Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les meilleurs joueurs de 18 ans dans l’histoire de la LNH

lundi 2012-09-17 / 20:08 / LNH.com - Nouvelles

Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Les meilleurs joueurs de 18 ans dans l’histoire de la LNH

Les Oilers d’Edmonton souhaitent que le succès de Nail Yakupov au niveau junior l’amène à connaître un début de carrière fulgurant dans la LNH.

Les Oilers ont sélectionné Yakupov avec le tout premier choix au repêchage de la LNH, en juin dernier. Ils souhaitent que le joueur soit prêt à occuper un poste régulier à l’âge de 18 ans, comme l’ont fait Ryan Nugent-Hopkins et Taylor Hall à Edmonton au cours des deux dernières saisons après avoir été les premiers joueurs sélectionnés lors de leur année de repêchage. Les deux jeunes ont bien joué et semblent en voie de connaître de belles carrières.

Les deux premiers choix précédents, Steven Stamkos (2008) et John Tavares (2009), ont également atteint la LNH dès l’année de leur repêchage, et les deux sont en route vers des carrières remplies de succès. Toutefois, si les deux joueurs ont connu des saisons potables à 18 ans, ils n’ont pas connu de grandes saisons. Stamkos a marqué 21 buts à sa première campagne, mais ses 156 buts inscrits au cours des trois dernières saisons représentent un sommet dans la LNH. Tavares a marqué 24 buts et récolté 54 points à l’âge de 18 ans, mais il vient de connaître une saison de 81 points chez les Islanders de New York et a démontré des signes qui laissent entrevoir qu’il peut en faire encore mieux.

Voici un palmarès des meilleures premières saisons disputées par des joueurs qui ont fait leurs débuts à l’âge de 18 ans, ou immédiatement lorsqu’ils ont atteint l’âge de jouer chez les professionnels.

ATTAQUANTS

Wayne Gretzky

Né le 26 janvier 1961

A signé avec Indianapolis (AMH) pour la saison 1978-79

1978-79 dans l’AMH (Indianapolis/Edmonton): 46-64-110

1979-80 dans la LNH (Edmonton): 51-86-137

Les Racers d’Indianapolis passeront à l’histoire dans le monde du hockey pour une raison : à l’été 1978, ils ont signé un frêle joueur de centre de 17 ans, né à Brantford en Ontario, du nom de Wayne Gretzky. La LNH ne permettait pas de faire jouer des joueurs de cet âge, mais l’Association mondiale de hockey (AMH), à l’aube de sa dernière saison d’existence, n’était pas aussi difficile. Gretzky, une vedette du hockey junior, n’a disputé que huit rencontres avec les Racers avant d’être vendu à Edmonton, pour aider les Oilers à atteindre la grande finale de la dernière campagne de l’histoire de l’AMH (une défaite). Aucune équipe de la LNH ne détenait les droits sur Gretzky, lui qui n’avait pas été repêché à cause de son âge, c’est ainsi que les Oilers ont pu garder ses droits lorsque la LNH a absorbé quatre équipes de l’AMH à l’été 1979.

Alors que les sceptiques étaient convaincus que Gretzky se ferait bousculer et peinerait à s’inscrire au pointage dans une LNH plus grosse et plus robuste, le frêle joueur de 18 ans a continué à produire. Avant même d’atteindre ses 19 ans, au milieu de la saison 1979-80, il terrorisait déjà les gardiens adverses. Gretzky a terminé sa première saison dans la LNH avec 137 points, à égalité en tête des pointeurs avec Marcel Dionne des Kings de Los Angeles (on a décerné le trophée Art Ross à Dionne puisqu’il avait inscrit deux buts de plus que Gretzky) et menant les Oilers au chapitre des points.

Puisqu’il avait disputé une saison au niveau professionnel, dans l’AMH, Gretzky était inéligible pour l’obtention du trophée Calder, remis à la meilleure recrue du circuit. Malgré le fait que Gretzky n’apparaisse pas comme une recrue dans le livre des records, les 137 points amassés cette saison-là représentent la meilleure récolte de points pour un joueur de 18 ans dans l’histoire.

Dale Hawerchuk

Né le 3 avril 1963

Repêché au tout premier rang par Winnipeg en 1981

1981-82: 45-58-103

Hawerchuk est passé chez les professionnels à l’âge de 18 ans, suite à une saison fantastique avec Cornwall, dans la LHJMQ, où il avait marqué 81 buts et récolté 183 points en 72 parties, menant les siens à la Coupe Memorial et méritant le titre de Joueur par excellence dans la Ligue canadienne de hockey.

Personne n’a été surpris lorsque les Jets de Winnipeg, au terme d’une saison où ils avaient remporté seulement neuf rencontres sur 80, ont sélectionné Hawerchuk avec le tout premier choix de l’encan 1981 de la LNH et l’ont inséré directement au sein de leur alignement. Il est entré dans la danse et est devenu le premier joueur recrue à marquer 40 buts et à amasser 100 points dans la même saison.

La spectaculaire saison recrue de Dale Hawerchuk ne lui a pas que rapporté le trophée Calder, remis au meilleur joueur de première année de la LNH, il a également aidé les Jets à s’améliorer rapidement, pour terminer au deuxième rang dans la Division Smythe. Hawerchuk a mené les marqueurs des Jets durant neuf saisons consécutives, en route vers une place au Temple de la renommée du hockey.

Sidney Crosby

Né le 7 août 1987

Repêché par Pittsburgh au premier rang du repêchage de 2005

2005-06: 39-63-102

Crosby était le joueur junior le plus attendu depuis des décennies, et les Penguins ont remporté la loterie pour le premier choix après l’arrêt de travail d’un an, pour le sélectionner au premier rang lors du repêchage de 2005. Il ne faisait aucun doute qu’il serait le premier joueur appelé sur le podium.

Crosby a vite démontré pourquoi il faisait l’envie de tous, devenant l’un des sept joueurs à atteindre la marque des 100 points à sa saison recrue, le quatrième seulement à y parvenir à l’âge de 18 ans (le troisième à réaliser l’exploit dans la saison suivant son année de repêchage). Compte tenu de la baisse du nombre de buts dans la LNH depuis les années 80, on pourrait avancer que la saison recrue de Crosby est la plus impressionnante réalisée par un joueur de première année de tout âge, depuis l’expansion il y a plus de 40 ans.

Mario Lemieux

Né le 5 octobre 1965

Repêché au premier rang par Pittsburgh en 1984

1984-85: 43-57-100

La récompense des Penguins pour avoir terminé au tout dernier rang du circuit en 1983-84 était la chance de repêcher Lemieux, un centre de 18 ans, immensément talentueux, qui évoluait à Laval dans la LHJMQ. Il a démontré son talent immédiatement en soutirant la rondelle au futur membre du Temple de la renommée, Raymond Bourque, en route vers son premier but à sa toute première présence sur la glace en carrière dans la LNH.

Même s’il a raté sept rencontres à cause de blessures, Lemieux a mérité le trophée Calder comme meilleur joueur recrue dans la LNH. Les Penguins ont amélioré leur fiche de 15 points, même s’ils ont tout de même terminé la saison à l’avant-dernier rang du circuit avec 53 points.

Lemieux a continué à amasser les points, même si les Penguins ont mis cinq saisons (suivant son arrivée) pour atteindre les séries éliminatoires. Il a mené les Penguins à la Coupe Stanley en 1991 et 1992, en plus de remporter une troisième fois l’ultime honneur en tant que propriétaire (et patron de Crosby) en 2009.

Steve Yzerman

Né le 9 mai 1965

Repêché au 4e échelon par Detroit en 1983

1983-84: 39-48-87

Ça peut sembler incroyable aujourd’hui, mais Yzerman n’était pas le joueur convoité par les Red Wings de Detroit, avec le quatrième choix de l’encan de 1983. Ils désiraient vraiment mettre la main sur Pat Lafontaine, qui avait joué au hockey en banlieue de Detroit, et qui, selon eux, les aiderait à vendre des billets, alors qu’ils étaient aux prises avec des problèmes aux guichets. Mais lorsque les Islanders de New York ont ravi Lafontaine au troisième échelon, les Wings se sont rabattus sur Yzerman, un joueur de centre très productif avec Peterborough, dans la OHL.

Même si Yzerman a terminé au premier rang des marqueurs chez les recrues en 1983-84, il a terminé la campagne au deuxième rang dans le vote pour l’obtention du trophée Calder, derrière le gardien Tom Barrasso, de Buffalo, un autre joueur de 18 ans. La présence de Yzerman a aidé les Wings à amasser 12 points de plus et à participer aux séries. Il est devenu le capitaine des Wings à 21 ans, a amassé un sommet personnel de 155 points en une saison et est devenu, plus tard, un des plus grands leaders du monde du hockey, aidant Detroit à remporter trois Coupes Stanley, en route vers le Temple de la renommée. Il est présentement le directeur général du Lightning de Tampa Bay.

Jimmy Carson

Né le 20 juillet 1968

Repêché au 2e échelon par Los Angeles en 1986

1986-87: 37-42-79

Les Kings étaient en plein désarroi après avoir complété la saison 1985-86 à l’avant dernier rang de la LNH. Les Red Wings étaient les seuls à avoir récolté moins que les 54 points amassés par les Kings. Après que les Wings eurent décidé de repêcher Joe Murphy avec le tout premier choix du repêchage de 1986, les Kings optèrent pour utiliser leur première sélection pour prendre Carson, qui avait amassé beaucoup de points comme joueur de centre avec Verdun dans la LHJMQ.

Carson a immédiatement fait le saut dans l’alignement des Kings à l’âge de 18 ans et a accumulé les points. Il a terminé au deuxième rang des buteurs de son équipe (derrière une autre recrue, Luc Robitaille, 20 ans), et au troisième rang des pointeurs, aidant les Kings à amasser 16 points de plus et à prendre part au rendez-vous du printemps. Carson a été encore plus spectaculaire en tant que joueur de 19 ans, inscrivant 55 buts et 107 points.

À l’été 1988, Carson a fait partie du lot de joueurs envoyés par les Kings aux Oilers, en retour de Wayne Gretzky. Il a marqué 49 filets et amassé 100 points à sa première campagne avec les Oilers, mais il n’était pas Wayne Gretzky et s’est vite retrouvé dans une situation inconfortable à Edmonton. Carson, natif du Michigan, a été échangé à Detroit en 1991, mais n’a jamais atteint le niveau de production qu’il affichait à ses débuts.

Jeff Skinner

Né le 16 mai 1992

Repêché au septième rang par la Caroline en 2010.

2010-11: 31-32-63

Ses statistiques ne rivalisent aucunement avec celles de Gretzky et Lemieux, mais considérant le fait qu’il joue à une époque où les buts sont plus difficiles à obtenir, les accomplissements de Skinner parlent d’eux-mêmes.

La sélection de Skinner par la Caroline, avec le septième choix du repêchage de 2010 était une surprise, le Bureau central de recrutement ne le classait que 34e chez les patineurs d’Amérique du Nord, même s’il avait inscrit une saison de 50 buts et de 90 points avec Kitchener, dans la OHL, en 2009-10. Encore plus étonnant, Skinner s’est tout de suite mérité un poste avec les Canes, et n’a pas eu l’air dépaysé dans la LNH, même s’il était le joueur le plus jeune du circuit.

Skinner a inscrit son premier but dans la LNH le 20 octobre, et il est devenu le premier joueur de 18 ans, depuis Steve Yzerman, à jouer dans un match des étoiles de la LNH, lorsque l’on a fait appel à lui pour remplacer Crosby, blessé. Il a terminé sa première saison dans la LNH avec 31 buts et 63 points. Cela à suffit à lui mériter le trophée Calder, en tant que meilleure recrue de la LNH, faisant de Skinner, le premier joueur depuis Barrasso en 1983, à y parvenir tout en disputant la grande majorité de ses matchs en tant que joueur de 18 ans.

DÉFENSEURS

Raymond Bourque

Né le 28 décembre 1960

Repêché par Boston au 8e échelon en 1979.

1979-80: 17-45-62

Sept équipes ont ignoré Bourque en 1979, avant que les Bruins n’optent pour sélectionner le joueur natif de Montréal, qui venait de compléter une deuxième saison de suite avec 22 buts, à la ligne bleue de Verdun, dans la LHJMQ.

La plupart des joueurs de 18 ans qui sont parvenus à avoir un impact immédiat avec leur équipe l’ont fait en majeure partie parce qu’ils avaient été sélectionnés par des formations faibles ayant un criant besoin de talent. Ce n’est pas le cas de Bourque, qui a rejoint les rangs d’une équipe qui n’était qu’à deux petites minutes d’une participation à la finale de la Coupe Stanley, l’année précédente. Bourque a démontré qu’il était plus que prêt pour un boulot à temps plein dans la LNH, en enfilant 17 buts pour mener les défenseurs de Boston. Les Bruins sont passés de 100 points, à 105 points, même s’ils ont terminé au deuxième rang dans la Division Adams, étant éliminés au passage en première ronde des séries.

Bourque a connu une carrière qui l’a mené au Temple de la renommée du hockey, remportant finalement la Coupe Stanley avec le Colorado en 2001, après deux décennies passées chez les Bruins. Il est devenu un joueur étoile dès le jour où il a mis les pieds sur la patinoire, et l’est demeuré jusqu’au moment d’accrocher ses patins.

Larry Murphy

Né le 8 mars 1961

Repêché au 4e échelon par Los Angeles en 1980

1980-81: 16-60-76

Dans l’ère post expansion, aucun défenseur n’a eu un impact aussi important, à sa première année d’éligibilité à jouer dans la LNH, que Murphy avec les Kings en 1980-81.

Les Kings, qui historiquement en arrachaient en défensive, ont sélectionné Murphy avec le 4e choix en 1980 et ils n’ont pas perdu de temps à lui offrir l’opportunité d’intégrer l’alignement. Ils ont été récompensés avec une amélioration de 25 points au classement, en partie grâce à une saison de 16 buts et 76 points de la part de Murphy, lui qui détient toujours le record de passes et de points amassés par un défenseur à sa première année dans la LNH.

Les Kings ont échangé Murphy à Washington en 1983-84 et il a finalement mis la main sur la Coupe Stanley avec Pittsburgh et Detroit, en route vers le Temple de la renommée.

Bobby Orr

Né le 20 mars 1948

Jamais repêché, signé par Boston en 1962

1966-67: 13-28-41

Les Bruins de Boston et les Rangers de New York ont passé la majeure partie des années 60, avant l’expansion, à se battre pour éviter le dernier rang chez les six équipes originales du circuit. Les deux équipes sont finalement arrivées à se sortir de leur marasme, et l’arrivée de Orr à Boston est une des raisons majeures qui explique cette amélioration.

Orr a été une véritable sensation dès ses premiers coups de patin à l’âge de 4 ans. Les Bruins l’ont découvert lors d’un tournoi de niveau bantam et ont payé pour commanditer son équipe, avant de le signer à l’âge de 14 ans. Il a joué pour Oshawa (de la OHL) à l’âge de 15 ans et à sa dernière saison, il a mené les Generals au titre de champions de la ligue avec 94 points en 47 rencontres.

Orr a fait le saut dans la LNH à 18 ans et ne semblait pas du tout dépaysé, inscrivant 13 buts et amassant 41 points en 61 parties, en tant que recrue évoluant pour une équipe de dernière place. Ce fût plus que suffisant pour lui assurer le trophée Calder, en tant que recrue par excellence de la LNH et faisant naître une des citations les plus célèbres dans l’histoire de la ligue. Le défenseur Harry Howell, des Rangers de New York, qui venait de connaître la saison de sa carrière, a remporté le trophée Norris, remis au meilleur défenseur de toute la LNH. Ce dernier a lancé : « Je suis content de l’avoir gagné, parce qu’il appartiendra à Orr à partir de maintenant. »

Et c’est ce qui est arrivé au cours des huit années suivantes. Orr s’est avéré le meilleur joueur de hockey jusqu’au milieu des années 70, avant que des problèmes de blessures aux genoux viennent faire ce qu’aucun adversaire n’était parvenu à accomplir : l’empêcher de produire. Il n’a disputé que 36 rencontres après la saison 1974-75 et a accroché ses patins pour de bon à l’âge de 31 ans.

GARDIENS

Tom Barrasso

Né le 31 mars 1965

Repêché au cinquième rang par Buffalo en 1983.

1983-84: 26-12-3, 2.84 MOY, 2 blanchissages

Il est déjà assez difficile, pour une recrue, de faire son entrée dans la LNH à peine quelques mois après son repêchage. C’est probablement deux fois plus ardu pour un jeune qui provient des Collèges américains, tout spécialement pour un gardien.

Quelqu’un a oublié de passer ce message à Barrasso, après que les Sabres l’eurent repêché avec le cinquième choix au total de l’encan 1983.

Barrasso avait été spectaculaire pour Acton-Boxboro H.S. au Massachusetts, récoltant 17 jeux blancs en 46 rencontres à ses deux dernières campagnes. Il a vite prouvé que ses statistiques n’étaient pas de la frime, en se joignant à une équipe de vétérans et dérobant le rôle de gardien partant à Phil Myre et à Jacques Cloutier, en route vers une saison de 26 gains et une moyenne de buts alloués par match de 2,84, tout en aidant les Sabres à passer de 89 à 103 points.

Non seulement Barrasso a remporté le trophée Calder comme meilleur joueur recrue de la LNH, mais il a également mis la main sur le trophée Vézina, remis au meilleur gardien, en plus d’être nommé sur la première équipe d’étoiles du circuit. Aucun gardien de cet âge ne s’est approché de ces accomplissements et il est difficile d’imaginer que cela pourrait survenir dans un avenir rapproché.

 

La LNH sur Facebook