, quelques minutes seulement après être entré tête première contre la bande. Il est resté immobile pendant plusieurs minutes et a eu besoin d’aide pour quitter la patinoire.

Heureusement pour Henderson, il portait un casque protecteur. Il a souffert d’une légère commotion cérébrale, mais a supplié l’entraîneur en chef, Harry Sinden, de le laisser retourner sur la glace.

Avec 11 minutes à jouer, le Canada menait 4-1 et semblait filer vers une victoire.

Mais dans le temps de le dire, les Soviétiques ont repris du poil de la bête, alors que les Canadiens ont arrêté de patiner, ignorant les directives de leur entraîneur en chef qui les avertissait de ne pas se reposer sur leurs lauriers.

Vyacheslav Anisin et Vladimir Shadrin ont marqué en l’espace de huit secondes pour réduire l’écart à un but, ce qui a réveillé la foule soviétique habituellement tranquille.

Alexander Gusev a créé l’égalité à 11:41 en déjouant Tony Esposito avec un tir frappé voilé de la pointe, avant que Vladimir Vikulov ne procure l’avance aux siens en marquant sur une échappée à 14:46.

Après le but, Esposito a frappé son bâton contre la glace en guise de frustration.

Les Soviétiques ont marqué cinq buts sur seulement 11 tirs en troisième période pour remporter une superbe victoire de 5-4, ce qui leur permettait de prendre une avance de 3-1-1 dans la série.

Malgré la défaite, les amateurs canadiens présents se sont levés et ont applaudi leurs favoris à leur sortie de la patinoire.

« On était très, très loin de la maison et avoir cet encouragement a été réconfortant », a dit Clarke à LNH.com.

Mais les acclamations des amateurs canadiens n’ont pas amené beaucoup de réconfort immédiatement après le match.

Sinden a claqué fortement la porte en entrant dans la salle réservée aux entraîneurs et a lancé sa tasse de café contre le mur, le liquide éclaboussant son costume.

Mais les dirigeants d’Équipe Canada étaient encore plus fâchés le lendemain quand ils ont découvert que les approvisionnements de viande, de lait et de bière qu’ils avaient emmenés du Canada avaient été volés et qu’ils étaient vendus sur le marché noir aux invités qui logeaient à leur hôtel.

« Plusieurs personnes nous réveillaient en plein milieu de la nuit, a rappelé Rod Gilbert à LNH.com. Nous avions des problèmes concernant la nourriture que nous avions emmenée du Canada. De plus, ils nous volaient notre bière, ce qui était encore pire que la nourriture. »

Mais la défaite a eu un effet électrisant sur les joueurs d’Équipe Canada.

« Nous avons perdu le premier match à Moscou après avoir mené 3-0. Nous nous sommes réunis et nous nous sommes dit que nous ne perdrions plus aucun match, a raconté Gilbert. Nous avons dû combattre les arbitres et tous les autres. Ils tentaient de nous distraire, ce qui a fait que l’équipe s’est unie comme jamais. »

 

La LNH sur Facebook